Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 14:49

 

 

Pourquoi la Syrie indispose les maîtres du monde

 

Si on veut en découdre avec Damas, ce n’est donc ni pour la beauté du geste, ni pour appliquer la loi internationale. C’est uniquement pour défendre de puissants intérêts géopolitiques au cœur d’une région cruciale pour l’avenir énergétique de la planète.


obama_hollande_cameron_bachar_assad.jpg
 

Hormis une poignée de naïfs, qui croit sincèrement que l’intervention annoncée contre la Syrie est dictée par des considérations morales et vise à défendre les droits de l’homme ? L’émotion sur commande ne doit pas faire illusion : ceux qui versent des larmes de crocodile sur les victimes du régime trouvent des circonstances atténuantes aux exactions de la rébellion. Quand on prétend punir les crimes des uns tout en donnant leur absolution à ceux des autres, l’invocation morale se discrédite elle-même.


La référence à de nobles principes est suspecte si elle s’accompagne de mensonges éhontés. Comme si le principal mouvement armé de l’opposition n’était pas notoirement affilié à « l’Emirat islamique en Irak et au Levant » (branche irakienne de l’organisation fondée par Ben Laden), John Kerry a osé nier, devant les congressistes, la présence d’Al-Qaida en Syrie. Qu’une telle énormité puisse être proférée sans soulever un tollé en dit long sur le conditionnement des esprits.


Mais une intervention militaire contre Damas ne relèverait pas seulement d’une morale à géométrie variable. Faute d’un mandat explicite de l’ONU, elle serait aussi totalement illégale. En l’absence de légitime défense (la Syrie n’attaque personne), seul le Conseil de sécurité des Nations Unies peut autoriser le recours à la force, ce qu’il ne fera pas. Et l’invocation d’une « responsabilité de protéger » les populations civiles, selon une jurisprudence utilisée lors du précédent libyen, serait frappée de nullité hors de ce cadre légal.

Si on veut en découdre avec Damas, ce n’est donc ni pour la beauté du geste, ni pour appliquer la loi internationale. C’est uniquement pour défendre de puissants intérêts géopolitiques au cœur d’une région cruciale pour l’avenir énergétique de la planète. Damas n’encourt pas les foudres occidentales pour ses violations supposées des droits de l’homme, mais pour sa fidélité au nationalisme arabe. Le véritable péché de la Syrie, c’est qu’elle dresse un obstacle stratégique, depuis dix ans, sur la voie de l’hégémonie américano-sioniste au Proche-Orient.


Le régime syrien, en effet, est au cœur d’une vaste alliance réunissant les forces qui s’opposent, simultanément, à la domination américaine et à l’expansion israélienne. Depuis la soumission de ses anciens alliés ou rivaux dans la région, la Syrie demeure le seul Etat arabe à être resté debout, refusant tout compromis avec Israël tant que le Golan ne lui aura pas été restitué conformément au droit international. Décidé à recouvrer son intégrité territoriale, le régime baasiste fonde sa légitimité sur cette intransigeance patriotique.


Mieux encore, il a cristallisé autour de lui un arc de la résistance à l’hégémonie américano-israélienne : Hamas-Hezbollah-Damas-Téhéran. Cauchemar des faucons occidentaux, cet arc de la résistance fut auréolé en 2006 d’une double victoire. Il remporta d’abord une victoire politique avec le succès électoral du Hamas en Palestine, signant la fin de l’hégémonie d’une OLP convertie aux bienfaits de la collaboration. Puis il engrangea une victoire militaire inattendue, lorsque le Hezbollah mit en déroute un envahisseur israélien pourtant déterminé à l’éradiquer du Liban. La première victoire signifiait à Israël que le peuple palestinien ne se résignait pas à son sort ; la seconde, que le peuple libanais n’acceptait pas le retour de l’occupant.


Parce qu’elle est un carrefour stratégique, la Syrie est le maillon central de la chaîne qui relie les résistances arabes à leur allié iranien. Se substituant aux Etats arabes complices (pétromonarchies), soumis (Egypte, Jordanie) ou vaincus (Irak), l’Iran a procuré une profondeur stratégique aux contestataires de l’ordre régional. Et Téhéran a trouvé à Damas un précieux allié pour des raisons géographiques (la Syrie est une voie de passage entre l’Iran et le Hezbollah), politiques (Damas et Téhéran ont les mêmes adversaires) et religieuses (proximité entre les confessions chiite et alaouite).


Non seulement la Syrie de Bachar Al-Assad demeure intraitable sur son intégrité territoriale, mais elle appuie les deux principaux mouvements de résistance à l’occupation israélienne : Hamas et Hezbollah. Les armes qui ont vaincu les chars de Tsahal au sud-Liban en août 2006, comme le rappelait il y a peu le chef de l’organisation chiite, sont des armes syriennes. Et il n’y a rien de surprenant à ce que les combattants du Hezbollah soient venus prêter main forte à l’armée arabe syrienne, en mai 2013, pour chasser les forces takfiristes de la ville frontalière de Qoussair.


C’est cette conjoncture qui fournit au camp belliciste, en Occident, de multiples raisons de vouloir en finir avec la Syrie. Sous le règne de George W. Bush, les faucons de Washington rêvaient déjà d’abattre ce régime ombrageux. Doublée d’une guerre régionale et internationale par procuration, la guerre civile actuelle procure à leurs héritiers le prétexte idéal pour mettre un terme à cette anomalie que constitue un régime arabe qui ne transige pas avec sa souveraineté et soutient la résistance.


Le véritable drame de la Syrie, c’est qu’elle indispose les maîtres du monde. Enfant terrible du nationalisme arabe, elle est le dernier vestige d’une époque où Nasser et le parti Baas inspiraient la lutte contre l’impérialisme et le sionisme. Sous l’emprise d’un régime autoritaire qui a sa part de responsabilité dans le chaos actuel, elle n’en est pas moins debout, rétive à une capitulation à laquelle de grands pays arabes se sont résignés, murée dans une opposition farouche aux diktats de l’hyperpuissance mondiale.


En éliminant la Syrie, les bellicistes occidentaux entendent faire sauter le dernier verrou qui s’oppose à l’alignement du Proche-Orient sur les intérêts israélo-américains. Mais les plus avisés des opposants syriens sont les premiers à redouter l’effet dévastateur d’une intervention punitive. Car elle serait le prélude à de nouveaux massacres. Et quel que soit l’avenir du régime, c’est la nation syrienne tout entière qui serait victime de l’agression étrangère.

 

 

Pourquoi la Syrie indispose les maîtres du monde | Oumma.com 

oumma.com › International

 

.

hollande en Syrie

http://satirique.canalblog.com/archives/2013/08/28/27911213.html

L'ancien ambassadeur Charasse raille la politique syrienne de Hollande

Cette lettre n’a pas été adressée au président de la République


 

Pierre Charasse est un diplomate de carrière (1972-2009), qui a occupé différents postes dans les Ambassades de France en Union Soviétique, à Guatemala, à Cuba (1973-1983), au Mexique (1989-1993). Conseiller technique au cabinet de Claude Cheysson, Ministre des Relations Extérieures et Pierre Joxe, Ministre de l’Intérieur (1984-86). Consul Général à Naples (1986-1989), Barcelone (1996-2000). Ambassadeur en Uruguay (1993-1996), au Pakistan (2003-2005) et au Pérou (2005-2008). Ambassadeur Itinérant chargé de la coopération Internationale contre la criminalité organisée et la corruption (2000-2003). Chef de la délégation française à la Conférence des Nations Unies sur le commerce illicite des armes légères (2000-2001), au Xème Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale (2001), à la Commission des Stupéfiants (2001-2002). Secrétaire Général de la Conférence ministérielle “Les routes de la drogue de l’Asie centrale à l’Europe” (2003). Observateur du Gouvernement français au 1er et 2ème “Forum Social Mondial” (Porto Alegre). Membre du Conseil des Affaires Etrangères (2008-2009).

A effectué de nombreuses missions officielles en Europe, Asie, Afrique et Amérique latine. Pierre Charasse vit actuellement au Mexique.


Voir La Tour de Babel -La Torre de Babel | analyse critique de la mondialisation.

 

C’est en tant que Français de l’étranger, contribuable et électeur, que l’ancien ambassadeur a écrit une lettre - datée du 2 septembre 2013 - au président de la République française, mais sans lui adresser. Elle a été publiée par Mémoire des luttes, la Lettre d’information n° 36, septembre 2013.


Syrie : lettre de Pierre Charasse, ancien ambasseur, à François Hollande

 

 

Mexico, le 2 septembre 2013

 

Monsieur le président de la République, dans l’épreuve que subit actuellement l’humanité du fait de la présence d’armes chimiques en Syrie, vous avez pris la tête d’un grand mouvement mondial au nom de « l’obligation de protéger  » les populations civiles menacées. Vous avez très bien expliqué dans votre discours du 27 août devant vos ambassadeurs que c’était là la vocation de la France, comme elle l’a fait en Libye récemment, et qu’elle ne manquerait pas à son devoir. Votre détermination exemplaire devrait rapidement convaincre vos partenaires européens flageolants et les opinions publiques pleutres, en France, en Grande Bretagne, aux États-Unis et partout dans le monde, du bien-fondé d’une intervention militaire chirurgicale en Syrie.

 

Naturellement, comme vous l’avez rappelé le 27 août, « l’obligation de protéger » s’inscrit dans une démarche très réglementée par les Nations unies et incombe en premier lieu aux États concernés : protéger leur propre population. En cas de défaillance de leur part, c’est au Conseil de sécurité qu’il appartient de décider des modalités de mise en œuvre de ce principe. Sous votre conduite, la France s’honorera si elle fait respecter à la lettre cette avancée importante du droit international. Je suis sûr que le président Poutine sera sensible à vos arguments tout comme le président Xi Jiping et qu’ils ne feront pas obstacle à vos projets en opposant un veto au Conseil de sécurité. Peu importe que l’objectif final soit encore un peu flou, ce qui compte c’est la défense énergique de principes clairs.

 

De même, je suis sûr que d’autres pays suivront la France dans son intention de livrer des armes aux rebelles syriens, malgré les risques que cela comporte. M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, a annoncé qu’il exigerait des destinataires des armes françaises qu’ils signent un « certificat d’utilisateur final ». Avec une telle fermeté, nous aurons l’assurance que nos armes ne tomberont pas entre les mains des combattants djihadistes du Front Al-Nosra-Al Qaida, qui font partie de la Coalition rebelle (encore très hétéroclite mais que avez le mérite de vouloir unifier, bon courage !) et ne se retourneront pas contre les pays occidentaux qui les ont aidé ou leurs rivaux au sein de la Coalition, voire des populations civiles.

 

Nous voilà rassurés. Al Qaida devrait comprendre le message fort que vous lui envoyez. Il est important de bien expliquer que notre ennemi reste le terrorisme international, même si de temps en temps, il faut se montrer pragmatique, comme disent nos amis anglo-saxons, et tendre la main à ceux qui veulent notre perte. Ceux-ci ne devraient pas être insensibles à nos gestes amicaux. Vos services devraient pouvoir sans peine démentir l’information diffusée par l’agence Associated Press selon laquelle des armes chimiques livrées par notre allié l’Arabie saoudite (le prince Bandar Bin Sultan, chef des services saoudiens de renseignement) au Front Al-Nosra-Al Qaida auraient été manipulées maladroitement par ces apprentis-sorciers.

 

Une fois ce point éclairci, vous aurez les mains libres pour agir sur la base des informations fournies par les États-Unis et Israël qui ont toute votre confiance. Toutefois, il ne serait pas inutile d’éviter que se reproduise le scénario de 2003 aux Nations unies lorsque Colin Powell a exhibé des photos truquées et un flacon de poudre de perlimpinpin comme preuves irréfutables de la présence d’armes de destruction massive en Irak ! Principe de précaution élémentaire. On vous fait confiance, c’est la crédibilité de la France qui est en jeu.

 

Quand aux objectifs militaires de cette opération, il paraît évident qu’ils doivent être en priorité de détruire, par des moyens aériens, les dépôts d’armes chimiques sans les faire exploser au nez de la population civile, ce qui serait un véritable désastre, et de neutraliser tous les engins qui permettent leur utilisation (missiles, chars, lance-roquettes etc.), sans mettre en péril la vie de nos soldats sur un terrain incertain. Si les Américains ont du mal à identifier les cibles, les services français de renseignement se feront un plaisir de leur fournir toutes les informations dont ils disposent, de telle sorte que l’opération soit courte et cinglante et que grâce à vous, les armes chimiques soient définitivement éradiquées de la planète.

 

Les populations que nous allons protéger auront un prix à payer pour le service rendu et doivent accepter d’avance les quelques centaines ou milliers de morts que peuvent provoquer les effets collatéraux de cette opération et leurs conséquences en cascade. Mais c’est pour leur bien. Si vous prenez la tête de la manœuvre à la place de vos collègues Obama et Cameron, qui semblent rétro-pédaler avant même que le coup d’envoi ait été donné, Bashar Al Assad comprendra très vite à qui il a affaire. L’Occident ne doit pas mollir, ce serait un mauvais signal au reste du monde, on compte sur vous pour tenir la barre fermement.

 

Lorsque cette mission humanitaire sera terminée et que Bashar Al-Assad aura fait amende honorable après la tripotée qu’on va lui mettre tout en le laissant au pouvoir, vous aurez la satisfaction d’avoir contribué à appliquer en Syrie la théorie du « chaos constructif » élaborée par des « Think-tanks » américains à l’époque de George Bush, en espérant que les grandes entreprises américaines, principales bénéficiaires du chaos, auront la bonté de laisser aux entreprises françaises la possibilité de tirer quelques avantages du désordre institutionnalisé qui a désormais vocation à se substituer à des Etats forts, comme c’est le cas en Irak ou en Libye. Quelques contrats pétroliers feraient bien l’affaire de nos grands groupes.

 

Après cette victoire pratiquement acquise d’avance, il vous appartiendra de porter ailleurs le message humanitaire universel de la France. Les crises sont nombreuses dans le monde, la liste des dictateurs sanguinaires est longue, et des millions d’hommes, de femmes et d’enfants attendent avec joie que la France puisse les protéger comme elle s’en est donnée la mission. On pense toujours à l’Afrique qui arrive au premier rang de nos préoccupations. Mais il y a le feu dans de nombreuses régions du monde. Une intervention humanitaire en Palestine serait la bienvenue, vous y songez certainement.

 

Au Mexique, on estime à 70 000 les morts provoqués par la violence des groupes criminels et des forces de sécurité et 26 000 disparus durant de sexennat du président Felipe Calderón (2006-2012). Après la première année du mandat du président Enrique Peña Nieto, on dénombre déjà 13 000 morts. En toute logique, avec de tels chiffres, la population civile mexicaine devrait être éligible aux bénéfices du programme « obligation de protéger » concocté par la « communauté internationale », même si celle-ci se réduit aujourd’hui à la France seule. Au point où nous en sommes, il faut bien qu’un pays se dévoue pour être l’avant-garde agissante d’une communauté internationale amorphe et irresponsable, « ensemble gazeux et incertain » comme a dit Hubert Védrine à propos de l’Union européenne. Mieux vaut être seul que mal accompagné. S’agissant du Mexique, on pourra tirer les leçons de l’intervention militaire française de 1862 et ne pas répéter l’erreur qui a conduit à la déconfiture les armées de Napoléon III : déclencher des opérations militaires injustifiées et lointaines qui dépassent nos forces.

 

Pour cela il faudra, mais vous l’avez évidement prévu, programmer davantage de moyens budgétaires, par exemple pour la construction de nouveaux porte-avions nucléaires, les avions et missiles qui vont avec. Le « Charles de Gaulle » rend de brillants services lorsqu’il n’est pas immobilisé dans nos arsenaux pour de trop longues périodes de révision, mais il aura du mal à répondre seul à toutes les demandes d’intervention, surtout lorsqu’il devra croiser dans des mers lointaines, exotiques et dangereuses. Je suis sûr que vous saurez persuader nos compatriotes que dans les circonstances actuelles, le monde occidental, pour poursuivre sa mission civilisatrice, pilier de la globalisation, devra s’en donner les moyens budgétaires.

 

On se souvient des contraintes qui ont empêché les forces françaises de frapper encore plus massivement la Libye. Leurs stocks de missiles se sont rapidement épuisés et le budget de la Défense n’avait pas prévu que l’abominable Khadafi, pourtant ami intime de votre prédécesseur, serait aussi peu sensible à nos problèmes budgétaires en opposant une résistance aussi farouche qu’inutile. La population, si elle est bien informée, acceptera certainement de bon gré l’augmentation des impôts et les coupes dans les dépenses publiques, notamment sociales, comme les bourses scolaires pour les français de l’étranger, ainsi que la réduction des moyens du réseau diplomatique, consulaire, éducatif et culturel français dans le monde si c’est le prix à payer pour que la France garde son statut de grande puissance mondiale. Tout est question de pédagogie.

 

Monsieur le président, vous n’êtes pas sans savoir que nos amis et alliés américains n’ont pas toujours une très bonne image dans le monde. La France, avec les présidents De Gaulle, Mitterrand et Chirac, a joui d’un grand prestige international, justement parce ce qu’elle parlait d’une voix différente de celle de ses alliés occidentaux. Le président Sarkozy a mis fin à cette tradition diplomatique, pensant que la France avait tout intérêt, dans le contexte de la mondialisation et face à la montée en puissance de nouveaux acteurs, à se fondre dans « la famille occidentale » et à réintégrer l’appareil militaire de l’OTAN, c’est-à-dire à mettre ses forces conventionnelles sous le commandement américain.

 

« O tempora ! O mores !  » comme a dit Ciceron en son temps. Mais vos ambassadeurs ont déjà dû vous signaler que dans de nombreux pays, la France est désormais perçue comme un relais servile de la politique américaine. Des épisodes récents, comme l’affaire Snowden avec l’interception du président bolivien Evo Morales lors de son survol de l’Europe, ont pu donner cette impression fâcheuse, mais je suis convaincu que vous n’aurez aucun mal à persuader vos interlocuteurs du monde entier que cette perception est erronée, car c’est en toute indépendance que vous avez confirmé l’ancrage de la France dans sa « famille occidentale ».

 

Enfin, je pense que vous avez réfléchi à la meilleure manière de protéger les populations mondiales des catastrophes humanitaires provoquées par le capitalisme mafieux et prédateur à l’origine des dernières crises économiques et financières. Il est probablement dans vos intentions de proposer à vos collègues du G7 et du G20 que vous allez rencontrer au Sommet de Saint-Pétersbourg de changer de cap pour mettre fin à l’économie-casino et à l’empire de la finance sans contrôle. L’opinion publique mondiale, les chômeurs en Grèce, au Portugal, en Espagne, en France et ailleurs, apprécieraient vraisemblablement des frappes chirurgicales sur le FMI, la Banque centrale européenne, la City de Londres, quelques paradis fiscaux « non-coopératifs » ou d’improbables agences de notation qui font plier les gouvernements.

 

Une telle cohérence dans l’application de « l’obligation de protéger » honorera la France et son président. En continuant sans relâche sur cette voie et en défendant comme vous le faites le droit international et les normes fixées par les Nations unies, il ne fait aucun doute qu’avant la fin de votre mandat vous rejoindrez votre collègue et ami Barack Obama dans le club très sélect des Prix Nobel de la paix. Vous l’aurez bien mérité.


Veuillez agréer, Monsieur le président, l’assurance de ma très haute et respectueuse considération.

 

L'ancien ambassadeur Charasse raille la politique syrienne de ... 

mrc53.over-blog.com/article-l-ancien-ambassadeur-charasse-raille-la-pol.

 

.

.

Syrie : La France fait profil bas. Hollande s'adresse aux Français vendredi 

 

François Hollande et Laurent Fabius

 

Après le sommet du G20 à St-Petersbourg, qui a été dominé par des divergences aiguës entre la Russie et les États-Unis sur la guerre en Syrie, le président François Hollande a annoncé vendredi qu'il s'adresserait aux Français cette semaine au sujet de la participation française à la guerre.

Il a déclaré : « Lorsque le congrès [américain] aura voté - je pense jeudi ou vendredi - et lorsque nous aurons le rapport des inspecteurs, sans doute à la fin de la semaine, à ce moment-là, il y aura une décision à prendre y compris après une éventuelle saisine des Nations unies […] j'aurai à ce moment tous les éléments me permettant de m'adresser aux Français pour leur dire la décision que j'aurai choisie pour la France. »

La volte-face soudaine de Hollande sur la question d'une enquête de l'ONU sur l'attentat du 21 août à Ghouta témoigne du mépris du gouvernement français pour l'enquête de l'ONU à Ghouta et pour la vérité sur ce qui s'y est passé. Son changement d'attitude n'est qu'une manœuvre politique pour renforcer le soutien de la population en faveur de la course impopulaire à la guerre contre la Syrie du gouvernement du Parti socialiste français (PS).

Au début, Hollande avait demandé en toute urgence une attaque contre la Syrie, tout en insistant sur l'idée qu'il n'était pas nécessaire d'attendre le rapport des inspecteurs de l'ONU sur l'attaque de Ghouta. Washington, Londres, et Paris envisageaient de se servir de l'attaque de Ghouta comme d'un prétexte pour déclencher rapidement une guerre contre le régime syrien au mépris de l'opinion publique. Ils n'avaient par conséquent aucun intérêt à enquêter sur cette attaque.

Mais la course à la guerre des puissances de l'OTAN a rencontré un premier obstacle lorsque le parlement britannique a voté contre une intervention militaire, ce qui prouve qu'ils n'avaient aucun fait établi pour étayer leurs accusations selon lesquelles le président syrien Bashar el-Assad avait mené cette attaque.

Quand le gouvernement Obama a décidé de retarder son assaut contre la Syrie jusqu'après un vote sur la guerre au Congrès américain, Hollande a été contraint de suspendre lui aussi son action militaire. Cela a démenti encore plus le mensonge qui prétendait que l'assaut franco-américain contre la Syrie consisterait en quelques frappes « limitées ». La France n'a pas attaqué la Syrie toute seule précisément parce qu'elle n'a pas les capacités militaires pour mener le type de campagne de bombardement massif et d'intervention que Washington et Paris préparent au Moyen-Orient.

Sous la pression des partenaires de la France au sein de l'Union européenne (UE), qui ont signé une résolution samedi à Vilnius qui indiquait leur soutien pour une éventuelle frappe militaire, mais qui ont également demandé à l'ONU de lui fournir une couverture politique en publiant d'abord son rapport sur Ghouta, Hollande a alors changé sa position sur l'ONU.

Hollande a laissé entendre que le rapport de l'ONU va confirmer l'usage des armes chimiques par le régime d'Assad : « il y a bien eu usage des armes chimiques le 21 août, tous les indices étaient concordants, l'ONU doit en apporter confirmation. »

Le gouvernement de Hollande se prépare à se servir des conclusions de l'ONU sur le fait que des armes chimiques ont été utilisées pour affirmer que c'est le régime d'Assad qui s'en est servi et que la guerre est nécessaire. En fait, l'opposition soutenue par les occidentaux et liée à Al Qaïda détient des armes chimiques, et il est probable que l'attaque de Ghouta ait été menée par ces forces, qui étaient en train de perdre la bataille, afin de fournir un prétexte à une intervention militaire des grandes puissances. (Lire : Un reportage associe l’attaque au gaz à Ghouta à l’opposition syrienne qui est soutenue par les Etats-Unis).

Si les sondages officiels montrent que les deux tiers de la population française s'opposent à la guerre contre la Syrie, le gouvernement Hollande minimise les implications à grande échelle d'une telle guerre. Hollande préfère présenter cette guerre comme étant conçue pour « punir le régime et en aucune façon porter le conflit au-delà de la Syrie. »

L'affirmation que l'action militaire ne vise qu'à faire respecter une interdiction des armes chimiques est un mensonge. La France s'aligne sur les préparatifs de Washington en vue d'une guerre massive visant à détruire le régime d'Assad en Syrie et à le remplacer un régime de pantins soutenus par l'occident. Une telle guerre entraînerait les alliés de la Syrie en Iran et au Liban, et peut-être même la Russie, à s'opposer à l'assaut franco-américain au Moyen-Orient.

Quel que soit le résultat final du vote au Congrès américain et du rapport de l'ONU, les gouvernements de Obama et Hollande envisagent d'aller de l'avant avec leur projet de guerre majeure, en s'appuyant sur les mêmes méthodes que Washington avait utilisées pour lancer la guerre d'Irak, il y a dix ans : des mensonges sur les armes de destruction massives.

La décision de Hollande d'entraîner la France dans une guerre majeure au mépris de l'opinion publique et en violation du droit international montre l'absence de toute base sociale en faveur des droits démocratiques parmi la classe dirigeante française. (..)

Kumaran Ira

 

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-12468.html#.UjL4YRdBbXg.twitter

..

INTERVIEW D’AL-ASSAD A CBS TV : « ATTENDEZ-VOUS A TOUT EN CAS D'ATTAQUE CONTRE LA SYRIE »


Mardi 10 Septembre 2013


INTERVIEW D’AL-ASSAD A CBS TV : « ATTENDEZ-VOUS A TOUT EN CAS D'ATTAQUE CONTRE LA SYRIE »
PCN-TV pour Syria Committees – Comités Syrie
avec CBS - TV Syria - PCN-SPO / 2013 09 09 /
https://www.facebook.com/PCN.NCP.TV  
https://vimeo.com/pcntv
 
« Attendez-vous à tout en cas d'attaque contre la Syrie », prévient Al-Assad.
Le président syrien adresse cette mise en garde à Washington, qu'il enjoint de fournir des preuves pour étayer ses accusations à l'encontre de Damas ...
 
Film / English sound + sous-titres français / sur :
https://www.facebook.com/photo.php?v=174657306054435
 
Bachar al-Assad a prévenu lundi les Américains que s’ils frappaient la Syrie, ils «en paieraient le prix», soulignant que la situation pourrait devenir imprévisible dans une région «perpétuellement au bord de l’explosion».
 
 «Vous devez vous attendre à tout» en cas d’attaque, a lancé Bachar al-Assad lors d’un entretien télévisé diffusé par CBS. «Le gouvernement (syrien) n’est pas le seul acteur dans la région. Il y a différentes parties, différentes factions, différentes idéologies», a-t-il ajouté : «Si vous n’êtes pas prudents, vous en paierez le prix. (...) Il est difficile de prévoir ce qui va se passer. C’est une région perpétuellement au bord de l’explosion».
 
Interrogé sur l’éventuelle utilisation d’armes chimiques, le président syrien a refusé de l’exclure - sans dire toutefois clairement si son régime en ferait usage : «Cela dépend. Si les rebelles, des terroristes dans la région ou tout autre groupe en possèdent, cela pourrait arriver. Je ne suis pas devin, je ne peux pas vous dire ce qui va arriver.»
 
Le président syrien a également appelé les élus américains - qui doivent se prononcer prochainement sur une résolution autorisant des frappes en Syrie - à «demander à l’administration ses preuves» sur l’attaque chimique du 21 août. «Soyez transparents», a-t-il lancé. «Le monde entier est déçu par l’administration» Obama, a poursuivi Bachar al-Assad, assurant qu’elle n’avait pas «le plus petit morceau de preuve» : «Nous espérions qu’elle serait différente de l’administration Bush.»
 
«Dans cette affaire, Kerry n’a présenté aucune preuve», a estimé Assad, évoquant également les éléments présentés par Colin Powell, alors secrétaire d’Etat, censés prouver la présence d’armes de destruction massive en Irak avant l’invasion du pays en 2003. «Dans la zone où on dit que le gouvernement a utilisé des armes chimiques, nous n’avons que des vidéos, des photos et des allégations. Nous n’y étions pas. Nos forces, notre police ne pensent pas la même chose», a-t-il lancé : «Comment parler de quelque chose sans y avoir assisté ? (...) Notre gouvernement ne parle que quand il a des preuves.»
 
«Les Russes ont des preuves totalement différentes, selon lesquelles les missiles ont été lancés de zones contrôlées par les rebelles», a-t-il également poursuivi. «Le Congrès (américain) va voter dans quelques jours, et je crois que le Congrès est élu par le peuple pour le représenter. Les élus devraient donc se demander : "Qu’apportent les guerres à l’Amérique ?" Rien. Aucun gain politique, aucun gain économique, et pas une bonne réputation», a ajouté le président syrien : «C’est une guerre qui va contre les intérêts de l’Amérique. Pourquoi ? C’est une guerre qui va aboutir à soutenir Al-Qaeda et les gens qui ont tué des Américains le 11-Septembre.»
 
PCN-TV & PCN-SPO / CBS
_____________________________
 
http://www.syria-committees.org/
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
http://www.alterinfo.net/INTERVIEW-D-AL-ASSAD-A-CBS-TV-ATTENDEZ-VOUS-A-TOUT-EN-CAS-D-ATTAQUE-CONTRE-LA-SYRIE_a94672.html

  Syrie détruite

 

Syrie-detruite-par-Occident.jpg

 

 Pas de bombardements de la Syrie, pétition
 
NON à une intervention militaire.
OUI à une solution politique

Cette lettre, adressée à François Hollande, exprime le sentiment de Français consternés par l’attitude belliciste du gouvernement de François Hollande à l’égard de la Syrie, le rôle actif de la France dans sa déstabilisation en soutien aux groupes rebelles intégristes et sa persistance à pousser, tout au long des différentes étapes du conflit, les Etats-Unis à intervenir militairement, et à incriminer le gouvernement de Damas alors qu’il n’y a eu à ce jour aucune preuve que la responsabilité lui incombe. [Silvia Cattori]*



11 septembre 2013

Pétition adressée à François Hollande, son gouvernement et le Parti socialiste

Pas de bombardements de la Syrie


Monsieur François Hollande, représentant du Parti socialiste, a été élu président de la république française avec 51,64% des suffrages exprimés car il se prévalait de valeurs différentes de celles du président sortant. Or, non seulement il marche sur les pas de ce dernier, mais en plus il s’efforce de le devancer. Il pousse la France et l’Europe à la guerre contre le gouvernement syrien sans avancer la moindre preuve de l’usage par ce dernier de substances chimiques et ceci aux dépens des intérêts de la France et au mépris de l’opinion de la majorité des Français. Quels intérêts défend-il dans cette histoire ?

Nous n’avons pas oublié les mensonges qui ont justifié les guerres précédentes (l’incident du Golfe du Tonkin, Kosovo, Irak, Libye, le prétendu génocide du Darfour pour envahir le Soudan…) et nous n’éprouvons que répulsion à l’égard du matraquage belliciste de la majorité des politiques, des média et des clercs à leur service. Nous voyons tous les jours les résultats désastreux de ces aventures militaires ayant entraîné mort et désolation pour des centaines de milliers d’êtres humains. C’est pourquoi nous ne voulons pas d’intervention armée en Syrie.


Messieurs Hollande et Fabius accusent le président syrien Monsieur Bachar Al-Assad d’avoir fait usage d’armes chimiques contre leur population. En dépit de l’activisme fébrile de Monsieur Fabius depuis des mois, ils n’en ont à ce jour pas apporté la moindre preuve. Ils disent en détenir, veulent que nous les croyions sur parole et fondent leur bellicisme sur des sables mouvants. Alors qu’il y a des indications que, si des armes chimiques ont été employées, elles l’ont été par les amis de Messieurs Hollande et Fabius, opposants armés syriens et étrangers, mercenaires et autres véritables terroristes coupeurs de gorge fanatiques.


Messieurs Hollande et Fabius se prétendent amis de la Syrie. S’ils veulent la paix comme ils le prétendent, qu’ils définissent une politique étrangère indépendante, guidée par la recherche de la paix en Syrie, qu’ils cessent de soutenir et d’armer les combattants armés contre le régime syrien et prennent langue sans parti pris avec tous les protagonistes. La France ne peut proposer de solution tant qu’elle fait partie du problème.


Si la France, ancienne puissance coloniale, a un rôle à jouer en Syrie et ailleurs, c’est de contribuer à construire la paix et de faire entendre la voix de la raison et de la justice, face aux assourdissants bruits de bottes et de canons. Il n’y a pas de solution militaire à ce conflit. Les Syriens et les autres peuples de la région ont besoin de paix, de notre solidarité dans la paix et non dans davantage de guerre. La vaste majorité des Syriens soutiennent leur président et ne cessent de réclamer qu’on les écoute. Cent mille morts, nous dit-on, cela ne suffit-il pas ? Nous ne voulons pas qu’il s’y ajoute de nouveaux crimes français.


La politique de la France sur une question aussi grave que celle de l’engagement de notre pays à agresser un pays qui ne nous a jamais menacés, et à y tuer des gens en notre nom ne se décide pas seul à l’Elysée ou au Quai d’Orsay. Encore moins à Washington, Londres ou Tel-Aviv. Elle se décide en dialogue avec la société française en fonction des intérêts de la Syrie et de ceux de notre pays, qui sont de rayonner par la force de l’intelligence, de la raison, de la générosité et non celle, brute, de la violence.


Si la Constitution autorise le président, en tant que chef des armées, à engager le pays dans une guerre française sans feu vert du Parlement (même si sa majorité lui est soumise), cela ne lui donne pas la liberté d’user de ce droit selon ses caprices ou les priorités plus que douteuses de son Ministre des affaires étrangères : la démocratie meurt du mépris de l’opinion et des institutions qui l’organisent.


Sa décision, que ce soit d’aller en guerre sans preuve, sans débat national, sans légalité internationale, sans légitimité morale ou de contribuer à la paix, décidera de notre vote pour les dix années à venir.


Si le gouvernement socialiste de Monsieur François Hollande part en guerre au nom de la France malgré l’opposition de près de 60% des Français, nous sommes nombreux à faire le serment de ne pas voter "socialiste". Même si, comme par le passé, on viendra agiter la menace de l’arrivée au pouvoir d’un parti ostracisé : nous nous abstiendrons ou nous voterons blanc.

 

Chantal Mercier-Peschoux
Genève, le 10 septembre 2013

 

Pour signer la pétition cliquer ici :

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/pas-de-bombardements-de-la-syrie ?share_id=vGqPqCPBXM&utm_campaign=mailto_link&utm_medium=email&utm_source=share_petition

 

http://www.silviacattori.net/article4841.html

 

.

Armes chimiques : quid de l’arsenal israélien ?

Un document de la CIA récemment découvert révèle qu’Israël a mis aussi en place son propre arsenal d’armes chimiques [1].

 

Des responsables du renseignement à Washington estiment que l’État hébreu a secrètement fabriqué et stocké des armes chimiques et biologiques depuis des décennies pour compléter son arsenal nucléaire présumé.


Peu d’informations ou de preuves tangibles circulent toutefois sur un éventuel programme chimique israélien. Les informations les plus fiables sur un tel programme apparaissent dans un rapport secret de la CIA en 1983. Des satellites espions américains ont repéré en 1982 « une usine de production de gaz chimique et une unité de stockage dans le désert du Néguev », selon le document de la CIA. « D’autres unités de production d’armes chimiques auraient aussi été mises en place dans le cadre d’une industrie chimique bien développée ». Il n’est pas sûr qu’Israël dispose encore à ce jour d’armes chimiques.


En 1992, le gouvernement israélien a signé mais n’a jamais ratifié la Convention sur les armes chimiques, qui interdit de telles armes. Le rapport de la CIA, déclassé en 2009, traite d’informations sur l’utilisation par l’Union soviétique d’armes chimiques et biologiques en Afghanistan et dans le Sud-Est asiatique. Des sections entières sur le Moyen-Orient ont été censurées par des responsables gouvernementaux.

 

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Armes-chimiques-quid-de-l-arsenal-israelien-20106.html

 

.

Partager cet article

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Politique France
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Senor Informations
  • Senor Informations
  • : Ce blog, administré par une journaliste-écrivain, Eva, s'adresse aux seniors. Les Médias mentent, ça suffit ! Voici ce qu'on vous cache. Actualité en France, actualité internationale, questions pratiques... Pour contrer la désinformation ! (Abonnement blog, gratuit: Pas plus d'un envoi par jour, regroupant les parutions nouvelles)
  • Contact

Profil

  • eva R-sistons
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.

Adresse eva R-sistons

Recherche

Autres blogs d'eva

Le site officiel d'eva:

 

 

http///chantaldupille.fr 

 

Parmi les autres blogs d'eva:

 

http://sos-crise.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/

http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

http://jeunes.actualité.over-blog.com

 

Livre conseillé 

europe israel david cronin alliance contre nature .

.


Patrick Le Hyaric

(Cliquer sur Patrick pour avoir le livre) 

 

Réedition enrichie et actualisé du livre « GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : Dracula contre les peuples » La première édition de cet ouvrage avait permis de révéler au grand public les négociations tenues secrètes sur le Grand Marché Transatlantique. Cette réédition actualisée et augmentée de plus de 65 pages donne des éléments nouveaux sur les débats en cours et comporte un chapitre supplémentaire sur la négociation secrète sur un projet de traité international pour la privatisation des services public. A mettre entre toutes les mains pour que le mouvement de résistance populaire contre le TAFTA mette en échec ces funestes projets. ..................................................................................................................... Je commande « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples » Au prix de 8€ + 2€ de frais de port par exemplaire (valable uniquement pour la France métropolitaine) Soit 10€ X……………. = …………….€ Nom………………………………………..Prénom…………………………………………… Adresse…………………………………………………………………………………………................................................................................................. Ville……………………………………………………………………................. CP…………………..................................................................................... Téléphone……………………….................................................................. Mail ………...........……………………………………………. ..................................................................................................................... Renvoyer ce bulletin sur papier libre accompagné de votre règlement (chèque à l’ordre de l’Humanité) à : L’Humanité, service de la diffusion militante, 5, rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis cedex

 

 

Archives

Les articles incontournables

 

2 livres à lire pour comprendre le monde actuel
Tout ce qu'on ne vous dit pas (cliquer sur l'image)
(NB Un chouette cadeau de Noël !)

CSC+EP
.
Le blog à lire pour découvrir ce que les médias cachent
.
La réinformation ici :
.
Mon compte twitter
https://twitter.com/rsistons 

 

 

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir absolument (10 mn) pour comprendre notre monde (terrorisme)

 

Le spécialiste de géopolitique, M. Chauprade, explique le monde (vidéo)

 

Le 11 septembre expliqué avec humour, vidéo 5 mn à voir absolument

 

Bilan de Sarkozy - Guerres de Hollande : celles de Sarkozy et de l'OTAN

 

Les Grandes Banques ont déclaré la guerre aux peuples, vidéo à voir par TOUS

 

Le Nouvel Ordre Mondial pour les "Nuls", voici ce qu'il nous prépare

 

La crise pour les Non-Initiés: Causes, mécanismes, conséquences


Clefs pour comprendre les changements en Libye, Côte d'Ivoire, Syrie.. (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir par tous, le message du magistrat Serge Portelli. Alerte !

 

Vidéo qui montre en quelques mn ce que la France devient. A voir par tous

 

L'horreur du capitalisme financier, vidéo extraordinaire, claire (TV belge)

 

Le terrorisme n'est pas islamiste mais fabriqué par le FBI - Super vidéo

 

La France de Sarkozy capitule devant l'Allemagne de Merckel - UE contre les peuples

 

 


phytomortier

L'argent Colloïdal, la médecine naturelle et ses multiples bienfaits

Se procurer ce  remède naturel bienfaisant, et aussi de l'huile

essentielle de Ravintsara et de tee-tree - et un kilo au moins de

tisane aubépine (seul remède efficace contre la peste)

 

 
.

servisphere.com

 
troc, échanges, partage, dons..

 

Le réseau d'entraide gratuit: Gardez bien cette adresse ! Trocs, dons..



SEL: Pensez au SEL, le Système d'Echange Local, pour faire des économies

 

 

 

 

.

A mes Lecteurs et à mes Lectrices Seniors. Lisez l'Info sur Internet !

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons) 

Danièle, retraitée, handicapée, fait une manif à elle seule ! Un modèle !
La délinquance, c'est quoi ? Et cela sert qui ? Remettre les pendules à l'heure
Le système actuel d'argent-dette, super vidéo pour tout comprendre
"Diaporama" pour comprendre les enjeux de la géopolitique. Super vidéo !
Géopolitique: La question russe, vidéo de 19 mn (Aymeric Chauprade)
Senior Information: Non au détricotage du programme gaullien du CNR
Austérité pour tous, mais scandaleux train de vie de Sarkozy à nos frais
Dépendance:Assurance privée obligatoire? Juteuse pour Guillaume Sarkozy?
Comment à l'étranger on voit Sarkozy (télé suisse), vidéo décapante !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qui se substitue aux Nations ?

L'atlantisme, source des problèmes du monde. C'est un totalitarisme (+ vidéo)

Haarp, "l'arme climatique". Russie victime ? 2 posts (Français, Espagnol

Tout savoir sur la puce RFID qu'on devrait nous implanter. Contrôle,fichage

A savoir: C'est la CIA qui finance la construction européenne (Historia)

Les traînées blanches dans le ciel, alerte ! "Chemtrails" toxiques pour tous

La politique de Sarkozy: Profits CAC40 accrus, au détriment des Français

Constitution européenne: Dispositions inquiétantes qu'on a cachées

L'Union Européenne: C'est le 4e Reich ! Dominé par l'Allemagnre

Opération 7 décembre : Initiative internationale contre les banksters

De la Shoah à la "Shoah" planétaire (guerre mondiale, de religion..) ?

Les réseaux de l'horreur: Pédophilie (Dutroux..), satanisme, scandales..

Les animaux malades du capitalisme, torturés - Elevage industriel

Alerte chemtrails ! Traînées blanches dans le ciel, une réalité dangereuse !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qu'on prépare ? Par eva R-sistons

Strauss-Kahn, une catastrophe pour la France et pour la Gauche (eva R-sistons)

Révolutions de couleurs (entre autres) fomentées par la CIA (vidéo)

Comment on vous manipule (via les Médias aux ordres du pouvoir)

Monnaie,finance,FED n'auront plus de secrets pour vous (vidéo dessin animé)

Manipulation des Médias, désinformation, propagande. Médias et CIA

Pour vos vacances, 5 ouvrages à lire, conseillés par eva R-sistons

Les Indignés: Carte de la mobilisation - Comment s'indigner ? (eva R-sistons)

Abus sexuels, notamment sur les enfants (Vidéo, film de Karl Zéro)

Tragédie... grecque. Faillite via les Banques. TB vidéo: La stratégie du choc

Que signifie la "mondialisation" imposée aux peuples ? Par eva R-sistons

Lettre (superbe) à ceux qui se résignent au pire

Ex Gouverneur J. Ventura: "Vous contrôlez notre monde.. pour le détruire"

Qu'est-ce que le Club Bilderberg qui conçoit le Nouvel Ordre Mondial ? (vidéos)

La vérité sur la "démocratie" (Pr Chouard, vidéo) - Tirage au sort ?

Libye: Ce n'est pas une guerre humanitaire pour protéger les civils (vidéo)

Attentat, crise, choc de civilisations en préparation: Monde fou ! (eva R-sistons)

Citations célèbres, notamment d'Einstein - La science devient criminelle

Non seulement ils bombardent l'état souverain Libyen, mais ils le volent !

Copé qui veut être Président de la République a de "jolies" relations !

Patrimoine : La France veut-elle privatiser ses forêts ?

Le « massacre » de Tienanmen était un mythe !

Alertes sous-traitance nucléaire - et gaz de schiste contre santé, air, eau..

Norvège et ailleurs: La lutte contre la Droite raciste haineuse doit être engagée

Libye, Côte d'Ivoire.. puis Algérie, Syrie.. La logique des évenements (eva)

Qui est à l'origine de la dette qui empoisonne nos vies ? Tout savoir

Les atteintes répétées du gouvernement aux droits des malades

Alerte ! La dictature européenne se met en marche ! Explication.

A l'origine de la dette, de la crise en France : Pompidou, Giscard !.

Fausses Révolutions pour la démocratie. "Droit" d'ingérence, guerres "humanitaires"

Les Observateurs de France24: Au service de l'Empire US et des guerres (eva)

(médias et situation internationale)

La dictature du Nouvel Ordre Mondial sur la Grèce et.. sur toute l'UE (eva)

Syrie: Tout ce qu'on ne vous dit pas dans les médias menteurs. Effrayant !

Les Islandais se sont débarrassés avec succès de la mondialisation financière

L'Histoire de France et les Empires, vidéo : 2 formidables heures avec F. Asselineau

Un Lecteur dit ce qu'il pense de Nicolas Sarkozy (eva R-sistons aussi)

On vous ment ! Le terrorisme islamique n'existe pas en France

Le vrai Kadhafi, à partir de documents anciens. Un grand dirigeant !

Diminuer votre consommation de carburant : Tous les conseils

Les expériences secrètes de la CIA : Vidéo passionnante !

Les clefs pour comprendre les évenements majeurs de l'Actualité (eva R-sistons)

Guerre contre la Syrie: Tous les mensonges (massacres, images, analyses..)

Comment l'Occident déstabilise les pays hostiles et sème le chaos

Propagande de guerre (les règles) et manipulation des masses

Gbagbo n'est pas un criminel mais un démocrate. Vrais criminels pas jugés à La Haye

26 vérités sur le groupe État islamique EI qu’Obama veut vous cacher


 

 

  http://molex.unblog.fr/2010/10/17/

(Conditionnement par les Médias)

desinformation.jpg