Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 01:28

 

Service-Public.fr - le site officiel de l'administration française
La lettre d'actualité de service-public.fr  n° 626 du 6 décembre 2012
Focus sur

© VILevi - Fotolia.com
Soins
Établissements de santé : les résultats 2011 sur www.platines.sante.gouv.fr - 04.12.2012
Hôpital, clinique, établissement de santé de court-séjour, maternité... Si vous cherchez des informations sur la qualité et la sécurité des soins pratiqués, vous pouvez consulter en ligne les résultats 2011 sur le site internet www.platines.sante.gouv.fr.
Dernières informations
Énergie
Étudiants
Voyage des enfants à l'étranger
Culture
Jurisprudence
Permis de conduire européen
Rentrée 2013
Scrutins
Remboursements
Vie-publique.fr
L'administration à votre service
Impôts locaux
Taxe d'habitation et contribution à l'audiovisuel public : paiement jusqu'au 17 décembre 2012 pour certaines résidences (22 décembre en ligne) - 04.12.2012
Dans certains cas, les contribuables non mensualisés ont jusqu'au lundi 17 décembre 2012 pour acquitter leur taxe d'habitation et leur contribution à l'audiovisuel public (22 décembre en cas de paiement en ligne). (Lire la suite)
Pour les professionnels
Focus sur...

Équipement des véhicules
Neige et verglas
décembre, ne pas oublier !
Impôts locaux
Élections
Jeunes dès 16 ans
Repost 0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 14:22

 

 

Intervenir par le récit de vie


dimanche 9 septembre 2012

Le récit de vie : entre la réalité et la fiction. Par Luc Collès

Depuis une vingtaine d’années, le récit de vie s’est taillé une place honorable dans le monde de l’édition. Ce qui d’emblée retient l’attention, on l’a assez relevé, c’est l’extraordinaire richesse du genre.

Ce genre recouvre des visées d’écriture qui vont de l’autobiographie traditionnelle à l’entreprise romanesque. Souvenirs d’enfance et d’adolescence d’écrivains, témoignages de personnes modestes, mémoires, chro­niques, journaux intimes, romans autobiographiques, autant de manières différentes de parler de sa vie ou de celle d’autrui.

Pour le lecteur également, le récit de vie apparaît comme un genre « ouvert » en lui offrant des perspectives des procédures de lecture très variées. Cette possibilité d’approches multiples n’est sûrement pas étrangère au succès de ce type de discours. Si celui-ci plaît tant aujourd’hui, c’est peut-être précisément en raison de sa nature métissée. L’« impureté » du genre tient aussi à l’inévitable ambiguïté du rapport qu’il entretient avec la réalité et avec les autres genres littéraires. C’est qu’en effet le travail de la mémoire à l’œuvre dans le récit de vie – le choix et l’agencement des événements narrés – peut être joué de manière fictive.

Ainsi plusieurs autobiographies et biographies mettent-elles en scène des héros imaginaires dans un cadre réel ou prêtent-elles à des personnages réels des actions et propos sortis de la seule imagination de l’auteur. Elles peuvent dès lors être considérées comme des romans historiques.

 

Le récit de vie hier et aujourd’hui

Popularisée au IIe siècle après J.C. grâce aux œuvres magistrales de Suétone (Vie des douze Césars) et de Plutarque (Vies parallèles des hommes illustres), la biographie est incontestablement la forme la plus ancienne du récit de vie en Occident. Daniel Madelénat observe que le genre a connu une remarquable stabilité depuis l’Antiquité gréco-latine jusqu’à l’aube du Romantisme. Ces biographies « classiques » se caractérisent « par un souci de rhétorique et d’esthétique qui prime l’exactitude et la vérité, par un intérêt médiocre pour l’existence et la vérité, par un intérêt médiocre pour l’existence intime et privée des personnages, par une finalité didactique ou morale affirmée »[1]. Mais les formes de cette littérature édifiante varient selon les époques.

Au Moyen-Âge, ce sont les vies de monarques (Vita Caroli Magni d’Eginhard; Vie de Saint Louis de Joinville) et les hagiographies (Vie de Saint Alexis) qui font l’objet d’une production foisonnante. À la Renaissance apparaissent les premières vies d’artistes, d’écrivains et de savants, ainsi que les « bio-bibliographies » qui seront vouées à la fois aux auteurs et à leurs livres. Enfin, si le XVIIe siècle voit s’épanouir les premiers « éloges » consacrés aux hommes célèbres, genre illustré surtout par Perrault (Les hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits en nature) et Fontenelle (Éloge des académiciens), le XVIIIe siècle sera l’époque des dictionnaires historiques et des premières histoires littéraires, où les vies d’auteurs tiennent une place importante.

Au XIXe siècle, le souci de singularité individuelle et de représentation exacte l’emporte désormais sur les stéréotypes rhétoriques. Aux formes de biographies existantes viennent se greffer des dictionnaires biographiques, d’abondantes monographies et surtout des récits de vie d’écrivains liés à la critique littéraire naissante, comme les fameux « Portraits » de Sainte-Beuve. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les biographes se soumettront à une méthodologie de plus en plus stricte, recourant aux documents fiables et aux témoignages directs.

L’évolution constatée pour la biographie se retrouve également dans l’autobiographie. Celle-ci existe d’une manière diffuse dès le Moyen-Âge : les Confessions de Saint Augustin, les Vies de Guilbert de Nogent et de Pierre Abélard sont déjà des récits d’écrivains qui se penchent sur leur propre vie. Mais pour en arriver à écrire une autobiographie au sens moderne du mot, deux conditions préalables devront être remplies[2].

Il faut tout d’abord que l’individu ait une conscience suffisante de la singularité de son existence, ce qui suppose un certain degré d’individualisme. Il faut aussi que cette singularité lui paraisse suffisamment exemplaire pour être susceptible d’intéresser autrui. La voie de l’autobiographie s’ouvrira d’autant mieux que le rapport entretenu par l’homme ave lui-même aura la priorité sur le rapport à Dieu et au monde.

C’est autour des années 1760-1780 que la plupart des critiques situent l’émergence de l’autobiographie moderne. Cet individualisme est le résultat d’une longue évolution qui démarre avec l’humanisme renaissant et qui a été infléchie par des données chrétiennes comme la pratique de l’examen de conscience[3]. À la fin du XVIIIe siècle, une œuvre semble avoir joué un rôle prépondérant : les Confessions de Jean-Jacques Rousseau. Ce sont elles qui ont le plus contribué à la première prise de conscience collective de cette forme littéraire.

Au XXe siècle, les contenus des autobiographies seront sérieusement déterminés par la découverte de la psychanalyse. Dans les années 20, Freud commence à être lu dans l’entourage de Gide, à la NRF, et dans le groupe surréaliste autour d’André Breton. Aussitôt, on se met à lire les autobiographies autrement, avec une attention particulière au non-dit, aux failles, aux cicatrices, aux symptômes de l’inconscient. Peu à peu, les écrivains se sentent aussi autorisé à parler plus franchement de leur sexualité. Les récits de naissance font leur apparition : ce n’est plus seulement à l’enfance mais aussi à la naissance et même à la voie prénatale que l’autobiographie doit remonter s’il veut donner des racines à son histoire personnelle[4].

Un genre composite

Le récit de vie ne se réduit pas à la biographie et à l’autobiographie, même si ce dernier terme (forgé sur le premier vers 1800 en Angleterre et en Allemagne) recouvre déjà des réalités fort vastes. Il suffit de consulter les dictionnaires du XIXe siècle pour percevoir sa polysémie. Pour certains (Larousse, par exemple), l’autobiographie, « vie d’un individu écrite par lui-même »n est une variété intime des Mémoires. D’autres dictionnaires (comme le Dictionnaire universel des littératures de Vapereau, 1876) définissent l’autobiographie de manière beaucoup plus large : « Œuvre littéraire, roman, poème, traité philosophique, etc., dont l’auteur a eu l’intention, secrète ou avouée, de raconter sa vie, d’exposer ses pensées ou de peindre ses sentiments ».

Cette définition rejoint les théories modernes de la réception[5]. Dans ce cas, l’autobiographie n’est pas désignée par une forme, ni par un pacte[6], mais par une manière de lire, car si l’intention de l’auteur est secrète, c’est au lecteur qu’il incombe de la supposer. « Le succès du mot ‘autobiographie’, et surtout de l’adjectif ‘autobiographique’ tient à tension qu’ils organisent entre un sens étroit (engagement de quelqu’un qui écrit et un sens large (décision de celui qui lit), autour d’une nouvelle dominante : l’expression de soi »[7].

Le terme « récit de vie » est plus récent puisqu’il n’a qu’une trentaine d’années et es propre aux sciences humaines. Il désigne autant une pratique (le recueil et l’analyse des récits de vie) qu’un objet (les récits eux-mêmes). Mais il recouvre des méthodologies très diversifiées. Pour les ethnologues, sociologues, historiens et géographes, il s’agit d’une technique d’enquête ; pour les psychologues et les spécialistes d’éducation permanente, c’est autant une technique d’intervention qu’un instrument de recherche. Les récits recueillis ne sont destinés qu’à servir de base aux études de ces chercheurs, mais il arrive que certains soient publiés.

Susciter le récit de vie d’un autre pour en faire un livre,  cela s’est d’abord fait pour des écrivains et des personnes célèbres, puis la technique a été étendue aux petites gens (paysans, artisans, ouvrier) : Alain Prévost, Grenadou, paysan français ; Adélaïde Blasquez, Gaston Lucas, serrurier… Pour décrire l’ensemble de ces autobiographies en collaboration, Philippe Lejeune a proposé en 1980 d’adopter l’expression « récit de vie » qui a l’avantage de laisser dans l’indécision la désignation de l’auteur et du média[8].

Depuis lors, le terme a, au moins pour les littéraires, une extension beaucoup plus grande et s’applique aussi bien à une autobiographie filmée. Il relève d’une hypothèse de travail, identifiant une nouvelle dominante dans le champ culturel contemporain : toute information, toute action idéologique, peut être véhiculée par un message d’apparence personnelle qui prendra valeur de réalité.

Entre fiction et réalité

Si l’on regarde ce qui est édité aujourd’hui sous le label « autobiographie », on s’aperçoit que les critères de définition classiques y sont de plus en plus subvertis : les auteurs donnent à leur personnage-héros un nom proche mais différent du leur (le héros de Portrait du joueur de Philippe Sollers - dont le vrai nom est Philippe Joyaux – s’appelle Philippe Diamant) ou donnent leur nom à un personnage de fiction (le héros du roman de Serge Doubrovsky Fils s’appelle Serge Doubrovsky), ils entrelacent la reconstitution de souvenirs et les évocations de la vie présente, s’adressent à un destinataire précis…

Le même brouillage des codes se produit à l’endroit de la biographie. Les auteurs n’hésitent plus désormais à baptiser « biographies » des récits complètement imaginaires (par exemple Daniel Rondeau dans L’Âge-déraison), pou au contraire à consacrer des « romans » à la vie de personnages historiques : La colère de l’agneau de Guy Hocquenghem retrace la vie de Saint Jean l’Evangéliste, Bernard-Henry Lévy a raconté Les derniers jours de Charles Baudelaire, et La Statue du commandeur de Patrick Besson a pour sujet la vie de Pouchkine.

Mais par-delà le trouble jeté par ce jeu de subversion plus ou moins délibéré, on s’est aperçu depuis quelque temps qu’une définition stricte de l’autobiographie et de la biographie était de toute manière vouée à l’échec par l’impossibilité qu’il y a de tracer une frontière nette entre le vrai et le fictif, le réel et l’imaginaire. Il semble bien en particulier que tout discours, quelque fantaisiste qu’il se veuille, comporte une part plus ou moins forte d’autobiographie, qu’il soit impossible d’écrire sans faire référence de près ou de loin à ce qu’on a vécu.

Le besoin d’authenticité est surtout patent dans les récits de vie de gens du terroir. Lorsqu’un paysan ou un artisan raconte sa vie, c’est dans l’objectif avoué d’informer le public à propos d’une situation ou d’un mode de vie considéré comme archaïque ou pittoresque. Le public est d’ailleurs fort demandeur de ce type de récits qui lui semblent plus que les autres investis de valeurs mythiques du témoignage oral – seuil le langage oral serait vraiment à même d’exprimer la réalité d’une expérience vécue – en même temps qu’une fascination pour la chaleur du grain de la voix.

Il y a cependant lieu de s’interroger sur la valeur réelle du témoignage qui nous est donné par les autobiographies populaires. Les plus souvent, les récits de vie de petites sont de témoignages extorqués par des journalistes ou des ethnologues via une bande magnétique. On peut déplorer avec Michel Ragon[9] que les « auteurs » de ces récits ne soient nullement des gens qui ont choisi de prendre la plume pour se raconter, mais des individus sélectionnés et érigés au statut de vedettes pour répondre à une demande éditoriale. En outre, la transcription de l’interview défigure d’une manière ou d’une autre le propos originel[10].

Le paradoxe de ces récits est de prétendre être à la fois un discours véridique et une œuvre d’art. Ainsi peut-on lire sur la jaquette de la couverture d’Une Soupe aux herbes sauvages d’Emilie Carles ce que Cavanna en a dit dans Charlie Hebdo : « Son livre est formidable. Elle ne cherche pas à faire littéraire, et elle y est en plein, du premier coup »[11]. La conjugaison de ces deux exigences n’est pas toujours évidente. Certains de ces textes perdent en véracité ce qu’ils gagnent en séduction. Sous la plume di biographe, la vie de Mémé Santerre, par exemple, prend une tonalité romanesque que pas mal de lecteurs apprécieront. Mais est-ce encore Mme Santerre qu’ils écoutent[12] ?

Pour mesurer l’impact de la littérature sur le récit de vie, il faut bien voir la position que celui-ci occupe aujourd’hui dans l’ordre de la parole. Historiquement, le récit de vie s’est substitué ou s’est ajouté aux genres traditionnels : récits d’information (anciens récits de voyageurs, d’explorateurs, de missionnaires), d’édifica­tion (hagiographies, vies d’hommes célèbres) et d’identification (confessions). Dès lors, il en subissait aussi l’influence.

Aujourd’hui, d’autres modèles d’écriture investissent le discours du témoin et les formes du récit obéissent à une rhétorique implicite qui relève à la fois des modèles narratifs antérieurs, de schémas d’ordre (le formulaire de police ou d’état civil) et de conventions narratives (composition française, interview de radio ou de TV). Mais d’autres raisons encore amènent à considérer le travail de la mémoire, à l’œuvre dans un récit de vie, comme autant d’affabulation que de mémorisation.

Le travail de la mémoire

Le souci de cohérence narrative sélectionne et organise les informations, mais les souvenirs peuvent se précipiter dans le désordre et gêner la reformulation. Par ailleurs, des oublis peuvent être dus aux mécanismes physiques de la mémoire, ainsi qu’aux défenses personnelles et aux censures sociales.

L’événement rapporté peut aussi être l’héritage de stéréotypes socioculturels en rapport, notamment, avec l’enfance et l’adolescence. Les souvenirs sont alors imaginés d’après des récits appartenant à la mémoire collective et correspondant à l’attente des lecteurs : la naissance, les portraits de famille, la prime enfance, l’escapade, l’accident, la maladie, l’entrée en apprentissage, le premier amour, etc.

Enfin, et surtout, la réinterprétation manipule à sa guise le réel. Les conduites passées sont réévaluées en fonction du présent. Certaines se voient frappées de déchéance parce qu’incompatibles avec le nouvel ordre de valeurs de l’auteur. D’autres sont ressuscitées parce qu’en sympathie avec sa situation actuelle. Tout se passe donc comme si notre vie ne recevait un sens et une valeur ultimes qu’une fois achevé le récit de celle-ci.

Il n’en va pas autrement dans les autobiographes populaires où le projet narratif avoué oriente le choix des souvenirs. Ainsi, dans Grenadou, paysan français, tous les épisodes illustrent l’idée que Grenadou est « un homme et un paysan heureux » (Avant-propos). Dans le dernier chapitre, le narrateur déclare : « Nous voilà aujourd’hui. J’ai 69 ans et je cultive 170 ha (…). Ma vie, je la referais. Et comment, que j’ai eu de la chance ! »[13]

Comme dans le récit du patient en psychanalyse, on reconnaît un désir d’affirmer une cohérence personnelle et de justifier un passé. Mais la quête d’identité qui se manifeste dans le récit de vie s’explique aussi du fait que celui-ci se veut un portrait pour autrui. Cherchant à donner un sens global à son existence, le narrateur se met en scène pour attirer le regard d’autrui. Cela se fait (au prix de certains arrangements, de certains mensonges qui sont loin d’être toujours conscients : « Récit de vie : maquillage d’une mémoire à sa toilette, effaçant les rides, composant son visage »[14].

 

Il y a donc toujours une part de fantasmatisation à l’œuvre dans un récit de vie. De là à mimer le travail de la mémoire de façon fictive, il n’y a qu’un pas que d’aucuns franchiront allègrement. Ainsi le livre de la célèbre collection « Ecrivains de toujours » consacré à l’écrivain fictif Ronceraille vise à dénoncer, sur le mode du pastiche, les stéréotypes sur lesquels reposent tant de récits de vie.

Nous avons aussi déjà évoqué ces romans consacrés à la vie d’un personnage historique. Quelle qu’en soit la forme (autobiographie, mémoires, biographies…), ceux-ci relèvent du roman historique. C’est le cas des Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar, œuvre exemplaire tant par la maîtrise du sujet que par l’ampleur des problèmes humains traités selon l’antique sagesse. C’est aussi le cas de Le Défi des ducs, titre générique sous lequel Serge Grafteaux a publié une série de biographies romancées sur la dynastie des ducs de Bourgogne qui, durant plus d’un siècle, défièrent les rois de France : Philippe le Hardi, Jean-Sans-Peur, Philippe le Bon, Charles le Téméraire.

De tels ouvrages révèlent combien il est possible de fantasmer à partir d’un héros dont on connaît la vie. Certes, le « je » qui se raconte est un autre, mais certains contours sont bien ceux de la personnalité de l’écrivain qui, dans un jeu de miroir, retrouve les traces de ce qui lui est propre. En définit ive, le récit de vie ne procède-t-il pas toujours d’un exercice de réécriture ? Qu’il s’agisse de la vie d’un personnage de l’Histoire ou de sa propre histoire, n’y a-t-il pas chaque fois, mais à des degrés divers, tentative de recréation ?

 

 

Luc Collès, CRIPEDIS
Université catholique de Louvain
Co-auteur avec Jean-Louis Dufays, de

Le récit de vie. Vade-Mecum du professeur de français,
dans la collection « Séquences », Didier Hatier, 1989.



[1] Madelénat D., « Biographie », in Dictionnaire des littératures de langue française, t. 1, Bordas, 1984, p. 227.

[2] Gusdorf G., « De l’autobiographie initiatique à l’autobiographie genre littéraire » in Revue d’Histoire littéraire de la France n°°6, nov.-déc. 1975, pp. °°957-994.

[3] Selon Philippe Lejeune (L’autobiographie en France, A. Colin, 1971), cinq traditions littéraires peuvent être considérées comme les « ancêtres » de l’autobiographie moderne : l’auto biographie religieuse, les textes « égotistes » de la Renaissance, les récits de vocation intellectuelle ou artistique, les chroniques de vie privée à accent personnel et les romans en forme de mémoires à la première personne.

[4] Lejeune Ph., « Récits de naissance » in Moi aussi, Seuil, 1986, pp. 310-337.

[5] Cf. J.-L. Dufays, « Les théories de la lecture. Essai de structuration d’un nouveau champ de recherche », in Le Langage et l’Homme, vol. XXVI, n° 2-3 (juin-septembre 1991).

[6] Lejeune, le spécialiste du genre, est lui-même revenu sur cette notion de pacte par laquelle il définissait l’autobiographie. Il s’agit du pacte par lequel l’auteur s’engage à respecter l’identité de son nom avec celle du nom du personnage-héros et du narrateur. Cf. Le Pacte autobiographique, Seuil, 1975, et « Le pacte autobiographique (bis) » in Moi aussi, op. cit.

[7] Lejeune Ph. « récit de vie, un nouveau genre ? », in Le Français Aujourd’hui, n° 79, Paris, septembre 1987, repris dans « L’autobiographie au collège, au lycée », in Les Cahiers du Français aujourd’hui, n° 1, janv. 90, p. 87.

[8] Lejeune Ph., 1980, Je est un autre, Seuil, p. 230.

[9] M. Ragon, « La Mémoire des petites gens », in Magazine littéraire, n° 150, 1980.

[10] Dans Je est un autre, Ph. Lejeune retient trois modes de transcription (pp. 290-300). Nous les résumons dans l’ouvrage que nous avons écrit en collaboration avec J.-L. Dufays, 1989, Le Récit de vie (vade-mecum du professeur de français), Didier Hatier, pp. 58-59.

[11] Cité dans l’édition « Livre de Poche », p. 4 de couverture.

[12] S. Grafteaux, 1982, Mémé Santerre, une vie, Verviers : Marabout, B.M. n° 800.

[13] E. Grenadou et A. Prévost, « Points », p. 245 et250.

[14] C. Abastado, « Raconte ! Raconte… Les récits de vie comme objet sémiotique », in Revue des sciences humaines, n° 191, Université de Lille, 1983, p. 15.


Sur l'autobiographie, voir ici l'article de Luc Collès "De l'écran à la classe". NDLR

Repost 0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 04:23

6 signes qui nous avertissent de nous préparer au pire


Il nous suffit d'ouvrir les yeux pour constater que nous nous dirigeons à pleine vitesse vers une crise économique massive sans précédent dans l'Histoire. Préparons-nous au pire, tous les indicateurs sont au rouge. Diffusez cette info à tous vos contacts, ils ne pourront plus vous dire qu'ils ne savaient pas ou que vous êtes devenu complètement parano...



1- Même la Banque Mondiale le dit : "Préparez-vous au pire"
La Banque Mondiale tire la sonnette d'alarme avec une crise plus profonde qu'en 2008-2009durant laquelle "personne ne sera épargné. Les taux de croissance des pays développés comme ceux des pays en développement pourraient connaître une chute égale voire supérieure à celle de 2008-2009" (le rapport officiel est ici). 
Cette situation en Europe pourrait être dévastatrice avec l'affaiblissement de la croissance des pays émergents : 
"Le ralentissement en Europe et l'affaiblissement de la croissance dans les pays émergents accroît le risque de voir ces deux phénomènes se renforcer l'un l'autre, ce qui pourrait déboucher sur une situation plus terne encore."

 

Andrew Burns déclare clairement dans son rapport que "l'importance de la planification d'urgence peut ne pas être assez soulignée."
Et vous, êtes-vous prêt ?


2- Wall Street pronostique l'Apocalypse Financière
Bloomberg n'a pas hésité à titrer un de ses articles "Apocalypse How? Dire ’12 Forecasts"et que les plus sombres pronostiqueurs de Wall-Street ne s'étaient pas trompés pour prédire la crise de 2008-2009 :
- -John Mauldin, président du Millennium Wave Advisors :
"Nous avons un cancer, et ce cancer est la dette."
Mark Spitznagel de Universa Investments :
"Trop de mauvais investissements ont été gardé en vie, et l'histoire nous montre un anéantissement inévitable, qui a débuté en 2000."

-Michael Panzner du Financial Armageddon:
"Les perspectives fondamentales sont encore pire aujourd'hui qu'elles ne l'étaient il y a quelques semaines, étant donné les développements en Europe et l'apparition de preuves que les économies des grands pays du monde entier se détériorent rapidement."


3- Défaut grec le 20 mars = cataclysme mondial ?
Sur l'Express, nous lisons que 
"Sans accord avec ses créanciers privés et publics, le pays ne pourra pas rembourser 14,4 milliards d'obligations arrivant à échéance le 20 mars, ce qui constituerait un défaut de paiement désordonné du pays, dont les effets menacent l'ensemble de la zone euro et au-delà."
Edward Parker, directeur général du département souverain de Fitch en Europe a d'ailleurs récemment déclaré qu'un défaut grec est inévitable .... Nous verrons le moment venu...


4-  L'Italie en brasse coulée
Le Wall Street Journal annonce que l'Italie est dans un sentiment de naufrage et que le pays en forme de botte est déjà en récession.




5- USA : retour en 1861 ?
Selon Gerald Celente, l'effondrement qui a débuté par la Grèce en Mars 2010 prendra fin en 2012. Il confie que "depuis 30 ans que je fais ce métier, je n'ai jamais été aussi soucieux que maintenant".
Il prédit pour cette année une accumulation de troubles sociaux et la possibilité que les Etats-Unis sont entrain d'entrer dans une crise comparable à celle de 1861 (Guerre de Sécession).
Il a d'ailleurs titré dans une de ses dernière prévisions "La Première Grande Guerre du 21ème siècle - Se préparer, survivre et gagner"...

Dans son dernier Trends Journal, il observe que la sécurité personnelle et un refuge vont devenir une priorité car "Quand les gens perdent tout et n'ont plus rien à perdre ... ils la perdent (leur sécurité personnelle)".

Gerald Celente avoue qu'il a lui même mis en place son plan B (évacuation vers un lieu de survie, armes et métaux précieux...)




6- Les gestionnaires privés de l'Eurodette perdent le contrôle
La dure réalité commence à exploser à la figure des experts et des économistes surLesEchos.Certains ont lâché des termes dignes du blog Gold-Up !
François Heisbourgprésident de l’International Institute for Strategic Studies 
"Pour un pays comme la France, cela supposera de dégager un excédent budgétaire de 60 milliards d'euros par an à partir de 2013. Les Etats ne supporteront pas un tel remède de cheval."

 

- Jean-Louis Bourlanges, ancien député européen. 
"On a réussi à transformer une petite coupure grecque en une septicémie" .
Je trouve que la définition clinique de cette maladie est une description correcte de la situation économique européenne...

- Patrick Artus,  directeur de la Recherche et des Études de Natixis   

"La Grèce a un problème de  solvabilité, l'Italie et l'Espagne, un problème de liquidité"



Regardez aussi cette vidéo de Nicolas A. Vernicos, président de Vernicos Maritime Group et président de l’International Chamber of Commerce (ICC) de Grèce qui avoue que tous les milliards déversés sur son pays n'ont servi à rien.
Il évoque aussi que la Grèce est un laboratoire de l'Eurozone pour tester les solutions de lutte anti-crise à appliquer aux autres pays (je pense que ses compatriotes grecs vont particulièrement apprécier le terme "laboratoire" et qu'ils sont piégés en Europe comme des... rats de laboratoire...).
.
Repost 0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 04:00

http://www.sustainable-everyday.net/data/lacambre_laplacette1_03.jpg

http://www.sustainable-everyday.net/data/lacambre_laplacette1_03.jpg

Monter un habitat groupé

Spéculation foncière, paupérisation urbaine, crise des liens sociaux, pollution, sont autant de raisons qui ont amené des femmes et des hommes à monter un habitat groupé. Le principe ? Se mettre à plusieurs pour concevoir et financer son logement en y intégrant des valeurs telles que la solidarité, le respect de l'environnement, le partage ou encore la mixité sociale.

Qu'est-ce que l'habitat groupé ?

L'habitat est aujourd'hui un enjeu de taille : il est responsable de près de 40% des émissions à effet de serre, il ne permet pas une mixité sociale, le cloisonnement entre des zones d'habitations et des zones d'activités nous empêche d'avoir une vie de quartier et entraîne l'inflation des transports (nous parcourons en moyenne 38 km quotidiennement). Enfin,  construit en béton de Marseille à Lille, l'habitat devrait pourtant valoriser les matériaux locaux tels que le bois, la pierre ou la terre crue.

Ainsi, né en France dans les années 70, l'habitat groupé, qu'on appelait "habitat autogéré", se veut à contre-courant de l'habitat classique :

  • il est composé d'espaces privés (habitations ou appartements autonomes) ainsi que d'espaces communs (jardins ou salles communes),
  • il prône l'épanouissement de la vie sociale sans affecter l'intimité de chaque individu,
  • il nécessite la volonté de vivre de manière collective,
  • il suppose que les habitants soient les gestionnaires et les acteurs et de leur mode de vie,
  • il intègre une construction qui respecte la santé des habitants et la préservation de l'environnement et,
  • il encourage une mixité sociale et générationnelle.

Quel impact sur le territoire ?

Modèle actuel Modèle proposé
Individualisme Coopération
Perte de liens sociaux Échanges entre citoyens
Imperméabilisation des sols, destruction de milieux naturels, pollutions, etc. Réduire l'impact écologique
Ségrégation spatiale / cloisonnement des populations Mixité sociale et générationnelle
Spéculation foncière Mutualisation des moyens

 

 

 






En créant un habitat partagé vous :

  • Favorisez les échanges entre citoyens et les relations intergénérationnelles en décloisonnant les habitants, en faisant du lieu un endroit apprécié par toutes les générations et en prévoyant des espaces communs.
  • Réduisez l'impact écologique car l'habitat groupé implique l'utilisation de matériaux de constructions écologiques (bois, paille, terre cuite), des énergies renouvelables (solaire, éolien) et encourage les transports doux.
  • Faites l'expérience de la coopération car la mise en place d'un habitat groupé suppose la participation des membres à la création, la réalisation et la gestion du projet.
  • Permettez l'accès à un logement de qualité et à un prix juste car adapté aux besoins de chacun en économisant moyens et espaces.


Comment monter un habitat groupé ?

  1. Constitution du groupe et formulation du projet : monter un habitat groupé est avant tout une aventure humaine, il est donc nécessaire de travailler la culture et les valeurs du groupe, mais aussi de s'assurer que tout le monde partage la même vision du projet. Une fois le groupe constitué, il faudra préciser les besoins et les exigences de chacun : milieu urbain ou rural, quelles surfaces nécessaire, accessibilité des transports  et services de proximité, nombre d'espaces communs (jardin, salle, buanderie). Enfin, pour que la mise en œuvre du projet se fasse dans de bonnes conditions il est nécessaire de passer du temps dans la dynamique collective et la gestion du groupe. Comment procéder ? Comment communiquer ? Comment prendre les décisions sans que personne ne se sente lésé ? Il ne faut pas négliger la question de l'organisation du groupe et du travail en groupe car elle est essentielle pour la pérennité du projet.
  1. Elaboration du pré-programme architectural : à partir des besoins, des aspirations et des moyens définis dans la première étape, il faut maintenant définir la forme que prendra le projet. S'agira t-il d'un immeuble ou d'une maison ? Quelle sera la fonction et les surfaces des espaces partagés ? Combien y'aura t-il de logement ? Cette étape peut être conduite en parallèle de la recherche d'un site.
  1. Montage juridique et financier : une fois le programme établi, se pose la question des formes juridiques et du montage financier. L'assistance d'un juriste ou notaire est ici incontournable pour mettre à plat les différentes options possibles au regard des objectifs que se donne le groupe, des contraintes et opportunités comparées des différents statuts envisageables (association à but non-lucratif, copropriété ou coopérative). Le choix d'un statut juridique est très souvent lié à un choix dans le montage financier. Deux logiques peuvent être adoptées : soit chaque ménage apporte en totalité la somme nécessaire au financement de sa partie en ayant recours à des emprunts individuels, soit un emprunt collectif est contracté et remboursé sur la base de redevances (loyers) payées chaque mois par les habitants.
  1. Recherche du site et l'urbanisme : à partir des besoins identifiés et au regard des moyens mobilisables par le groupe, reste à trouver un site propre à accueillir le projet et à s'assurer que les règles d'urbanisme en vigueur sont compatibles avec le projet. La question des partenariats avec les collectivités territoriales peut se poser ici pour faciliter l'accès au foncier.
  1. La conception : il s'agit de mettre en adéquation le programme architectural, les moyens financiers et le site retenu et de dresser les plans du futur cohabitat avec un architecte et éventuellement l'assistance d'un bureau d'études pour les questions techniques.
  1. La construction : vous pouvez choisir d'autoconstruire ou de déléguer à un maître d'œuvre. Quoi qu'il en soit, il faudra suivre et piloter le chantier de construction et cela nécessite un minimum de connaissances technique.

Quelles sont les structures qui peuvent vous aider ?

Habitat Groupé

C'est un site qui a pour objectifs de rendre visible et possible les démarches d’habitat groupé dans leur diversité et sur tous les territoires urbains, ruraux ou péri-urbains, de mettre en lien des porteurs de projets, de permettre le partage des expériences, la mutualisation des ressources et la mise en route des projets.
http://www.habitatgroupe.org/

Le hameau du Buis

Fort de leur expérience Sophie Rabhi Bouquet et Laurent Bouquet vous propose des formations sur l'éco-conctruction et la création d'écovillage, tout au long de l'année.
http://www.hameaudesbuis.com 

REPAS

Compagnonnage REPAS propose des formations à la culture coopérative qui prend la forme d’un "compagnonnage alternatif et solidaire". Elle apporte des compétences essentielles en termes de gestion de projet collectif.
http://www.reseaurepas.free.fr/repas-compagnonnage.html

Oîkos

Oïkos propose un module de 5 jours sur le montage d'un projet d'habitat groupé.
http://www.oikos-ecoconstruction.com/formations-eco-construction-ecorenovation.htm

ADESS

ADESS Pays de Brest a fait un recensement des habitats groupés français.
http://www.eco-sol-brest.net/L-ADESS-Pays-de-Brest-lance-ses.html

Habiter Autrement

Le site "Habiter Autrement" offre des ressources et liens commentés sur des initiatives d'habitats et de modes de vie alternatifs
http://www.habiter-autrement.org/33_collectifs/col_ca.htm

B.A.balex

Cette association de promotion de la citoyenneté par l'accompagnement administratif et juridique des associations s'intéresse actuellement aux enjeux juridiques de l'habitat groupé.
http://www.babalex.org/

Atelier Blanc 

Localisée à Toulouse l'association accompagne, sensibilise, et intervient dans les domaines de l’autoconstruction et des démarches participatives d’habitat.
http://www.atelierblanc.asso.fr/article.php3?id_article=89

Parasol

"PARticiper pour un hAbitat SOLidaire" a pour mission de promouvoir et de sensibiliser à l'habitat durable et solidaire, d'une part, et d'autre part elle co-construit des services d'accompagnement des projets d'habitats solidaires.
http://www.hg-rennes.org/

Toits de Choix 

Le site dispense des conseils et  propose l'accompagnement dans le midi pour des collectifs souhaitant réaliser des projets d’habitat groupé écologique en Autopromotion.
http://www.toitsdechoix.com/

Eco Habitat Groupé

Comme par exemple le MHGA (Mouvement pour l'Habitat Groupé Autogéré) a pour mission de prendre en compte les objectifs écologiques de l’habitat et d'aller vers une organisation fédérale de ce mouvement pour accroître son efficacité.
http://www.ecohabitatgroupe.fr/

Habicoop

Habicoop a pour mission d'accompagner la création et le développement des coopératives d’habitants. Le site de l'association regorge d'informations notamment sur les aspects juridiques.
http://www.habicoop.fr/


Quelques lectures :

  • "Vivre ensemble autrement : Ecovillages, écoquartiers, habitat groupé", Pascale d'Erm et Pierre Lazic, Ed. Ulmer, 2009
  • " Habitats autogérés", Mouvement pour l'habitat groupé autogéré (MHGA) (sous la direction de Philippe Bonnin), Ed. Alternatives, 1983
  • " Autopromotion, habitat groupé, écologie et liens sociaux : comment construire collectivement un immeuble en ville ?", Bruno Parasote, Ed. Yves Michel, 2011
  • " Habitat Groupé : écologie, participation, convivialité", Christian Lagrange, Ed. Terre Vivante, 2008

Ils l'ont fait !

"Nous étions à la recherche d'un habitat intermédiaire entre l'anonymat des immeubles classiques et les communautés qui nient la vie de famille. L'habitat groupé répondait à nos besoins : autogestion, mutualisation de la garde des enfants, espaces communs. Nous étions très peu dans les années 80 à vouloir un habitat groupé, mais sur 15 ans, une centaine d'immeubles ont été construits. Mais il ne faut pas se faire trop d'illusions, la vie en groupe – et pourtant, nous avions tous nos propres appartements ! – n'est pas une chose évidente en raison de la diversité de nos cultures, familles et de nos références. Nous avons choisi de travailler dans le consensus pour ne pas générer de frustrations et ça a fonctionné car nous n'avons pas eu d'importants problèmes. Je pense que c'est surtout une très belle expérience pour les enfants. Ils avaient le sentiment de vivre dans une grande famille."

Daniel Jaunas, chargé des échanges d'expériences à Eco Habitat Groupé
http://www.colibris-lemouvement.org/agir/guide-tnt/comment-monter-un-habitat-groupe

.

Fiches pratiques Colibris : Transformons nos territoires

Fiches pratiques Colibris : Transformons nos territoires | Objection de croissance | Scoop.it

1. Créer un lieu d'éducation alternatif

2. Monter un habitat groupé

3. Convertir une cantine à l’alimentation biologique

4. Gérer naturellement ses espaces verts : potager bio et compost

..

http://www.scoop.it/t/objection-de-croissance

Repost 0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 09:38
Auteur :
3 avenue Gambetta, 37500 Chinon
http://www.mdph61.fr/clients/mdph61/upload/images/_vignette/iStock_000007054140Small.jpg
http://www.mdph61.fr/clients/mdph61/upload/images/_vignette/iStock_000007054140Small.jpg

 

Description :
Personne en situation de handicap depuis la naissance. Connait les nombreux problèmes d'accessibilité dans les villesde France ainsi que pour arriver à s'intégrer dans la vie sociale. Sinon aime croquer la vie à pleine dents !

 

A l'attention de tous les maires,
De plus en plus de villes commencent à s'adapter à la venue de personnes handicapées, mais il reste encore beaucoup de chemin à faire. Ayant intégré une structure favorisant l'autonomie et l'insertion sociale des personnes en situation de handicap, je m'en rends plus compte. N'étant pas la seule dans ce cas, je souhaiterais avec vous, interpeller nos Maires sur ces deux problèmes que sont l'accessibilité et l'insertion sociale. Beaucoup d'entre nous ne peuvent accéder aux commerces, pharmacies, bureaux de poste, commissariats de police, etc... Le plus souvent à cause de quelques marches. Quand à l'intégration des personnes en situation de handicap socialement, cela est difficile car beaucoup de gens ont peur du handicap. Mais cela vaut aussi pour les enfants handicapés qui rencontrent des difficultés pour accéder à une scolarité normale, du fait que souvent les bâtiments sont inadaptés.

Alors si vous êtes parent, proche de ces personnes ou l'une d'entre elles, joignez-vous à moi pour rendre nos villes plus accessibles !

.

Plus d'infos sur ce sujet : ici

Pour faire un lien vers cette pétition, cliquez-ici

 

 

Voir aussi :

 

 

Vendredi 17 juin 2011

Alerte ! Les personnes handicapées flouées par l'UMP ! - Accessibilité

 

.

 

Un symbole de mise en garde des personnes en fauteuil contre les chutes de rampe (j_anet/Flickrr/CC).

.

Des logements neufs bientôt inaccessibles aux handicapés ?

Par Marie Kostrz | Rue89 | 03/07/2011

C'est ce qu'on appelle un « cavalier législatif ». Dans une loi sur les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), adoptée par le Parlement le 28 juin, un article qui ne concerne pas cette structure s'est glissé entre deux paragraphes. Discrètement, il remet en cause l'exigence pour les bâtiments neufs d'être accessibles aux personnes handicapées. Une obligation qui fait débat.

Depuis six ans, l'accessibilité de ce public est devenu un principe universel en France : la loi du 11 février 2005 prévoit que les personnes handicapées puissent se déplacer sans problème en tous lieux. Elle est ambitieuse, beaucoup d'espaces sont visés : la voirie, les aménagements des espaces publics, les systèmes de transports et les bâtiments, anciens ou neufs.

L'article 14 bis de la loi Paul Blanc indique que les bâtiments neufs pourront, dans certains cas, ne pas remplir cette obligation :

« Des mesures de substitution peuvent être prises afin de répondre aux exigences de mise en accessibilité. »

Les logements construits par l'Etat ainsi que ceux, collectifs, érigés par les promoteurs, sont concernés. Les maisons individuelles des particuliers n'en font pas partie.

Une régression par rapport à la loi de 2005 ?

Pour Angélina Chauvel, atteinte de la maladie de Little, il s'agit d'une régression. La loi de 2005 permettait selon elle que, les années passant, de plus en plus de logements soient accessibles aux personnes handicapées. Un moyen d'amenuiser la difficulté rencontrée lors de la recherche d'un logement :

« Trouver un appartement est dur pour tout le monde, avoir un handicap est une contrainte supplémentaire.

Il faut un rez-de-chaussée, mais un vrai, sans marches et une salle de bain qui soit pratique. Par exemple, en ce moment je me bats pour que l'office HLM refasse mon bac de douche qui est trop haut. »

Le sénateur Paul Blanc, rapporteur de la loi, n'est pas d'accord. Selon lui, l'article ne remet pas en cause l'accessibilité des personnes handicapées :

« Les chantiers concernés seront très encadrés, tous les promoteurs ne seront pas autorisés à ne pas respecter la loi de 2005. Plusieurs acteurs devront rendre un avis positif, ce qui limitera le nombre de cas. »

Il faudra avant tout que « le maître d'ouvrage apporte la preuve de l'impossibilité technique » de rendre le bâtiment accessible, « du fait de l'implantation du bâtiment, de l'activité qui y est exercée ou de sa destination ».

« On va sur La Lune, on construit le viaduc de Millau mais… »

Le hic est que la notion de « problèmes techniques » reste vague : elle ne sera définie que prochainement dans un décret, ce que déplore Nicolas Merille. Le conseiller technique national pour l'accessibilité à l'Association des paralysées de France (APF) s'insurge :

« Adapter un bâtiment ancien peut parfois être problématique, mais là il s'agit du neuf. Peut-on nous expliquer quels problèmes techniques pourraient exister quand on part de zéro ?

On va sur la Lune, on construit le viaduc de Millau, mais on trouve trop difficile de rendre accessible les logements pour les personnes handicapées ? »

Anne Jarraud-Vergnolle, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, partage sa réserve. Elle explique :

« L'argument des problèmes techniques n'est pas défendable. Dans ma circonscription, dont une partie se situe en zone de montagne, nous avons des établissements médico-sociaux. Ils sont parfaitement accessibles à tous avec des ascenseurs. »

« Avez-vous déjà vu un arbitre en fauteuil sur un stade ? »

Eric Doligé tient à apaiser la polémique. Le sénateur du Loiret a rendu un rapport en juin sur la simplification des normes applicables aux collectivités territoriales. Dans ce document, il aborde l'accessibilité des logements. Selon lui, la loi impose parfois des contraintes qui semblent inutiles aux élus :

« Dernièrement, un sénateur m'a encore donné l'exemple d'un stade de football neuf où il faut absolument aménager un vestiaire pour arbitre handicapé. Il m'a dit : “Avez-vous déjà vu un arbitre en fauteuil roulant sur un stade ? ” »

Selon lui, il serait plus judicieux que la personne handicapée ait accès à toutes les fonctions du bâtiment comme un valide plutôt que l'occuper exactement comme un valide.

Interrogé par Rue89, Paul Blanc assure qu'en coulisse, de nombreux sénateurs de l'opposition ont soutenu l'article, même s'ils ont voté contre dans l'hémicycle.

Un logement accessible, c'est 1% de dépenses en plus, maximum

Autre argument avancé par Eric Doligé : le coût de l'accessibilité, parfois très lourd sur le budget des petites communes. A Wingen-sur-Moder en Alsace, Gérard Fischbach ne dément pas. Le maire explique que la construction du nouveau musée Lalique pose problème. La pente qui permet aux fauteuils roulant d'accéder à une terrasse suspendue sur le toit est trop raide et va devoir être diminuée d'ici à trois mois pour que le musée reste ouvert au public :

« Cela coûte toujours plus cher de refaire des travaux, surtout que l'Etat ne donne pas d'aide à cet effet au niveau du département. Mais, en même temps, c'est important que tous puissent accéder au musée dans son intégralité. »

Selon Nicolas Merville de l'APF, le problème est que l'accessibilité est une notion qui n'a pas encore été intégrée par les architectes :

« Cela arrive souvent qu'ils n'y pensent qu'à la fin du projet. Du coup, les solutions qu'ils proposent sont plus chères. Par exemple, pour accéder à une estrade, ils proposent une plateforme élévatrice au lieu de d'une rampe, ce qui coûte beaucoup moins cher. »

Scandalisé par l'article 14 bis, le riverain Pascal Guicherd nous a contactés. Faire des économies, tel est selon lui le but de cet article :

« Les promoteurs poursuivent toujours des objectifs de rentabilité et j'ai l'impression que la droite les favorise. Le fait que certains logements puissent ne pas être accessibles pour les handicapés, on s'en fout un peu. »

L'accessibilité sert aussi les personnes âgées

Un rapport de la Banque mondiale indique que cela ne représente au maximum 1% de dépenses supplémentaires. Anne-Jarraud Vergnolle, également maire d'Anglet, affirme avoir construit des immeubles accessibles dans sa commune sans que leur coût ne soit plus élevé.

Denis Jacquat, député de la Moselle, a lui aussi voté contre la loi à cause de l'article 14 bis. En plus de respecter le principe d'égalité entre tous, il estime qu'il faut résonner de manière générale :

« Il faut adapter la ville aux différentes étapes physiologiques des habitants. Les aménagements réalisés pour les personnes handicapées sont aussi utiles aux personnes âgées. »

Photos : un symbole de mise en garde des personnes en fauteuil contre les chutes de rampe (j_anet/Flickrr/CC).

 

 

http://www.rue89.com/2011/07/03/des-logements-neufs-bientot-inaccessibles-aux-handicapes-211759

.

Repost 0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 09:16

 

Vendredi 8 juillet 2011

Service-public.fr : le site officiel de l’administration française

 

Repères

Ce qui change au 1er juillet 2011

Publié le 1er.07.2011

 

.


Réforme des retraites, allocations chômage, tarifs de l’électricité, prix du timbre, tarifs SNCF, frais bancaires, affichage environnemental sur 1 000 produits, eurotarifs sur les téléphones portables : retrouvez ce qui change au 1er juillet 2011.

Réforme des retraites

Le passage de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans se met en place progressivement à compter du 1er juillet 2011.

Service-public.fr - Réforme des retraites

Allocations chômage

L’Unédic a décidé de revaloriser les allocations chômage de 1,5 % au 1er juillet 2011.

Unédic - Allocations chômage

Tarifs de l’électricité

Les tarifs de l’électricité vont augmenter de 2,9 % au 1er juillet 2011.

Gouvernement.fr - Tarifs de l’électricité

Prix du timbre

A partir du 1er juillet 2011, le prix du timbre poste pour les envois de lettres de moins de 20 grammes passe de 58 à 60 centimes d’euro.

Service-public.fr - Prix du timbre

Tarifs SNCF

La SNCF a annoncé une augmentation, au 1er juillet 2011, des prix des billets des trains Intercités et TER de 10 centimes d’euros à 2,70 euros, en fonction des destinations.

SNCF - Tarifs SNCF

Frais bancaires

Le total mensuel des frais bancaires ainsi que le plafond de l’autorisation de découvert vont apparaître sur les relevés de compte dès juillet 2011.

Fédération bancaire française - Frais bancaires

Affichage environnemental sur 1 000 produits

Un affichage environnemental doit apparaître, à partir du 1er juillet 2011, sur 1 000 produits afin d’informer les consommateurs de l’impact écologique de leurs achats.

Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement - Affichage environnemental sur 1 000 produits

Eurotarifs sur les téléphones portables

A compter du 1er juillet 2011, l’eurotarif maximum qui s’applique aux téléphones portables pour les appels effectués depuis un pays de l’Union européenne (UE) est de 0,35 euro tandis qu’il est de 0,11 euro pour les appels reçus dans un pays de l’UE (prix par minute, hors TVA).

Europa - Eurotarifs sur les téléphones portables

Voir aussi

.

 

http://www.service-public.fr/actualites/00918.html?xtor=EPR-140

Repost 0

Présentation

  • : Senor Informations
  • Senor Informations
  • : Ce blog, administré par une journaliste-écrivain, Eva, s'adresse aux seniors. Les Médias mentent, ça suffit ! Voici ce qu'on vous cache. Actualité en France, actualité internationale, questions pratiques... Pour contrer la désinformation ! (Abonnement blog, gratuit: Pas plus d'un envoi par jour, regroupant les parutions nouvelles)
  • Contact

Profil

  • eva R-sistons
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.

Adresse eva R-sistons

Recherche

Autres blogs d'eva

Le site officiel d'eva:

 

 

http///chantaldupille.fr 

 

Parmi les autres blogs d'eva:

 

http://sos-crise.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/

http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

http://jeunes.actualité.over-blog.com

 

Livre conseillé 

europe israel david cronin alliance contre nature .

.


Patrick Le Hyaric

(Cliquer sur Patrick pour avoir le livre) 

 

Réedition enrichie et actualisé du livre « GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : Dracula contre les peuples » La première édition de cet ouvrage avait permis de révéler au grand public les négociations tenues secrètes sur le Grand Marché Transatlantique. Cette réédition actualisée et augmentée de plus de 65 pages donne des éléments nouveaux sur les débats en cours et comporte un chapitre supplémentaire sur la négociation secrète sur un projet de traité international pour la privatisation des services public. A mettre entre toutes les mains pour que le mouvement de résistance populaire contre le TAFTA mette en échec ces funestes projets. ..................................................................................................................... Je commande « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples » Au prix de 8€ + 2€ de frais de port par exemplaire (valable uniquement pour la France métropolitaine) Soit 10€ X……………. = …………….€ Nom………………………………………..Prénom…………………………………………… Adresse…………………………………………………………………………………………................................................................................................. Ville……………………………………………………………………................. CP…………………..................................................................................... Téléphone……………………….................................................................. Mail ………...........……………………………………………. ..................................................................................................................... Renvoyer ce bulletin sur papier libre accompagné de votre règlement (chèque à l’ordre de l’Humanité) à : L’Humanité, service de la diffusion militante, 5, rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis cedex

 

 

Archives

Les articles incontournables

 

2 livres à lire pour comprendre le monde actuel
Tout ce qu'on ne vous dit pas (cliquer sur l'image)
(NB Un chouette cadeau de Noël !)

CSC+EP
.
Le blog à lire pour découvrir ce que les médias cachent
.
La réinformation ici :
.
Mon compte twitter
https://twitter.com/rsistons 

 

 

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir absolument (10 mn) pour comprendre notre monde (terrorisme)

 

Le spécialiste de géopolitique, M. Chauprade, explique le monde (vidéo)

 

Le 11 septembre expliqué avec humour, vidéo 5 mn à voir absolument

 

Bilan de Sarkozy - Guerres de Hollande : celles de Sarkozy et de l'OTAN

 

Les Grandes Banques ont déclaré la guerre aux peuples, vidéo à voir par TOUS

 

Le Nouvel Ordre Mondial pour les "Nuls", voici ce qu'il nous prépare

 

La crise pour les Non-Initiés: Causes, mécanismes, conséquences


Clefs pour comprendre les changements en Libye, Côte d'Ivoire, Syrie.. (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir par tous, le message du magistrat Serge Portelli. Alerte !

 

Vidéo qui montre en quelques mn ce que la France devient. A voir par tous

 

L'horreur du capitalisme financier, vidéo extraordinaire, claire (TV belge)

 

Le terrorisme n'est pas islamiste mais fabriqué par le FBI - Super vidéo

 

La France de Sarkozy capitule devant l'Allemagne de Merckel - UE contre les peuples

 

 


phytomortier

L'argent Colloïdal, la médecine naturelle et ses multiples bienfaits

Se procurer ce  remède naturel bienfaisant, et aussi de l'huile

essentielle de Ravintsara et de tee-tree - et un kilo au moins de

tisane aubépine (seul remède efficace contre la peste)

 

 
.

servisphere.com

 
troc, échanges, partage, dons..

 

Le réseau d'entraide gratuit: Gardez bien cette adresse ! Trocs, dons..



SEL: Pensez au SEL, le Système d'Echange Local, pour faire des économies

 

 

 

 

.

A mes Lecteurs et à mes Lectrices Seniors. Lisez l'Info sur Internet !

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons) 

Danièle, retraitée, handicapée, fait une manif à elle seule ! Un modèle !
La délinquance, c'est quoi ? Et cela sert qui ? Remettre les pendules à l'heure
Le système actuel d'argent-dette, super vidéo pour tout comprendre
"Diaporama" pour comprendre les enjeux de la géopolitique. Super vidéo !
Géopolitique: La question russe, vidéo de 19 mn (Aymeric Chauprade)
Senior Information: Non au détricotage du programme gaullien du CNR
Austérité pour tous, mais scandaleux train de vie de Sarkozy à nos frais
Dépendance:Assurance privée obligatoire? Juteuse pour Guillaume Sarkozy?
Comment à l'étranger on voit Sarkozy (télé suisse), vidéo décapante !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qui se substitue aux Nations ?

L'atlantisme, source des problèmes du monde. C'est un totalitarisme (+ vidéo)

Haarp, "l'arme climatique". Russie victime ? 2 posts (Français, Espagnol

Tout savoir sur la puce RFID qu'on devrait nous implanter. Contrôle,fichage

A savoir: C'est la CIA qui finance la construction européenne (Historia)

Les traînées blanches dans le ciel, alerte ! "Chemtrails" toxiques pour tous

La politique de Sarkozy: Profits CAC40 accrus, au détriment des Français

Constitution européenne: Dispositions inquiétantes qu'on a cachées

L'Union Européenne: C'est le 4e Reich ! Dominé par l'Allemagnre

Opération 7 décembre : Initiative internationale contre les banksters

De la Shoah à la "Shoah" planétaire (guerre mondiale, de religion..) ?

Les réseaux de l'horreur: Pédophilie (Dutroux..), satanisme, scandales..

Les animaux malades du capitalisme, torturés - Elevage industriel

Alerte chemtrails ! Traînées blanches dans le ciel, une réalité dangereuse !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qu'on prépare ? Par eva R-sistons

Strauss-Kahn, une catastrophe pour la France et pour la Gauche (eva R-sistons)

Révolutions de couleurs (entre autres) fomentées par la CIA (vidéo)

Comment on vous manipule (via les Médias aux ordres du pouvoir)

Monnaie,finance,FED n'auront plus de secrets pour vous (vidéo dessin animé)

Manipulation des Médias, désinformation, propagande. Médias et CIA

Pour vos vacances, 5 ouvrages à lire, conseillés par eva R-sistons

Les Indignés: Carte de la mobilisation - Comment s'indigner ? (eva R-sistons)

Abus sexuels, notamment sur les enfants (Vidéo, film de Karl Zéro)

Tragédie... grecque. Faillite via les Banques. TB vidéo: La stratégie du choc

Que signifie la "mondialisation" imposée aux peuples ? Par eva R-sistons

Lettre (superbe) à ceux qui se résignent au pire

Ex Gouverneur J. Ventura: "Vous contrôlez notre monde.. pour le détruire"

Qu'est-ce que le Club Bilderberg qui conçoit le Nouvel Ordre Mondial ? (vidéos)

La vérité sur la "démocratie" (Pr Chouard, vidéo) - Tirage au sort ?

Libye: Ce n'est pas une guerre humanitaire pour protéger les civils (vidéo)

Attentat, crise, choc de civilisations en préparation: Monde fou ! (eva R-sistons)

Citations célèbres, notamment d'Einstein - La science devient criminelle

Non seulement ils bombardent l'état souverain Libyen, mais ils le volent !

Copé qui veut être Président de la République a de "jolies" relations !

Patrimoine : La France veut-elle privatiser ses forêts ?

Le « massacre » de Tienanmen était un mythe !

Alertes sous-traitance nucléaire - et gaz de schiste contre santé, air, eau..

Norvège et ailleurs: La lutte contre la Droite raciste haineuse doit être engagée

Libye, Côte d'Ivoire.. puis Algérie, Syrie.. La logique des évenements (eva)

Qui est à l'origine de la dette qui empoisonne nos vies ? Tout savoir

Les atteintes répétées du gouvernement aux droits des malades

Alerte ! La dictature européenne se met en marche ! Explication.

A l'origine de la dette, de la crise en France : Pompidou, Giscard !.

Fausses Révolutions pour la démocratie. "Droit" d'ingérence, guerres "humanitaires"

Les Observateurs de France24: Au service de l'Empire US et des guerres (eva)

(médias et situation internationale)

La dictature du Nouvel Ordre Mondial sur la Grèce et.. sur toute l'UE (eva)

Syrie: Tout ce qu'on ne vous dit pas dans les médias menteurs. Effrayant !

Les Islandais se sont débarrassés avec succès de la mondialisation financière

L'Histoire de France et les Empires, vidéo : 2 formidables heures avec F. Asselineau

Un Lecteur dit ce qu'il pense de Nicolas Sarkozy (eva R-sistons aussi)

On vous ment ! Le terrorisme islamique n'existe pas en France

Le vrai Kadhafi, à partir de documents anciens. Un grand dirigeant !

Diminuer votre consommation de carburant : Tous les conseils

Les expériences secrètes de la CIA : Vidéo passionnante !

Les clefs pour comprendre les évenements majeurs de l'Actualité (eva R-sistons)

Guerre contre la Syrie: Tous les mensonges (massacres, images, analyses..)

Comment l'Occident déstabilise les pays hostiles et sème le chaos

Propagande de guerre (les règles) et manipulation des masses

Gbagbo n'est pas un criminel mais un démocrate. Vrais criminels pas jugés à La Haye

26 vérités sur le groupe État islamique EI qu’Obama veut vous cacher


 

 

  http://molex.unblog.fr/2010/10/17/

(Conditionnement par les Médias)

desinformation.jpg