Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 00:50

 

Macron-loi-non.jpg

http://www.leparisien.fr/economie/des-milliers-de-salaries-manifestent-a-paris-contre-le-projet-de-loi-macron-26-01-2015-4480773.php,

 

Le patronat, dans tous les pays qui ont connu des luttes et des conquêtes sociales, et avec lui, bien entendu, la droite, mais aussi la social-démocratie, tous invoquent en toutes circonstances la nécessité de « réformes structurelles». Et, avec eux, la plupart des journalistes qui ne sont pas au service du devoir d’informer mais qui sont devenus les acteurs quotidiens de la mise en condition des peuples, les chiens de garde d’un système qui accroît les inégalités, génère de la pauvreté.


Ce qui se cache derrière cette formule, c’est tout simplement la volonté de détruire les acquis démocratiques et sociaux qui furent le résultat de dizaines d’années de luttes quand ceux qui se réclamaient du socialisme se battaient pour cet idéal.


 Les réformes structurelles, ce sont d’abord les privatisations. C’est non seulement la liquidation d’un patrimoine acquis avec l’argent de tous, mais c’est aussi l’abandon des outils créés pour rendre accessible au plus grand nombre l’eau potable, le logement, la santé, l’éducation, la culture, les transports, les loisirs. De telle sorte que tout ce qui va dans le sens d’une plus grande égalité des droits, tout ce qui fait société, disparaisse au profit d’une société individualiste, du chacun pour soi. Une société où l’accès aux services dépend des moyens dont chacun dispose. Sous l’impulsion de l’Organisation Mondiale du Commerce, du FMI, de l’Union européenne et des gouvernements successifs, beaucoup a déjà été réalisé dans le domaine des privatisations. Il reste à faire disparaître la sécurité sociale au profit des assurances privées, l’école et l’hôpital au profit d’institutions privées. Et à faire en sorte, au-travers de traités dits de libre-échange qui sont en fait des traités de paupérisation, que tout changement en sens inverse dépende autant des pays étrangers que du nôtre.


Les réformes structurelles, c’est aussi la remise en question radicale du droit du travail, fruit de tant de luttes acharnées. Contrairement à ce que martèlent ces nouveaux directeurs de conscience qui sévissent dans les journaux, à la radio et à la télé, le droit du travail, ce n’est pas un catalogue de privilèges. C’est un inventaire de règles pour se protéger contre la violence et la rapacité des patrons et de leurs actionnaires. Car il y a nécessité à protéger les salariés pour éviter les accidents du travail, les maladies professionnelles, les abus de pouvoir des chefs d’entreprises. Garantir des conditions de sécurité et d’hygiène aux salariés n’a pas été donné ; il a fallu des luttes innombrables pour les obtenir. Et bien souvent, chaque fois que l’occasion se présente, les patrons jamais rassasiés n’hésitent pas à violer le droit du travail.


Les réformes structurelles, enfin, c’est livrer les salariés au bon vouloir des entreprises en remplaçant la loi par le contrat. La loi, gardienne de l’intérêt général impose les mêmes règles partout. Le contrat, typique d’une société qui a renoncé à la solidarité, laisse le salarié dans un face à face avec le patron et donc dans une relation inégalitaire puisque le primat européen de la concurrence permet aux patrons d’user du chantage à l’emploi dans un contexte où la libre circulation des personnes est devenue l’instrument du dumping social.

 

Il y a urgence pour celles et ceux qui ne se résignent pas à affirmer haut et fort, qu’ils rejettent les réformes structurelles, nouvel instrument de la lutte des classes possédantes contre les salariés. Nous ne voulons pas de ce retour au 19e siècle qu’on est en train de nous infliger sous le prétexte de modernité, un prétexte qui était déjà, sous la République romaine, l’argument des patriciens contre les plébéiens.

Ce qui, très concrètement, signifie le rejet des politiques du gouvernement Hollande-Valls et le rejet des principes fondamentaux à la base de l’Union européenne, car on ne rappellera jamais assez que sous le beau prétexte d’unir les peuples d’Europe, on les dresse les uns contre les autres au nom du dogme de la concurrence libre et non faussée.


Le peuple grec vient de montrer le chemin. Soyons à la hauteur du message qu’Athènes nous envoie. Pour l’heure, levons-nous en masse contre la loi Macron, instrument voulu par le MEDEF pour avancer sur la voie des réformes structurelles ; levons-nous en masse contre le traité UE-Canada, le traité UE-USA et les accords de partenariat économique qui soumettent les peuples à la dictature des firmes transnationales.

 

rmj

 

http://www.jennar.fr/?p=4116

 

 

.

.

Repost 0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 22:55

,

La Bolivie et Cuba s’unissent contre la mafia de l’industrie pharmaceutique !

mardi 11 novembre 2014
par  RG


Le président Evo Morales et son homologue de Cuba, Raúl Castro, se sont donc mis d’accord pour fabriquer des médicaments dans la nation andine et cesser de dépendre des monopoles pharmaceutiques.

 

La Bolivie importe 70 % des médicaments consommés dans le pays, pour un montant approximatif de 56,4 millions de dollars.

 

« Faire un pas important vers l’intégration commerciale et industrielle ».

Le président Evo Morales et son homologue de Cuba, Raúl Castro, se sont donc mis d’accord pour fabriquer des médicaments dans la nation andine et cesser de dépendre des monopoles pharmaceutiques. La Bolivie importe 70 % des médicaments consommés dans le pays, pour un montant approximatif de 56,4 millions de dollars.

Le président Evo Morales a déclaré s’être mis d’accord avec son homologue Raúl Castro pour que la Bolivie et Cuba fabriquent conjointement des médicaments afin d’éviter une dépendance des multinationales.

« Nous avons conclu qu’ensemble, la Bolivie et Cuba, nous allons fabriquer des médicaments en Bolivie, nous allons fabriquer nos médicaments », a affirmé le président bolivien dans une apparition publique, révélant les détails de son entretien avec Castro ce jeudi à La Havane.

Morales, qui avait assisté un jour avant à l’investiture du nouveau président du Costa Rica, s’est ensuite rendu sur l’île pour rencontrer son homologue avec lequel il partage « quantité d’opinions politiques et idéologiques ».

« Nous ne pouvons pas continuer à importer des médicaments, nous ne pouvons pas rester soumis aux multinationales qui fabriquent des médicaments », a déclaré Morales, affirmant que les deux présidents ont conclu un accord pour « faire un pas important vers l’intégration commerciale et industrielle ».

La Bolivie importe 70 % des médicaments consommés dans le pays, pour un montant approximatif de 56,4 millions de dollars, selon des données officielles.

Morales, qui a vanté les mérites du système de santé cubain, a expliqué que désormais, les ministres de la Santé des deux pays devront se réunir et travailler de concert pour progresser sur ce terrain. Le président a également ordonné à son ministère d’acheter des médicaments à l’île.

Pendant cette rencontre, les deux mandataires ont échangés leurs points de vue sur des sujets afférant à l’actualité internationale, en particulier à la préparation du prochain sommet du Groupe des 77, qui aura lieu en Bolivie en juin prochain. Ils ont également constaté l’excellent déroulement de leurs relations bilatérales et ont analysé les mesures à prendre pour continuer à les approfondir, rapporte l’Agence Bolivienne de Presse (ABI : Agencia Boliviana de Noticias).

Traduit de l’article de TeleSUR par Fabio Coelho de Ficientis pour Croah.fr

 

http://s147752339.onlinehome.fr/cubacoop/spip.php?article1838

 

 

.

Sur ce site,

 

LE New York Times SOULIGNE QUE LE BLOCUS DE Cuba OPPOSE LES Etats-Unis AU MONDE

mardi 11 novembre 2014
par  RG

 

Cuba : LE New York Times SOULIGNE QUE LE BLOCUS DE Cuba OPPOSE LES Etats-Unis AU MONDE


Washington, 29 octobre (RHC/PL).- Un article du quotidien « The New York Times » indique que les États-Unis et Israël se sont retrouvés seuls contre le monde une nouvelle fois en ce qui concerne le blocus de Cuba.

Sous le titre « On Cuba Embargo, It’s the U.S. and Israel Against the World or « Again » (Concernant le blocus, les États-Unis et Israël contre le monde ou, « de nouveau »), le journaliste Ernesto Londoño a mis l’accent sur l’approbation à l’Assemblée Générale de l’ONU d’une résolution demandant la fin de ce siège économique, financier et commercial imposé à notre pays.

« Sur les 193 pays membres de l’ONU, 188 ont appuyé Cuba. Les trois abstentions -Iles Marshall, Micronésie et Palau- ne sont pas considérés comme des poids lourds en matière diplomatique » a signalé Ernesto Londoño dans l’éditorial que publie le New York Times.

« Seul Israël (le principal allié de Washington au Moyen Orient) s’est rangé du côté des États-Unis » a souligné l’éditorial en signalant qu’il vaut bien la peine d’accorder de l’attention à ce vote annuel car il a eu lieu au moment où la pression internationale grandit en faveur de la normalisation de relations avec Cuba.

« La Maison-Blanche est en train d’étudier quelles mesures elle pourrait être capable de prendre dans cette direction pendant le temps qui reste au président Obama à son poste » souligne l’éditorial.

Ernesto Londoño a critiqué la position d’un « ex ambassadeur des États-Unis peu connu, Ronald Godard qui, en représentation de son pays, a essayé de défendre la continuité d’une politique qui a survécu à 11 administrations tant républicaines que démocrates.

L’éditorial a mis l’accent sur le fait que Cuba a exprimé sa disposition au dialogue avec les États-Unis et il a cité des passages de l’intervention du ministre cubain des affaires étrangères, Bruno Rodríguez lorsqu’il a présenté la résolution cubaine à l’Assemblée Générale de l’ONU au sujet d’un futur rapprochement basé sur une relation respectueuse.

Le New York Times, qui a publié ces deux derniers jours deux éditoriaux sur la nécessité de lever le blocus et de recomposer les liens entre nos deux pays, a qualifié de draconienne la politique de Washington envers La Havane.

« C’est une ironie qu’une politique ayant pour but d’isoler Cuba a eu l’effet contraire et que ceux qui sont restés isolés sont les États-Unis » a souligné ce quotidien.

La veille, le New York Times avait publié un article signalant que l’Assemblée Générale de l’ONU a voté de façon écrasante, pour la 23e fois, pour condamner » un blocus qui dure depuis plus de 5 décennies et qui, de l’avis des experts, est le plus long de l’histoire.


EDITÉ PAR REYNALDO HENQUEN

 

http://s147752339.onlinehome.fr/cubacoop/spip.php?article1832

 

 

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 18:02
Repost 0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 00:01
 

octobre 2014

 

   Facebook   twitter

Vous pouvez sauver les chiens abandonnés d’Ukraine

© Shelter Pif



Chèr(e) Caroline,

Le conflit armé qui a embrasé l'Ukraine continue de menacer la vie de nombreux civils et de leurs animaux.

Il y a quelque temps, je vous ai raconté l'histoire d'un refuge à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, qui s'efforce tant bien que mal de sauver des centaines de chiens victimes du conflit. Grâce à la générosité de nos donateurs, les bénévoles sur place ont pu prendre soin des rescapés, mais la sécurité de ces chiens n'est pas encore garantie et la bataille pour leur survie est loin d'être terminée.

En juin dernier, le refuge Pif, dépassé par l'ampleur de la situation, a décidé de solliciter notre aide pour nourrir et soigner les chiens errant dans les rues. Fuyant la violence des conflits, les habitants sont en effet contraints d'abandonner leurs fidèles compagnons à leur sort. Certains chiens ont ainsi été retrouvés attachés devant les maisons, dans l'espoir que quelqu'un s'en occupe.

Nous ne pouvions rester les bras croisés alors que des chiens meurent de faim.

Grâce au soutien de nos sympathisants, IFAW est donc venu en aide au refuge Pif, qui subvient courageusement aux besoins d'un millier de chiens.

Jour après jour, les bénévoles continuent de recueillir des animaux abandonnés dans les rues. Certains pensionnaires proviennent également de refuges qui ont dû fermer leurs portes, les membres du personnel ayant dû quitter la région avec leurs familles.

Ces volontaires héroïques risquent leur vie au quotidien pour prendre soin de ces animaux abandonnés, et tentent tant bien que mal de calmer les nerfs des chiens terrifiés par le bruit des détonations qui retentissent dans la ville.

Donetsk est en proie au chaos le plus total, et les animaux sont les victimes oubliées du conflit.

Les bénévoles du refuge Pif ne se contentent pas de nourrir et de réconforter les chiens errants : ils leur dispensent également des soins vétérinaires et soignent même leurs propriétaires lorsqu'ils n'ont pas les moyens de payer les honoraires d'un médecin.

Les chiens de Donetsk ont besoin de votre aide. Ne les oubliez pas.

Les défenseurs des animaux se mobilisent pour leur venir en aide. En faisant un don dès aujourd'hui, vous pouvez aider l'équipe de sauvetage d'urgence d'IFAW à nourrir et à soigner ces chiens abandonnés.

Dans la ville meurtrie de Donetsk, même les besoins les plus élémentaires sont difficiles à satisfaire. Les bénévoles et le personnel du refuge Pif ont bien du mal à faire face à l'ampleur de la situation, et ont besoin de 290€ par jour pour nourrir tous leurs pensionnaires.

Ce n'est pas la première fois qu'IFAW intervient pour sauver des animaux sur le théâtre de conflits armés. Au cours des dernières années, nous avons sauvé des lions, des tigres, des ours bruns, des loups et des primates d'un zoo de Bagdad ainsi que les pensionnaires d'autres zoos en Tunisie et en Libye.

Ces chiens ont besoin d'aide de toute urgence. Chaque don peut changer la vie des chiens malades et affamés en Ukraine et de tous les animaux auxquels nous portons secours dans le monde entier.

Merci du fond du cœur.

Shannon Walajtys Shannon Walajtys signature

Shannon Walajtys
Responsable de l'équipe d'intervention d'urgence d'IFAW

P.S. : L'équipe de sauvetage en cas de catastrophes d'IFAW a besoin de vous. Aidez-nous à sauver ces chiens.

Repost 0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 00:23

 

 

jeudi 28 août 2014

LE MINABLE REMANIEMENT !

Voici le dernier scoop médiatique de ce gouvernement qui n'en finit plus de s'effondrer et d 'étaler sa stupidité, son incompétence et sa lâcheté..

Le remaniement  ministériel !

Un remaniement qui n'aura servi qu'a nous faire subir les analyses lamentables des journalistes des différents médias tentant chacun leur tour de nous expliquer une situation que n'importe quel français doté d'un cerveau aura aisément compris
Nous sommes gouvernés par des minables..
Et nous pouvons ajouter que nous sommes aussi informés par des minables doublés de crétins incultes... Ça fait beaucoup.. quand même !

Un remaniement qui permet de faire entrer à l'économie un banquier de chez Rothschild , à l’éducation nationale une détraquée de la théorie du genre et qui laisse en place le fabius aux affaires étrangères afin de le laisser continuer son travail de destruction de la diplomatie française dans le monde..

Reste le hollande qui a passé la journée à se balader en Bretagne sous la pluie pendant que valls se démenait au téléphone notant tant bien que mal les ordres du CRIF, d’Israël et de la commission européenne... Non là c est de la politique fiction..
Enfin notre problème n'est plus à ce niveau !
Notre problème est de savoir que faire contre cette bande d’usurpateurs ?
Le vote n'apporte quasiment plus rien puisque en fait, à quelques exceptions près, l'ensemble de la classe politique soutient une politique d'effondrement et de trahison en faveur de l'empire du mensonge.
La révolte populaire est très improbable compte tenu de l'état de délabrement mental dans lequel est tenu la population de ce pays. Une seule chose ferait se révolter le bon peuple : supprimer la télé !
Alors là, nous assisterions à des scènes de très grande violence et d’hystérie collective mais rassurez vous, les programmes de haute débilité sont déjà prévu afin de les conforter dans leur bêtise..
La solution est, sans doute, dans le rassemblement et la lutte contre la division qui est une horreur permettant le maintien au pouvoir de toute cette élite diabolique, mais comment pourrions nous nous rassembler dés lors que nous passons notre temps à nous jeter au visage nos origines, nos confessions et nos opinions politiques.
Pouvons nous nous permettre encore de perdre du temps devant cette offensive terrible ?
Pourrons nous faire vraiment l' économie d'une guerre civile ou d'une émeute sanglante satisfaisant en réalité nos dirigeants et plongeant dans le bain de sang, nos voisins et amis ?
Un autre remaniement suivra ou une dissolution qui laissera encore et toujours les mêmes au pouvoir qui ne permettra à personne d'entre nous de nous défendre, de faire valoir nos droits de citoyens.
Et pourtant tout continuera dans l'indifférence générale et un jour, il sera trop tard..
Les médias nous baladent et pourtant nous les écoutons, les politicards nous mentent et pourtant nous leur permettons de nous diriger.
Si ce monde capote, ce sera de notre fait et de notre faute..
Si nous sommes privés de liberté un jour et si nous laissons à nos enfants une société injuste, révoltante et hideuse, ce sera par notre lâcheté et notre paresse..
Il est faux de croire que rien n'est possible car prendre conscience est déjà un pas mais cela ne suffit plus.
Les réseaux sociaux sont devenus le terrain de tous les crétins congénitaux postant des stupidités et répondant ainsi à la demande des créateurs de ces réseaux qui est de prolonger l'abrutissement déjà diffusés par les médias traditionnels.
Pourtant ces réseaux qui nous lient pourrait nous permettre de nous retrouver dans le réel et de nous éveiller mutuellement à une conscience différente .
Ne soyons pas naïfs, ils n'ont bien sur pas été créés pour ça mais sachons profiter de ce système et réveillons nous !
Abbas
http://abbas-infos.blogspot.fr/2014/08/le-minable-remaniement.html

dimanche 7 septembre 2014

SORTEZ DU NOMBRE !

 

Brassens disait «  sitôt qu'on est plus de quatre, on est une bande de cons » !
Le Georges avait raison, sans nul doute, à en croire le rassemblement de clowns à l'assemblée nationale ou le peuple en furie dans la rue défendant l'idée que les médias lui ont glissé..
Le nombre est toujours improductif, voyez le nombre de dégénérés courant dans les librairies se procurer le livre de l'ex compagne d'un président minable, sans honneur, sans dignité et sans courage. Pensez vous qu'il soit possible qu’autant de gens se procurent un livre sur l'histoire, sur la géopolitique ou sur le système économique ?
Non ! Définitivement les idiots sont du coté du nombre..

La révolution attendue devrait être populaire ! En principe oui puisque la parole est au peuple mais nous savons que la parole a été confisquée depuis longtemps et que si elle était rendue , qu'en ferait ce peuple éduqué à la télé, à l'alcool et à la pornographie ?
Les rassemblements n'atteignent jamais leurs objectifs, souvenez vous des grandes manifestations pour la retraite ou plus récemment contre le mariage homo !
Quel est le résultat ?
Pourquoi une telle situation ?
Parce que dés lors qu'un certain nombre de gens se réunissent, il y aura toujours un média ou un parti politique pour récupérer cette idée, la travestir et faire accepter au nombre un consensus à partir du plus petit dénominateur commun qui ne satisfera absolument personne.
Mais le nombre ne pense pas !
Le nombre essaie d'adapter sa pensée à son voisin tout en sachant que la plupart du temps le voisin n'a pas de pensée et même plus de cerveau..

Je ne conteste aucunement la force de l'unité, je dis simplement qu'avant d 'envisager une unité, il faut vous présenter avec vos armes et vos arguments et non ceux qui vous ont été soufflé par votre présentateur télé préféré ou votre star américaine dégénéré et instrumentalisé par ceux qui gèrent ce monde.
Je dis simplement que le niveau de conscience de la population française est aujourd'hui dans un caniveau et qu'il sera bien difficile de trouver des personnages solides pour lutter contre l'élite dévoyée.

La division est l’œuvre du système qui a réussi à faire se battre entre eux des citoyens qui habitent les mêmes quartiers sous prétexte que l'un croit en dieu et l'autre non .
Chapeau bas !
Cela n'a pas été très difficile ceci dit puisque les religieux ne comprennent, pour la plupart, rien à leur religion, et les autres ne savent pas vraiment pourquoi ils sont contre..
Quelle époque formidable !

Les uns et les autres n'ayant aucune référence historique ou géographique, hormis celles servies pas les médias crétins, il a même été possible de faire gober à cette majorité de débiles profonds qu'un nouveau califat s'était créer et qu'il fallait absolument armer toutes les populations autour de ce califat bidon pour encore et toujours faire mourir, massacrer et déplacer des populations.
Personne n'aurait l'idée de demander qui finance et qui arme ce faux état islamique qui n'est ni un état, ni islamique , bien sur..
Le plus drôle est que le peuple français est qualifié de peuple évolué...
Le nombre est une erreur et d'ailleurs les responsables politiques tirent leur légitimité du nombre, n'est ce pas ?
La démocratie est une formule basée sur le nombre d’inscrits, le nombre de votants et le gagnant est celui qui remportera le plus grand nombre de scrutins et voyez le résultat.
Les dirigeants sont prêts à toutes les bassesses, à toutes les ignominies pour remporter une élection et faire appliquer le programme que leurs financiers leur imposeront !
A votre déconvenue bien sur !
Mais ne le saviez vous pas avant ?

Si nous sommes dans ce bazar, c'est à cause de toi, mon ami
Si nous sommes au bord du chaos, c est à cause de ta bêtise, mon cher concitoyen !
Tu veux stopper tout ça ? Commence par réfléchir et faire réfléchir tes enfants mais je te préviens, c 'est le combat le plus dur que tu n'auras jamais mené..
Abbas
http://abbas-infos.blogspot.fr/2014/09/sortez-du-nombre.html

CONTRE LA DIVISION

DIVISER POUR MIEUX RÉGNER


En politique et en sociologie, diviser pour régner est une stratégie visant à semer la discorde et à opposer les éléments d'un tout pour les affaiblir et à user de son pouvoir pour les influencer. Cela permet de réduire des concentrations de pouvoir en éléments qui ont moins de puissance que celui qui met en œuvre la stratégie, et permet de régner sur une population alors que cette dernière, si elle était unie, aurait les moyens de faire tomber le pouvoir en question

RESISTANCE

RESISTANCE
.

Repost 0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 18:12

,

LE MOT JUSTE. Dominique de Villepin : «Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza»

Posted on août 1, 2014 @ 11:13

43

 

Photo: Sébastien Soriano/Le Figaro

Photo: Sébastien Soriano/Le Figaro

 

FIGAROVOX/EXCLUSIF- Dans une tribune publiée dans Le Figaro, l’ancien premier ministre s’inquiète du silence de la France face à l’escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens. Il appelle de ses voeux une interposition de l’O.N.U.



Dominique de Villepin est avocat. Il a été ministre des affaires étrangères et premier ministre de Jacques Chirac.


 

Lever la voix face au massacre qui est perpétré à Gaza, c’est aujourd’hui, je l’écris en conscience, un devoir pour la France, une France qui est attachée indéfectiblement à l’existence et à la sécurité d’Israël mais qui ne saurait oublier les droits et devoirs qui sont conférés à Israël en sa qualité d’État constitué. Je veux dire à tous ceux qui sont tentés par la résignation face à l’éternel retour de la guerre qu’il est temps de parler et d’agir. Il est temps de mesurer l’impasse d’une France alignée et si sûre du recours à la force. Pour lever le voile des mensonges, des omissions et des demi-vérités. Pour porter un espoir de changement. Par mauvaise conscience, par intérêt mal compris, par soumission à la voix du plus fort, la voix de la France s’est tue, celle qui faisait parler le général de Gaulle au lendemain de la guerre des Six-Jours, celle qui faisait parler Jacques Chirac après la deuxième intifada.

 

Comment comprendre aujourd’hui que la France appelle à la «retenue» quand on tue des enfants en connaissance de cause? Comment comprendre que la France s’abstienne lorsqu’il s’agit d’une enquête internationale sur les crimes de guerre commis des deux côtés? Comment comprendre que la première réaction de la France, par la voix de son président, soit celle du soutien sans réserve à la politique de sécurité d’Israël? Quelle impasse pour la France que cet esprit d’alignement et de soutien au recours à la force.


Je crois que seule la vérité permet l’action. Nous ne construirons pas la paix sur des mensonges. C’est pour cela que nous avons un devoir de vérité face à un conflit où chaque mot est piégé, où les pires accusations sont instrumentalisées.


Ayons le courage de dire une première vérité: il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre. Il y a un droit à la paix qui est le même pour tous les peuples. La sécurité telle que la recherche aujourd’hui Israël se fait contre la paix et contre le peuple palestinien. En lieu et place de la recherche de la paix, il n’y a plus que l’engrenage de la force qui conduit à la guerre perpétuelle à plus ou moins basse intensité.


L’État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu’elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu’elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire. C’est la spirale de l’Afrique du Sud de l’apartheid avant Frederik De Klerk et Nelson Mandela, faite de répression violente, d’iniquité et de bantoustans humiliants. C’est la spirale de l’Algérie française entre putsch des généraux et OAS face au camp de la paix incarné par de Gaulle.


Il y a une deuxième vérité à dire haut et fort: il ne saurait y avoir de responsabilité collective d’un peuple pour les agissements de certains. Comment oublier le profond déséquilibre de la situation, qui oppose non deux États, mais un peuple sans terre et sans espoir à un État poussé par la peur? On ne peut se prévaloir du fait que le Hamas instrumentalise les civils pour faire oublier qu’on assassine ces derniers, d’autant moins qu’on a refusé de croire et reconnaître en 2007 que ces civils aient voté pour le Hamas, du moins pour sa branche politique. Qu’on cite, outre les États-Unis, un seul pays au monde qui agirait de cette façon. Même si les situations sont, bien sûr, différentes, la France est-elle partie en guerre en Algérie en 1995-1996 après les attentats financés par le GIA ? Londres a-t-elle bombardé l’Irlande dans les années 1970 ?


Troisième vérité qui brûle les lèvres et que je veux exprimer ici: oui il y a une terreur en Palestine et en Cisjordanie, une terreur organisée et méthodique appliquée par les forces armées israéliennes, comme en ont témoigné de nombreux officiers et soldats israéliens écœurés par le rôle qu’on leur a fait jouer. Je ne peux accepter d’entendre que ce qui se passe en Palestine n’est pas si grave puisque ce serait pire ailleurs. Je ne peux accepter qu’on condamne un peuple entier à la peur des bombardements, à la puanteur des aspersions d’«eau sale» et à la misère du blocus. Car je ne peux accepter qu’on nie qu’il y a quelque chose qui dépasse nos différences et qui est notre humanité commune.


Il n’y a aujourd’hui ni plan de paix, ni interlocuteur capable d’en proposer un. Il faut tout reprendre depuis le début. Le problème de la paix, comme en Algérie entre 1958 et 1962, ce n’est pas «comment?», c’est «qui ?».


Il n’y a pas de partenaire en Palestine car les partisans de la paix ont été méthodiquement marginalisés par la stratégie du gouvernement d’Israël. La logique de force a légitimisé hier le Hamas contre le Fatah. Elle légitime aujourd’hui les fanatiques les plus radicaux du Hamas voire le Djihad islamique. Se passer de partenaire pour la paix, cela veut dire s’engager dans une logique où il n’y aurait plus que la soumission ou l’élimination.


Il n’y a plus de partenaire pour la paix en Israël car le camp de la paix a été réduit au silence et marginalisé. Le peuple israélien est un peuple de mémoire, de fierté et de courage. Mais aujourd’hui c’est une logique folle qui s’est emparée de son État, une logique qui conduit à détruire la possibilité d’une solution à deux États, seule envisageable. La résignation d’une partie du peuple israélien est aujourd’hui le principal danger. Amos Oz, Zeev Sternhell ou Elie Barnavi sont de plus en plus seuls à crier dans le désert, la voix couverte par le vacarme des hélicoptères.


Il n’y a plus non plus de partenaire sur la scène internationale, à force de lassitude et de résignation, à force de plans de paix enterrés. On s’interroge sur l’utilité du Quartette. On désespère de la diplomatie du carnet de chèques de l’Europe qui se borne à payer pour reconstruire les bâtiments palestiniens qui ont été bombardés hier et le seront à nouveau demain, quand les États-Unis dépensent deux milliards de dollars par an pour financer les bombes qui détruisent ces bâtiments.


Face à l’absence de plan de paix, seules des mesures imposées et capables de changer la donne sont susceptibles de réveiller les partenaires de leur torpeur. C’est au premier chef la responsabilité de la France.


Le premier outil pour réveiller la société israélienne, ce sont les sanctions. Il faut la placer devant ses responsabilités historiques avant qu’il ne soit trop tard, tout particulièrement à l’heure où il est question d’une opération terrestre de grande envergure à Gaza. Cela passe par un vote par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution condamnant l’action d’Israël, son non-respect des résolutions antérieures et son non-respect du droit humanitaire et du droit de la guerre. Cela signifie concrètement d’assumer des sanctions économiques ciblées et graduées, notamment pour des activités directement liées aux opérations à Gaza ou aux activités économiques dans les colonies. Je ne crois guère aux sanctions face à des États autoritaires qu’ehttp://allainjules.com/2014/08/01/le-mot-juste-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza/lles renforcent. Elles peuvent être utiles dans une société démocratique qui doit être mise face aux réalités.


Le deuxième outil, c’est la justice internationale. L’urgence aujourd’hui, c’est d’empêcher que des crimes de guerre soient commis. Pour cela, il est temps de donner droit aux demandes palestiniennes d’adhérer à la Cour pénale internationale, qui demeure aujourd’hui le meilleur garant de la loi internationale. C’est une manière de mettre les Territoires palestiniens sous protection internationale.


Le troisième outil à la disposition de la communauté internationale, c’est l’interposition. À défaut de pouvoir négocier une solution, il faut l’imposer par la mise sous mandat de l’ONU de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, avec une administration et une force de paix internationales. Cette administration serait soumise à de grands périls, du côté de tous les extrémistes, nous le savons, mais la paix exige des sacrifices. Elle aurait vocation à redresser l’économie et la société sur ces territoires par un plan d’aide significatif et par la protection des civils. Elle aurait également pour but de renouer le dialogue interpalestinien et de garantir des élections libres sur l’ensemble de ces territoires. Forte de ces résultats, elle appuierait des pourparlers de paix avec Israël en en traçant les grandes lignes.


Nous n’avons pas le droit de nous résigner à la guerre perpétuelle. Parce qu’elle continuera de contaminer toute la région. Parce que son poison ne cessera de briser l’espoir même d’un ordre mondial. Une seule injustice tolérée suffit à remettre en cause l’idée même de la justice.

 

Source: Le Figaro

 

 

http://allainjules.com/2014/08/01/le-mot-juste-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza/

 


Repost 0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 18:07

 

.

"On nous en parle depuis si longtemps, de la nécessité d’une ¨nouvelle architecture financière¨. Nous y voilà, enfin !¨ s’est exclamé Nicolas Maduro lors de la rencontre des chefs d’État latino-américains avec ceux du BRICS. ¨Avec notre Banque du Sud et celle du BRICS, nous pouvons enfin nouer des alliances pour nous développer et pour lutter contre la pauvreté, libérés du chantage du FMI, du dollar et des spéculateurs internationaux qui ont fait des dettes extérieures un mécanisme de domination. C’est pourquoi la lutte actuelle de l’Argentine est notre lutte à tous.¨


¨L’axe du mal¨ tend à s’étoffer puisqu’il représente déjà près de la moitié de la population mondiale… De Cristina Fernandez à Evo Morales (premier rang) et de José ¨Pepe¨ Mujica à Nicolas Maduro (second rang), l’Amérique Latine a rencontré les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) à Fortaleza (Brésil) du 15 au 16 juillet 2014.

 

¨L’axe du mal¨ tend à s’étoffer puisqu’il représente déjà près de la moitié de la population mondiale… De Cristina Fernandez à Evo Morales (premier rang) et de José ¨Pepe¨ Mujica à Nicolas Maduro (second rang), l’Amérique Latine a rencontré les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) à Fortaleza (Brésil) du 15 au 16 juillet 2014.

Le BRICS, l'UNASUR et la CELAC dessinent une nouvelle carte du monde multipolaire

 

Le BRICS, l'UNASUR et la CELAC dessinent une nouvelle carte du monde multipolaire

¨On nous en parle depuis si longtemps, de la nécessité d'une ¨nouvelle architecture financière¨. Nous y voilà, enfin !¨ s'est exclamé Nicolas Maduro lors de la rencontre des chefs d'État ...

 

http://www.cbparis.org/2014/07/le-brics-l-unasur-et-la-celac-dessinent-une-nouvelle-carte-du-monde-multipolaire.html

 

.

Le BRICS, l'UNASUR et la CELAC dessinent une nouvelle carte du monde multipolaire

.

Venezuela infos
Diminuer la taille

Caracas,

24 juillet AVN – Le "nouvel ordre mondial", surgi des Accords de Bretton Woods qui ont établi les règles de l’échange financier global et ont mis en place l’hégémonie du dollar à perpétuité dans les transactions internationales est trop usé pour rester un paradigme de la domination planétaire. Le 22 juillet 1944, il y a exactement 70 ans, s’achevait la réunion dans un hôtel du New Hampshire dans laquelle les Etats-Unis firent prévaloir leurs intérêts devant les délégués de 44 pays et imposèrent la planche à billet illimitée du dollar pour remplacer l’or en tant qu’étalon de la valeur de chaque monnaie dans le monde. C’est là que sont nés leFonds Monétaire International et la Banque Mondiale, deux institutions qui, depuis lors ont fixé les normes de l’impérialisme économique et ont décidé du sort de peuples entiers. Mais la planète a changé pendant ces 7 décennies : le déclin des Etats-Unis et de ses satellites européens semble inévitable alors que le modèle hégémonique né de Bretton Woods est confronté à de nouvelles approches venues d’autres centres de pouvoir et d’alliances toujours plus vigoureuses entre des pays qui s’opposent aux directives élaborées par Washington pour son propre profit.

Alicia Barcena, Secrétaire Exécutive de la Commission Économique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPAL, organisme de l’ONU)

Pendant que l’empire états-unien lutte encore contre les effets de l’explosion de la bulle spéculative de 2008 et que les pays d’Europe sont pris dans les crises sociales et les dysfonctionnements de leur monnaie unique, un groupe de pays émergents prend l’initiative de la création de deux organismes multilatéraux qui se substitueront aux tout-puissants FMI et BM dans une limite de compétence qui comprend, pour l’instant, la moitié de la population mondiale, 30% du produit intérieur brut global et 23% de la surface de la terre. Le groupe du BRICS (Brésil, Inde, Russie, Chine et Afrique du Sud) a décidé lors de son récent sommet au Brésil de créer une banque de développement (la New Development Bank, NDB) et un fonds de réserve (le Contingency Reserve Arrangement, CRA), qui rempliront les mêmes fonctions que celles pour lesquelles sont été créés le FMI et la BM, c’est à dire, mobiliser des ressources pour financer des projets d’infrastructure et servir de mécanisme préventif face à des épisodes de volatilité financière. Il s’agit de l’accord financier multilatéral le plus important depuis la création des institutions de Bretton Woods, selon Alicia Barcena, la secrétaire exécutive de la Commission Economique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPAL).


Chacune de ces institutions aura un capital de 100 000 millions de dollars pour ses tâches de financement de projets et de protection monétaire des pays signataires. "Le nombre croissant de crises qui ont été enregistrées au niveau mondial à partir des années 80 dans les pays développés et en développement (4 dans les années 70, 38 dans les années 80 et 74 dans les années 90) démontre que la volatilité et l’instabilité sont des maux endémiques qui se sont renforcés à cause de la globalisation financière croissante et que les pays développés sont aussi vulnérables face aux aléas des marchés financiers et de leurs effets de contagion que les pays en développement", a dit Barcena en commentant les résultats de la réunion de Fortaleza.

Ainsi, on peut affirmer que l’accord BRICS pour la création d’une banque de développement et d’un fonds de réserve a des dimensions historiques. On peut dire la même chose des méga-contrats signés en mai par la Russie et la Chine pour la fourniture de gaz russe à Pékin pour un montant de 400 000 millions de dollars qui pourra être négocié en Yuans et en Roubles, abandonnant le dollar. Un des accords souscrits entre les géants d’Etat russe et chinois , Gazprom et CNPC, stipule la fourniture de combustible au pays asiatique pendant 30 ans tandis que l’accord entre la Banque de Chine et le VTB, le second groupe bancaire le plus important de Russie, envisage d’effectuer les paiements réciproques dans les devises nationales.

Un vent nouveau porteur d’idées sur le développement soutenable et inclusif souffle sur la scène mondiale, venant du BRICS et d’Amérique Latine, secoue les bases qui soutiennent l’ordre mondial dessiné en 1944 par les Accords de Bretton Woods. Le surgissement du BRICS comme moteur de l’économie globale à cause de ses taux soutenus de croissance élevée, remet en cause l’ordre financier établi depuis la Seconde guerre Mondiale. La nouvelle architecture financière globale d’un monde toujours plus multipolaire, n’aura plus le dollar comme centre de gravité et les institutions surgies des Accords de Bretton Woods n’exerceront plus le rôle de direction qui leur fut assigné et que les intérêts transnationaux se sont approprié.

Le BRICS étend son influence en Amérique Latine.

Le président équatorien Rafael Correa avec les dirigeants du BRICS

Le 6° sommet des pays du BRICS qui a eu lieu au Brésil du 15 au 16 juillet a été suivi avec intérêt dans le monde entier, aussi bien par les Etats-Unis et d’autres pays riches qui parient sur l’affaiblissement de cette instance que par les nations qui voient dans le BRICS une alternative vers un ordre mondial plus démocratique et équitable.

Dans la réunion des présidents du bloc, on a débattu comme thème central, de "la croissance inclusive: solutions soutenables", dans le but d’avancer dans le développement de politiques de croissance économique d’un point de vue social. Dans leur déclaration finale, les pays du BRICS ont déclaré qu’ils "continueront à donner un rôle important à la promotion du développement social et à contribuer à la mise en place d’un agenda international dans cette limite, sur la base de leur expérience dans la recherche de solutions aux défis de la pauvreté et des inégalités". Ils appellent aussi instamment à conclure les négociations internationales sur le changement climatique par un accord légalement obligatoire de l’ONU sur le changement climatique en tenant compte des "responsabilités communes mais différentes et des capacités respectives".

D’autre part, ils se sont engagés à établir un programme de travail pour conclure les négociations commerciales de la Ronde de Doha afin de construire un système commercial multilatéral ouvert, inclusif, non discriminatoire, transparent et basé sur des normes. Ils ont exprimé leur désaccord et leur sérieuse préoccupation avec le fait que le FMI n’a pas mis en place les réformes décidées en 2010 et ont demandé à la Banque Mondiale des structures de gouvernement plus démocratiques et un "renforcement de sa capacité financière". Ils ont manifesté, de même, leur préoccupation pour l’impact négatif de l’évasion fiscale,de la fraude et de la planification fiscale transnationale agressive dans l’économie globale. "Les faits se sont chargés de mettre en évidence que le développement économique, la stabilité sociale, la concentration et la collaboration ainsi que la croissance conjointe des pays du BRICS qui représentent 42,6% de la population mondiale, concordent avec les tendances de l’époque marquées par la paix, le développement et la coopération, apportant comme bénéfices une économie mondiale plus équilibrée, une gouvernance globale plus efficace et des relations internationales plus démocratiques", a déclaré le président de la Chine, Xi Jinping.

Dilma Roussef a dit que les accords signés prouvent la dimension historique de ce forum qui, lors de son 6° Sommet, a gagné en densité politique et en poids financier. "Les pays émergents continuent à être la force motrice de l’expansion globale et devraient continuer à l’être dans l’avenir", a noté la présidente du Brésil. Le gouvernement d’Afrique du Sud s’est montré satisfait des résultats du 6° Sommet du BRICS et a indiqué que toutes les résolutions et toutes les déclarations adoptées lors du sommet l’ont été après des délibérations et des accords sur une base d’égalité.

Une géopolitique pour le développement.

Après le Sommet du BRICS qui a eu lieu à Fortaleza, les leaders des cinq économies émergentes se sont rendus à Brasilia, où ils ont rencontré les 11 présidents des pays latino-américains regroupés dans l’Union des Nations Sud-américaines (UNASUR). Les 16 élus ont discuté au Palais Itamaraty, siège de la chancellerie du Brésil, sur une feuille de route concernant : "La croissance incluante et solutions soutenables". Plusieurs des présidents ont abordé le thème de la croissance inclusive, parmi eux la présidente chilienne, Michelle Bachelet, qui a appelé à travailler pour vaincre les inégalités afin d’obtenir un développement inclusif et soutenable. La chef de l’Etat argentine, Cristina Fernandez, a défendu "une réorganisation financière globale qui inclue les besoins de croissance, de production et non de destruction de l’emploi, l’abandon des sociétés qu’ont vécues depuis tant d’années les Américains du Sud."

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, considère cette rencontre entre le BRICS et l’UNASUR comme productive car elle initie une nouvelle géopolitique mondiale pour le développement, la prospérité et la paix des peuples." "Nous avons proposé aussi une alliance de travail entre la Banque du Sud et la naissante Banque du BRICS qui ont le même but : une nouvelle architecture financière qui bénéficie au développement économique, et de conditions d’équité pour nos pays, en plus de promouvoir l’économie productive, créatrice de travail et de richesses." Le président Maduro a indiqué que le Venezuela demandera au prochain sommet de l’UNASUR qui aura lieu en août à Montevideo qu’on désigne une commission pour s’occuper du travail en commun avec le BRICS. "Nous avons des processus convergents, nous allons faire tous nos efforts et nous allons mettre toute notre volonté politique pour que le BRICS et l’UNASUR commencent à marcher ensemble à partir de maintenant." Il est important de souligner que la déclaration finale du 6° Sommet du BRICS met en avant "les processus d’intégration d’Amérique du Sud et en particulier, l’importance de l’UNASUR". Avec une nouvelle géopolitique mondiale dans laquelle les Etats-Unis ne peuvent soutenir leur hégémonie économique, l’inter-relation UNASUR-BRICS ouvre un éventail de d’opportunités pour le développement de l’Amérique du Sud.

La Chine se rapproche de la CELAC.

La présence du président chinois Xi Jinping au Brésil a servi à activer le Forum Chine-CELAC, une instance de contact multilatéral créée lors du II° Sommet de la CELAC, tenu en janvier dernier à La Havane (1), dans le but d’approfondir les relations de l’Amérique Latine avec le géant asiatique. A cette rencontre ont participé le président de la République de Chine, Xi Jinping et les élus qui composent le quatuor de la CELAC: celui du Costa Rica, Luis Guillermo Solis, actuellement président de l’organisme; celui de Cuba, Raúl Castro; celui de l’Equateur, Rafael Correa et le premier ministre d’Antigua et Barbuda, Gaston Browne. Y ont participé aussi l aprésidente hôtesse, Dilma Roussef, ses homologues du Venezuela, Nicolas Maduro, du Chili, Michelle Bachelet, d’Uruguay, José Mujica, de Colombie, Juan Manuel Santos, de la Guyana, Donald Ramotar et du Suriname, Désiré Bouterse.

Dans le document final, les présidents de la CELAC signalent qu’ils ont approuvé la création de ce forum en tenant compte de la croissance soutenue des relations politiques, commerciales, dans l’investissement, les sciences et la technologie, la culture, l’éducation et dans d’autres domaines, entre la République Populaire de Chine et les pays d’Amérique Latine et des Caraïbes pendant ces 10 dernières années.

Le président Nicolas Maduro a souligné que cette réunion a ratifié les relations de respect entre "un géant du monde comme la Chine et nous, l’Amérique Latine et les Caraïbes, qui peu à peu, allons faire le chemin pour nous transformer tous ensemble en une région puissante". Le président vénézuélien a indiqué qu’avant la réunion des chanceliers qui aura lieu en Chine en janvier 2015, "on doit établir des mécanismes pour accéder aux 20 000 millions de dollars de crédit pour le développement d’infrastructures que le président de la Chine a annoncés et aux 5 000 millions de dollars du fonds de Coopération Economique pour des projets de manufacture et de commerce." La présidente du Brésil, Dilma Roussef, a indiqué que lors du forum Chine-CELAC, des accords en matière d’énergie, de défense, de transports et de technologie, ont été signés.

La tournée latino-américaine de Vladimir Poutine.

L’intention des pays du BRICS de se rapprocher de l’Amérique Latine pour connaître les processus de changement en marche dans la région a été manifestée aussi par la Russie, dont le président, Vladimir Poutine, a fait une tournée en Amérique Latine qui a compris des visites officielles à Cuba, en Argentine et au Brésil. A Cuba, Poutine a rencontré Raúl et Fidel Castro. Et à l’occasion de cette tournée, les entreprises d’Etat russes Rosnef et Zarubezhneft ont signé des accords commerciaux pour l’exploitation pétrolière en haute mer. En Argentine, Cristina Fernandez et Vladimir Poutine ont signé des accords de coopération en matière de communications, d’assistance juridique réciproque en matière pénale et de coopération dans l’utilisation de l’énergie nucléaire pacifique. La présidente Cristina Fernandez a souligné que son gouvernement a "un grand désir d’approfondir ses relations avec la Russie" alors que Poutine a qualifié de "stratégiques" les relations entre les deux pays.

Au Brésil, Dilma Roussef et Vladimir Poutine ont réaffirmé leur objectif de doubler la valeur du commerce bilatéral pour qu’il atteigne 10 000 millions de dollars par an. Poutine a proposé d’explorer la possibilité de négocier un accord de coopération entre l’Union des Nations Sud-américaines et l’Union Economique Euro-asiatique dont son pays fait partie avec la Biélorussie et le Kazakstan. Dans la capitale brésilienne, Vladimir Poutine a rencontré le président du Venezuela, Nicolas Maduro. Pendant leur rencontre, Poutine a souligné le rôle du leader de la Révolution Bolivarienne, Hugo Chavez, dans la construction de cette relation stratégique entre le Venezuela et la Russie et a approuvé une nouvelle ligne de crédit. Le président russe a rappelé son amitié avec le commandant Chavez et a manifesté son affection pour le peuple vénézuélien et le gouvernement que dirige Nicolas Maduro.

Xi Jinping à Caracas.

Après sa visite au Brésil, le président chinois Xi Jinping s’est envolé pour Caracas pour rencontrer son homologue vénézuélien Nicolas Maduro et discuter de projets d’investissement, principalement dans le domaine pétrolier. Nicolas Maduro et Xi Jinping ont participé à la clôture de la XIII° Commission Mixte de Haut Niveau Venezuela-Chine, mise en place dans le but de contrôler les avancées des projets bilatéraux. Cette instance est organisée en 5 sous-commissions: énergétique et minière, économico-commerciale, scientifique, technologique et aérospatiale, culturelle et éducative, agricole. Les deux présidents ont signé 16 des 32 accords bilatéraux signés en matière d’énergie, d’infrastructures, de finances, de technologie et d’aliments. La création d’une entreprise mixte qui se chargera de produire des produits chimiques pour l’agriculture et des fertilisants a été décidée. Des alliances ont été souscrites pour la production de ciment et la construction de nouvelles unités d’habitation dans le pays.

Un des satellites vénézuéliens lancés en 2012 à la suite d'un accord avec la Chine.

Un des satellites vénézuéliens lancés en 2012 à la suite des accords avec la Chine.

De même, a été décidée la création d’un nouveau satellite qui s’ajoutera aux 2 satellites, Simon Bolivar et Miranda, fabriqués et mis en orbite grâce à la coopération sino-vénézuélienne. Un autre des accords concerne le renouvellement d’une ligne de crédit de 4.000 millions de dollars qui iront au fonds Conjoint Chine-Venezuela, un mécanisme créé pour financer des projets d’infrastructures, de logements, de transport et de commerce.

Depuis 2001, date de création de la Commission Mixte de Haut Niveau Venezuela-Chine, 480 accords ont été souscrits, qui ont permis de réaliser 143 projets dans différents domaines d’association stratégique, projets qui permettent un développement partagé entre les deux pays. Le président Maduro a souligné que la Chine "ne fait pas peser une dette sur le pays, il s’agit d’un financement et pour cela, on fournit du pétrole. C’est une formule vertueuse qui permet un financement et ne crée pas de dettes lourdes comme cela arrivait du temps de la Quatrième République, en ces temps de pillage de la patrie." "Nous injectons une nouvelle vitalité dans cette association stratégique complète Chine-Venezuela", a déclaré le président chinois Xi Jinping lors d’une réunion avec le président de l’Assemblée Nationale, Diosdado Cabello.

Bref, l’Histoire prend un nouveau tournant.

Note : 

(1) Sur le IIème Sommet de la CELAC, voirhttp://venezuelainfos.wordpress.com/2014/02/01/iieme-sommet-de-la-celac-a-la-havane-retour-en-force-de-lequilibre-du-monde-de-bolivar-et-de-marti/

Traduction Françoise Lopez

Source : http://www.avn.info.ve/contenido/brics-unasur-y-celac-dibujan-nuevo-mapa-multicéntrico-y-pluripolar

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-1yN

Alberto Cova

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-15955.html

 

Repost 0
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 04:53

 

 

rural-paturages-verts-TB.jpg

 

 

 

Lettre aux citoyens – Protégeons nos territoires et leur vie démocratique


(par Sylvain Mercier des Rochettes)

 

Chers concitoyens, chers élus,

Nous sommes nombreux à déplorer la mauvaise gestion du pays depuis plus de dix ans, tous gouvernements confondus.


Dans les plus hautes fonctions de l'état, le bilan général de la classe politique est un échec, même si il existe quelques, trop rares, personnes de bonne volonté.


À l’inverse, les municipalités et notamment les plus rurales et les plus petites, sont mieux gérées. Elles donnent généralement satisfaction à une majorité de leurs habitants. Cela s'explique par le fait que ce sont des structures à taille humaine au contact direct avec les réalités de leur territoire.


Dans la suite logique de son triste bilan, le gouvernement a décidé de supprimer les départements, de réduire les dotations aux mairies et autres collectivités territoriales, de réduire les pouvoirs et compétences des municipalités...


Cela va entamer la destruction d'un des rares échelons de l'état qui fonctionne correctement et mettre à mal la démocratie locale, en particulier en zone rurale.


Par ailleurs, l'argument de réduction des dépenses et du « millefeuille » territorial n'est pas valable, car, dans le même temps on met en place les métropoles et on déploie les communautés de communes, deux échelons supplémentaires plus éloignés du citoyen, mais qui auront aussi un coût.

 

Dans la réalité, les dépenses publiques ne vont pas baisser car les dossiers administratifs à traiter, les services publics à rendre et les travaux divers à réaliser seront toujours aussi nombreux. Par contre, le nombre d'élus, le contact de terrain et la démocratie locale seront durablement diminués et endommagés.


Quels que soient les objectifs affichés ou réels de ces réformes, leurs effets négatifs ne font aucun doute, il convient donc, dans l'intérêt général, de s'y opposer.


De façon concrète, les maires et conseils municipaux ont encore quelques pouvoirs qui leur permettent de s'opposer à cette évolution.

 

Vous pouvez leur apporter cette lettre pour leur montrer votre soutien, pour l'avenir de nos territoires. Vous pouvez aussi transmettre cette lettre à vos familles, amis et voisins, pour qu'ils en fassent autant et que nos élus ne se sentent pas seuls et résignés dans leur combat.

 

Par ailleurs, afin de compléter cette initiative citoyenne, de défendre la démocratie locale et de contribuer à un redressement du pays dans l’intérêt général, j'ai décidé de constituer une liste de candidats pour les élections sénatoriales qui se tiendront le 28 septembre prochain.

Cette liste est indépendante des partis politiques.
Nous refusons de continuer les politiques actuelles.
Nous refusons également toute forme d’extrémisme politique.
Nous acceptons toutes les sensibilités politiques.

En cas d'élection, nous nous engageons :

- à nous tenir à l'écoute des citoyens et des élus locaux
- à défendre la démocratie locale et notamment les petites communes rurales.
- à participer à la vie parlementaire avec assiduité et à contribuer activement à l'élaboration des textes de loi.
- à participer au parlement avec bon sens et de façon constructive en votant ou non les divers projet de lois selon notre réflexion et selon les souhaits des citoyens qui nous aurons sollicité.

Si nous ne sommes pas élus :

Chaque voix permettra de montrer notre refus de la politique du gouvernement et notre soutien à la démocratie, notamment locale et rurale. Plus le score sera élevé, plus le gouvernement sera amené à réfléchir.


Comment voter ? Les électeurs des sénatoriales sont les grands électeurs, souvent des maires de petites communes, autres élus locaux et délégués élus par les conseils municipaux. Ils sont donc particulièrement concernés par les enjeux évoqués ici. Pour vous exprimer lors de ce scrutin vous pouvez transmettre ce courrier à votre mairie et/ou demander un rendez-vous à votre maire ou un adjoint pour l'informer de notre candidature et lui proposer de voter pour notre liste.


Si vous souhaitez vous impliquer davantage, pour compléter la liste ou nous aider, merci de me contacter à l’adresse sylvain.mdr@laposte.net ou sur http://www.senatoriales-2014.fr Cette candidature concerne la Haute-Garonne. Si vous résidez dans un autre département vous êtes libre de me contacter pour y constituer des listes selon notre modèle. Nous répondrons à tous les messages sérieux.


Des réunions d'information/débat/réflexion pourront être organisées prochainement, contactez-nous par mail pour être tenu informé, certaines informations seront aussi diffusées sur le site.


La démocratie n'est pas un acquis, il faut la conquérir et la protéger au quotidien.


Nous ne ferons pas une campagne coûteuse, pour réussir nous comptons uniquement vous convaincre par la sincérité de notre projet, et sur votre choix de le diffuser au plus grand nombre de personnes et de mairies possibles. Car le résultat d'une élection ne devrait pas dépendre des moyens dépensés pendant la campagne, ou de l'appartenance à un gros parti politique mais seulement du projet. Le résultat dépend de vous. 

 

Certains peuvent être d'accord avec ce projet, mais ne pas le soutenir de peur qu'il n'ait pas de chance de réussir face aux "gros" de la politique.

 

C'est uniquement ce genre de réactions qui à un niveau global pourrait provoquer un échec. Si, au contraire, vous faites l'effort de surmonter le fatalisme et de vous laissez convaincre de nous soutenir, sachez  que beaucoup d'autres personnes le font au même moment que vous, et cela nous laisse une chance raisonnable d'exister au détriment de ceux qui abiment le pays.


Si vous partagez nos orientations, rejoignez nous, aidez nous à diffuser notre projet et/ou votez pour nous, vous n'aurez pas à le regretter.

Je vous prie d'agréer l'expression de mes sincères salutations.

 

Sylvain Mercier des Rochettes

Candidat de nos territoires

 

 

PS : vous êtes libres de diffuser ce document par tous les moyens à votre disposition : mail, photocopie, réseaux sociaux ...


Pour les maires et autres grands électeurs : certains d'entre vous peuvent être d'accord avec nos orientations mais pourraient hésiter à afficher un soutien à notre projet, par exemple si vous appartenez à un parti politique. Ce n'est pas grave, faites au mieux selon votre situation, mais n'oubliez pas que, comme le vote est à bulletin secret, rien ne vous empêchera de voter pour notre liste si c'est votre souhait.

 

Merci.

 

 

http://senatoriales-2014.fr/

 

 

senatoriales-2014.fr

 

 

Repost 0
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 02:16

 

Appel du 18 juin 1940 : l'appel à la résistance du général de Gaulle

 

Le général de Gaulle a micro de la BBC prononçant son célèbre appel du 18 juinLe 18 juin 1940, le général de Gaulle lance son célèbre appel à la Résistance sur les ondes de la BBC  depuis Londres : refusant la capitulation de la France face à l’ennemi nazi, le général de Gaulle rejoint Londres afin d’y poursuivre le combat. Le 18 juin, il lance depuis la BBC son célèbre appel à continuer la lutte, acte fondateur de la France Libre : "Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas".

A travers des récits et témoignages, des analyses d'historiens, des repères, des documents (L'affiche "A tous les Français", les manuscrits de l'appel, vidéos d'appel qui ont suivi le18 juin,...) redécouvrez cette date historique qui demeure le symbôle de la Résistance.

 

 

SOMMAIRE DU DOSSIER

http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1940-1944-la-seconde-guerre-mondiale/l-appel-du-18-juin.php

DOCUMENTS


Texte du 18 juin 1940 L'affiche "A tous les Français" qui a suivie l'Appel du 18 juin

Il existe de nombreuses versions de cette affiche que l'on confond souvent avec celle du 18 juin : Mythes et réalités.

 

Manuscrit de l'appel du 18 juin 1940 rédigé par Charles de Gaulle Le manuscrit de l'appel

Les 4 feuillets sur lesquels le général de Gaulle avait rédigé son Appel existent toujours.

 

Ecouter l'enregistrement sonore de l'appel du 22 juin Audio/vidéo : l'appel du 22 juin

Il n'y a pas eu d'enregistrement audio ou vidéo de l'appel du 18 juin. Ce qui n'est pas le cas des appels qui ont suivis, comme celui du 22 juin 1940.

 


ANALYSES


"Poursuivre la guerre un choix rationnel", Paul-Marie de La Gorce (historien journaliste)
"Sur la préhistoire du 18 juin", François Bérida (historien)
"Du 18 juin au 18 juin", Jean-Louis Crémieux Brilhac (témoin et historien)
"Pédagogie du 18 juin", Eric Branca (journaliste)
"Les 10 jours qui ébranlèrent la France", François Delpla (historien)
"La radiodiffusion en 1939 / 1940" , Jean-Paul Claudel
Propos d'André Malraux sur le 18 juin
Il y a 40 ans en Irlande…l’autre 18 juin
"Le général de Gaulle sous-secrétaire d'Etat", Marc Ferro (historien)

 

 




La Résistance française

photo de De Gaulle

 

Dès la capitulation française de juin 1940, le Général De Gaulle lance depuis la radio de Londres un appel à destination de tous les Français, c'est "l'appel du 18 juin" qui redonnera espoir à une partie des Français qui vons se lancer dans la Résistance, soit depuis la France, soit en le rejoignant lui et les Alliés à Londres.


Texte de l'appel du 18 juin



Texte de l'appel du 18 juin 1940.

Le Général De Gaulle était complètement opposé à l'idée du Maréchal Pétain qui préférait arrêter définitivement la guerre et collaborer avec les Allemands. Sans les Français comme le Général De Gaulle et les résistants qui ont combattu pour une France libre, les Alliés nous auraient probablement libérés quand même mais sans respecter la France. Il était essentiel pour son indépendance future que la France participe autant qu'elle le pouvait à sa libération.


Retour en haut


photo de Jean Moulin
Les résistants, selon les cas, travaillent isolément, parfois de façon désordonnée mais parfois aussi en réseaux, véritables armées secrètes. Jean Moulin sera chargé par le Général De Gaulle de superviser et coordonner les différents réseaux de la Résistance française.

Arrêté par la Gestapo (police nazie), il a été torturé et est mort en 1943.




Retour en haut


photo de sabotage de train

Les résistants ont considérablement gêné les Allemands en sabotant les trains utiles à leurs mouvements de troupes ou à leur ravitaillement. Ils sabotaient aussi le téléphone, le matériel utilisé par les Allemands... Enfin, ils espionnaient l'envahisseur et renseignaient les Alliés sur la position et les matériels des Allemands. Ils aidaient les espions britanniques ou américains en mission en France. La propagande alliée rendait avec raison hommage à la Résistance française et contribuait ainsi à redonner une dignité à la France aux yeux des alliés (en savoir plus).

Les résistants pris par les Allemands étaient traités non comme des combattants de guerre mais comme des terroristes. Ils étaient même souvent torturés ou déportés en Allemagne. Quand ils ne trouvaient pas le coupable d'un sabotage ou si un Allemand avait été tué par un résistant, les Allemands prenaient souvent des otages du même village, qu'ils exécutaient afin de décourager les Français de continuer à résister... Les Français collaborateurs, comme les miliciens, dénonçaient les résistants ; il fallait donc garder le secret le plus possible pour ne pas se mettre soi et sa famille en danger de mort.


Retour en haut

Les Alliés de la Résistance française

L'Angleterre

photo de Londres bombardé
Le premier allié de la France était l'Angleterre, car elle aussi avait déclaré la guerre à l'Allemagne en septembre 1939. Jamais envahie par les Allemands, elle souffrait toutefois cruellement des attaques aériennes d'autant plus que l'Allemagne, ayant envahi la France était installée à petite distance du sud de l'Angleterre et de Londres.

photo de missile V1 Les Allemands avaient parsemé le nord de la France de rampes de lancement de V1, véritables précurseurs des missiles actuels. Extrêmement puissants et rapides, il était très difficile pour les avions anglais ou la DCA de les détruire avant qu'ils atteignent leur cible, souvent les villes comme Londres. Croire que l'Angleterre était à l'abri serait une erreur.


photo de Churchill


Winston Churchill, Premier Ministre anglais, a mobilisé les forces entières de son pays dans la lutte contre l'Allemagne nazie. Sa détermination a été essentielle pour le succès des Alliés de la France.



Voir des exemples de la propagande alliée de l'époque


Retour en haut

Les Etats-Unis et le Canada

photo de Franklin Roosevelt
En 1941, le Japon, allié de l'Allemagne, bombarde le port américain de Pearl Harbor, détruisant un nombre important de navires de guerre américains. Cela déclenche l'entrée en guerre des Etats-Unis puis du Canada contre le Japon et l'Allemagne. Franklin Roosevelt, le Président des Etats-Unis de 1933 à 1945, ne relâchera désormais pas son effort pour vaincre l'Allemagne. Voilà des alliés de taille pour l'Angleterre et la Résistance française ! Comme pour la guerre de 1914-1918, les Alliés, en unissant leurs forces, auront la victoire contre l'Allemagne.

De Gaulle, Churchill, Roosevelt Pourtant, ces trois personnages essentiels de l'histoire de 1939-1945, De Gaulle, Churchill et Roosevelt avaient des caractères hors du commun, des personnalités fortement rivales et des objectifs forcément différents sur de nombreux points. Ils on su heureusement s'entendre au service d'un cause plus importante que leur différences : la défense d'un monde libre.

L'U.R.S.S.

carte du front russe En 1941, un autre allié rentre en guerre contre l'Allemagne : c'est l'U.R.S.S. (les Russes). En effet, Hitler, avec une folle ambition, les a attaqués et son armée a commencé à envahir la Russie, avançant même jusque près de Moscou fin 1941. Ce pays gigantesque avait pourtant un traité de paix avec l'Allemagne nazie, mais comme Hitler rompt le traité, l'Allemagne se trouve alors dans une situation plus vulnérable, car elle est dispersée entre deux fronts : à l'ouest, l'Angleterre et les Etats-Unis avec la Résistance française et de l'autre côté, à l'est, ce pays géant qu'est l'U.R.S.S.

Notre voyage portant essentiellement sur le Débarquement n'a quasiment pas abordé le rôle de l'Allié russe. Cet aspect n'est donc pas développé ici, malgré l'importance de l'aide des Russes.

 

(Parti-pris scandaleux de nos écoles ! Masquer le rôle décisif de l'URSS ! eva)



Retour en haut
Retour au menu général.
http://ecoles.ac-rouen.fr/blum-deville/pages/GM2resist_allies.html

 

 

.

Le Comité national de résistance républicaine à l’Union européenne (CNR-RUE) vient de publier une déclaration et un appel pour relancer les mobilisations après l’élection européenne. Le M’PEP soutient cette initiative :
 

  • DÉCLARATION DU 29 MAI 2014 DU CNR-RUE
    (9e anniversaire du Non français au Traité Constitutionnel Européen)
    Comité national de résistance républicaine à l’Union européenne.

    Pour lire cette déclaration ou l’imprimer, cliquez ci-dessous :

    http://www.m-pep.org/spip.php?article3809

  • APPEL PÉTITION DU 18 JUIN 2014 DU CNR-RUE
  •  Comité national de résistance républicaine
  • à l’Union européenne.

NOUS APPELONS LES CITOYENS à rejoindre le Comité national de résistance républicaine à l’Union européenne (CNR-RUE) et ses Comités départementaux. Espaces pluralistes, ouverts et démocratiques, où chacun peut débattre et s’engager, ils rassemblent des citoyens, organisés ou non, qui ont un objectif commun : libérer le peuple et la nation de la tutelle de l’Union européenne qui les prive de leurs droits démocratiques pour construire une société où dignité, liberté, égalité, fraternité seront partagées par toutes et par tous.

Pour lire l’appel et signer l’appel-pétition, cliquez ci-dessous :

http://www.m-pep.org/spip.php?article3808

.
Repost 0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 01:41

,

La mobilisation contre le Traité transatlantique monte en puissance

Elisabeth Schneiter (Reporterre)

jeudi 20 février 2014

 

 

Alors que les présidents Hollande et Obama ont réaffirmé leur volonté de conclure rapidement le Traité de libre-échange transatlantique, la résistance citoyenne s’organise en France, en Europe et aux États-Unis. Elle s’oppose à ce texte qui se négocie dans le secret, et qui donnerait encore plus de pouvoir aux multinationales. La mobilisation se prépare pour le 10 mars.



 

Une centaine de mouvements citoyens se sont unis en France et dans les autres pays d’Europe. Ils appellent à une grande mobilisation européenne à Bruxelles pendant le 4ème cycle de négociations du 10 au 14 mars prochain, nouvelle session de discussions entre les États-Unis et l’Europe en vue de la conclusion de cet accord commercial de plus en plus contesté.

Yann Spicher, chargé des campagnes et de la communication de la Quadrature du Net, une association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, explique qu’on « retrouve dans TAFTA des dispositions similaires à celles que nous avions combattues dans ACTA et qui sont aussi dans le CETA, un traité semblable en cours de signature avec le Canada. »

Forts d’avoir réussi à mettre en échec l’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI) en 1997, puis l’Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA) en 2012, les organisations de la société civile se mobilisent en un front le plus large et le plus divers possible, en liaison avec les autres mouvements européens et états-uniens, pour contraindre le gouvernement français et l’Union européenne à stopper ces négociations.


Les hostilités ont été ouvertes en juin 2013 par une déclaration commune des Verts et du Parti de gauche->4393]. En novembre,une lettre ouverte a été envoyée à la ministre française en charge de la négociation, Nicole Bricq, par la porte-parole d’Attac France, Geneviève Azam, et par Amélie Canonne, présidente de l’AITEC-IPAM (Association internationale de techniciens, experts et chercheurs et IPAM Initiatives pour un autre monde). La ministre a répondu, sans rien dire de concret.

Associations nationales ou locales, ONG, partis politiques, syndicats… La mayonnaise semble prendre puisque une centaine ont créé, en France, le collectif : Stop TAFTA ! et signé l’Appel contre le traité.

 

« Comme cela implique les États-Unis et que ça touche des problèmes de choix de société forts et symboliques comme l’alimentation, la santé et le travail, les Français sont très réactifs », explique Amélie Canonne, présidente de l’AITEC.

« Le traité va faire sauter les derniers verrous qui protègent la nature », estime Alain Dordé, secrétaire fédéral des Amis de la Terre France, qui ont signé l’appel. Les normes européennes, plus strictes que les normes internationales et américaines (sur les niveaux de pesticides, les OGM, le boeuf aux hormones, etc.), les politiques de protection sociale et le droit du travail pourraient être considérées comme des ’barrières non-tarifaires’ au commerce et attaqués. La fracturation hydraulique, jusqu’ici interdite en France du fait de ses dangers pour l’environnement, deviendrait un ’droit’ pour des sociétés pétrolières qui pourraient exiger des dommages et intérêts des Etats en cas de refus d’exploitation. »

« On sent une grande peur, surtout face au peu d’informations qui filtrent du contenu des négociations. Alors, on a dans le collectif des organisations qui ne viennent pas d’habitude, comme le Parti de gauche ou la Quadrature du net », dit Aurélie Trouvé, membre du Conseil scientifique d’ATTAC.

« Dans un premier temps il faut, en liaison avec le réseau qui se constitue en Europe, dénoncer l’opacité des négociations », dit Benjamin Sourice, du collectif des Engraineurs, constitué en mai 2013, par quinze personnes venues du combat contre Monsanto.


Il faut aussi dénoncer le processus de décision, exactement semblable au « fast track » que, pour l’instant, les Américains refusent pour le TPP avec la zone pacifique. Le Président Obama voudrait en effet que le Congrès lui abandonne l’autorité de négocier des accords internationaux de commerce et celui-ci ne pourrait plus ensuite qu’approuver ou désapprouver, sans aucun pouvoir de les modifier.

C’est exactement ce qui se passe en Europe, où les États ont déjà abandonné leur pouvoir de négociation aux technocrates européens, qui négocient un mandat rédigé avec les représentants des multinationales et sans la participation de représentants de la société civile.

L’indignation s’amplifie face à ce que l’on sait, par des fuites, du contenu du mandat qui reste secret, à l’opacité des négociations et à la placidité des parlementaires européens. Déjà indifférent aux révélations d’espionnage des négociateurs par la NSA en juin 2013, le Parlement européen semble s’accommoder aussi d’être peu tenu au courant des négociations.

 

En plus il faut décrypter la novlangue européenne volontairement complexe.

Une difficulté est que ce traité se présente sous plusieurs noms qui désignent tous le même traité :
- TAFTA (Trans-Atlantic Free Trade Agreement) le nom d’origine en anglais, vite traduit par la Commission pour atténuer la ressemblance avec ACTA, en :
- TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership). Traduit en français, cela donne :
- PTCI (Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement). Mais on parle aussi du :
- Grand marché transatlantique (GMT) alors qu’il s’agit, précisément, d’un Traité de libre-échange transatlantique.

Dans un entretien avec Inside US Trade, Vital Moreira président de la commission du Commerce international au Parlement européen connu pour ses positions pro business, a déclaré début décembre 2013, à propos du TAFTA, qu’il « n’est pas actuellement urgent que la Commission européenne fournisse aux membres du Parlement un accès à aux propositions des États-Unis dans la négociation en cours, mais que cela pourrait changer si les États-Unis autorisent la commission à partager ces propositions avec les États membres. »

Prenant acte de l’opposition croissante, en Europe et aux États-Unis, le commissaire chargé du Commerce, Karel De Gucht, a annoncé fin janvier qu’il suspendait les pourparlers pendant trois mois mais seulement sur la question du règlement des différends, le « Tribunal arbitral » permettant aux entreprises de poursuivre les États (ISDS).

Les négociateurs ont aussi décidé d’entreprendre une consultation auprès du public sur les volets de la négociation les plus critiqués, notamment en Allemagne, « investissements » et « panel d’arbitrage », et une campagne de communication.

Mais cette consultation semble n’être organisée qu’en langue anglaise, au motif « qu’une consultation multilingue serait beaucoup trop lourde à gérer », et il n’est donné aucune garantie sur l’objectivité de la synthèse. On peut en effet se demander si les citoyens auront accès aux réponses (au moins celles de leur pays), et sous quel contrôle ces réponses seront traitées par la DG Trade.

Et de surcroit, les documents "partiellement" publiés ont été caviardés de nombreuses informations.

 

Contestation aussi aux Etats-Unis

 

La colère monte aussi aux Etats-Unis où, en ce moment-même, un traité semblable entre les USA et la zone Pacifique est en cours de négociation, le Traité TransPacifique (TPP). La principale opposition américaine vient de la gauche organisée, qui craint ce qu’ils ont appelé un « ALENA boosté aux stéroïdes ».

Le projet de loi « fast track », qui court-circuiterait le Congrès, a été présenté aux élus du Congrès. Fin janvier, c’est le leader de la majorité au Sénat, Harry Reid, qui s’est prononcé contre ce projet de loi accélérée, et le 12 février Nancy Pelosi, la plus importante Démocrate au Congrès s’est déclarée, elle aussi, opposée à ce projet de loi, …dans sa forme actuelle.

À cette opposition s’ajoute celle de 151 représentants démocrates du Congrès et une coalition de plus de 550 syndicats, groupes environnementaux et organismes de défense des consommateurs qui ont condamné cette procédure accélérée dans une lettre au Congrès.

Du côté républicain, 23 représentants ont rejoint la fronde et l’ultra droite aussi se mobilise. Des groupes pro-business mais inquiets de l’impact du commerce mondial sur les intérêts américains se sont regroupés avec le Tea Party Nation et les socialistes conservateurs du Eagle Forum.

 

Cette opposition est valable aussi pour les négociations en cours sur le Traité de libre échange transatlantique avec la zone Europe. Elle ne signifie pas la fin des négociations, mais rend plus improbable qu’il puisse être signé rapidement.

Depuis les années 60, toutes les initiatives de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis ont échoué. Mais cela n’a pas empêché les deux présidents de se montrer optimistes !

« Dès lors que les principes sont fixés, que les mandats sont donnés, que les intérêts sont connus, aller vite n’est pas un problème, c’est une solution", ont déclaré ensemble Barack Obama et François Hollande, lors d’une conférence de presse commune lors de la visite de ce dernier le 11 février à Washington.

Le Big business n’a pas dit son dernier mot.


Liens utiles :
Un portail contre le transatlantisme http://www.no-transat.be/
Un collectif de veille sur les accords commerciaux http://www.s2bnetwork.org/
Le dossier de la Quadrature du net :
Celui d’ATTAC http://france.attac.org/se-mobiliser/le-grand-marche-transatlantique/



 

Source : Elisabeth Schneiter pour Reporterre.

Photos : Stop Tafta

Lire aussi un bon décryptage du projet de Traité : L’Accord de libre-échange transatlantique : négocié dans le secret pour abaisser les protections environnementales.

 

http://www.reporterre.net/spip.php?article5446

 

.

Info

  • Un jour dans le silence terrible de Fukushima

    Corinne Morel Darleux

    Dans la zone interdite de Fukushima, le vide a repris ses droits. Et alentour, dans la région dépeuplée, les habitants tentent de vivre sous la menace de la radioactivité. Carnet de route.

  • En procès pour avoir refusé... de polluer !

    Sophie Chapelle (Basta)

    Emmanuel Giboulot passera devant le tribunal correctionnel de Dijon lundi 24 février 2014. En juin dernier, ce viticulteur en biodynamie de Beaune s’était opposé à un arrêté préfectoral obligeant à traiter les vignes contre la flavescence dorée.

Tribune

  • Il faut arrêter l’abattage absurde des bouquetins de Haute-Savoie

    Matthieu Stelvio

    Des centaines de bouquetins du massif du Bagy, en Haute-Savoie, risquent l’abattage sur ordre du préfet. Beaucoup ont déjà été abattus. Motif : la crainte de la propagation de la brucellose. Mais ce motif est hautement contestable, et contesté par plusieurs autorités scientifiques.

Repost 0

Présentation

  • : Senor Informations
  • Senor Informations
  • : Ce blog, administré par une journaliste-écrivain, Eva, s'adresse aux seniors. Les Médias mentent, ça suffit ! Voici ce qu'on vous cache. Actualité en France, actualité internationale, questions pratiques... Pour contrer la désinformation ! (Abonnement blog, gratuit: Pas plus d'un envoi par jour, regroupant les parutions nouvelles)
  • Contact

Profil

  • eva R-sistons
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.

Adresse eva R-sistons

Recherche

Autres blogs d'eva

Le site officiel d'eva:

 

 

http///chantaldupille.fr 

 

Parmi les autres blogs d'eva:

 

http://sos-crise.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/

http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

http://jeunes.actualité.over-blog.com

 

Livre conseillé 

europe israel david cronin alliance contre nature .

.


Patrick Le Hyaric

(Cliquer sur Patrick pour avoir le livre) 

 

Réedition enrichie et actualisé du livre « GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : Dracula contre les peuples » La première édition de cet ouvrage avait permis de révéler au grand public les négociations tenues secrètes sur le Grand Marché Transatlantique. Cette réédition actualisée et augmentée de plus de 65 pages donne des éléments nouveaux sur les débats en cours et comporte un chapitre supplémentaire sur la négociation secrète sur un projet de traité international pour la privatisation des services public. A mettre entre toutes les mains pour que le mouvement de résistance populaire contre le TAFTA mette en échec ces funestes projets. ..................................................................................................................... Je commande « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples » Au prix de 8€ + 2€ de frais de port par exemplaire (valable uniquement pour la France métropolitaine) Soit 10€ X……………. = …………….€ Nom………………………………………..Prénom…………………………………………… Adresse…………………………………………………………………………………………................................................................................................. Ville……………………………………………………………………................. CP…………………..................................................................................... Téléphone……………………….................................................................. Mail ………...........……………………………………………. ..................................................................................................................... Renvoyer ce bulletin sur papier libre accompagné de votre règlement (chèque à l’ordre de l’Humanité) à : L’Humanité, service de la diffusion militante, 5, rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis cedex

 

 

Archives

Les articles incontournables

 

2 livres à lire pour comprendre le monde actuel
Tout ce qu'on ne vous dit pas (cliquer sur l'image)
(NB Un chouette cadeau de Noël !)

CSC+EP
.
Le blog à lire pour découvrir ce que les médias cachent
.
La réinformation ici :
.
Mon compte twitter
https://twitter.com/rsistons 

 

 

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir absolument (10 mn) pour comprendre notre monde (terrorisme)

 

Le spécialiste de géopolitique, M. Chauprade, explique le monde (vidéo)

 

Le 11 septembre expliqué avec humour, vidéo 5 mn à voir absolument

 

Bilan de Sarkozy - Guerres de Hollande : celles de Sarkozy et de l'OTAN

 

Les Grandes Banques ont déclaré la guerre aux peuples, vidéo à voir par TOUS

 

Le Nouvel Ordre Mondial pour les "Nuls", voici ce qu'il nous prépare

 

La crise pour les Non-Initiés: Causes, mécanismes, conséquences


Clefs pour comprendre les changements en Libye, Côte d'Ivoire, Syrie.. (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir par tous, le message du magistrat Serge Portelli. Alerte !

 

Vidéo qui montre en quelques mn ce que la France devient. A voir par tous

 

L'horreur du capitalisme financier, vidéo extraordinaire, claire (TV belge)

 

Le terrorisme n'est pas islamiste mais fabriqué par le FBI - Super vidéo

 

La France de Sarkozy capitule devant l'Allemagne de Merckel - UE contre les peuples

 

 


phytomortier

L'argent Colloïdal, la médecine naturelle et ses multiples bienfaits

Se procurer ce  remède naturel bienfaisant, et aussi de l'huile

essentielle de Ravintsara et de tee-tree - et un kilo au moins de

tisane aubépine (seul remède efficace contre la peste)

 

 
.

servisphere.com

 
troc, échanges, partage, dons..

 

Le réseau d'entraide gratuit: Gardez bien cette adresse ! Trocs, dons..



SEL: Pensez au SEL, le Système d'Echange Local, pour faire des économies

 

 

 

 

.

A mes Lecteurs et à mes Lectrices Seniors. Lisez l'Info sur Internet !

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons) 

Danièle, retraitée, handicapée, fait une manif à elle seule ! Un modèle !
La délinquance, c'est quoi ? Et cela sert qui ? Remettre les pendules à l'heure
Le système actuel d'argent-dette, super vidéo pour tout comprendre
"Diaporama" pour comprendre les enjeux de la géopolitique. Super vidéo !
Géopolitique: La question russe, vidéo de 19 mn (Aymeric Chauprade)
Senior Information: Non au détricotage du programme gaullien du CNR
Austérité pour tous, mais scandaleux train de vie de Sarkozy à nos frais
Dépendance:Assurance privée obligatoire? Juteuse pour Guillaume Sarkozy?
Comment à l'étranger on voit Sarkozy (télé suisse), vidéo décapante !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qui se substitue aux Nations ?

L'atlantisme, source des problèmes du monde. C'est un totalitarisme (+ vidéo)

Haarp, "l'arme climatique". Russie victime ? 2 posts (Français, Espagnol

Tout savoir sur la puce RFID qu'on devrait nous implanter. Contrôle,fichage

A savoir: C'est la CIA qui finance la construction européenne (Historia)

Les traînées blanches dans le ciel, alerte ! "Chemtrails" toxiques pour tous

La politique de Sarkozy: Profits CAC40 accrus, au détriment des Français

Constitution européenne: Dispositions inquiétantes qu'on a cachées

L'Union Européenne: C'est le 4e Reich ! Dominé par l'Allemagnre

Opération 7 décembre : Initiative internationale contre les banksters

De la Shoah à la "Shoah" planétaire (guerre mondiale, de religion..) ?

Les réseaux de l'horreur: Pédophilie (Dutroux..), satanisme, scandales..

Les animaux malades du capitalisme, torturés - Elevage industriel

Alerte chemtrails ! Traînées blanches dans le ciel, une réalité dangereuse !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qu'on prépare ? Par eva R-sistons

Strauss-Kahn, une catastrophe pour la France et pour la Gauche (eva R-sistons)

Révolutions de couleurs (entre autres) fomentées par la CIA (vidéo)

Comment on vous manipule (via les Médias aux ordres du pouvoir)

Monnaie,finance,FED n'auront plus de secrets pour vous (vidéo dessin animé)

Manipulation des Médias, désinformation, propagande. Médias et CIA

Pour vos vacances, 5 ouvrages à lire, conseillés par eva R-sistons

Les Indignés: Carte de la mobilisation - Comment s'indigner ? (eva R-sistons)

Abus sexuels, notamment sur les enfants (Vidéo, film de Karl Zéro)

Tragédie... grecque. Faillite via les Banques. TB vidéo: La stratégie du choc

Que signifie la "mondialisation" imposée aux peuples ? Par eva R-sistons

Lettre (superbe) à ceux qui se résignent au pire

Ex Gouverneur J. Ventura: "Vous contrôlez notre monde.. pour le détruire"

Qu'est-ce que le Club Bilderberg qui conçoit le Nouvel Ordre Mondial ? (vidéos)

La vérité sur la "démocratie" (Pr Chouard, vidéo) - Tirage au sort ?

Libye: Ce n'est pas une guerre humanitaire pour protéger les civils (vidéo)

Attentat, crise, choc de civilisations en préparation: Monde fou ! (eva R-sistons)

Citations célèbres, notamment d'Einstein - La science devient criminelle

Non seulement ils bombardent l'état souverain Libyen, mais ils le volent !

Copé qui veut être Président de la République a de "jolies" relations !

Patrimoine : La France veut-elle privatiser ses forêts ?

Le « massacre » de Tienanmen était un mythe !

Alertes sous-traitance nucléaire - et gaz de schiste contre santé, air, eau..

Norvège et ailleurs: La lutte contre la Droite raciste haineuse doit être engagée

Libye, Côte d'Ivoire.. puis Algérie, Syrie.. La logique des évenements (eva)

Qui est à l'origine de la dette qui empoisonne nos vies ? Tout savoir

Les atteintes répétées du gouvernement aux droits des malades

Alerte ! La dictature européenne se met en marche ! Explication.

A l'origine de la dette, de la crise en France : Pompidou, Giscard !.

Fausses Révolutions pour la démocratie. "Droit" d'ingérence, guerres "humanitaires"

Les Observateurs de France24: Au service de l'Empire US et des guerres (eva)

(médias et situation internationale)

La dictature du Nouvel Ordre Mondial sur la Grèce et.. sur toute l'UE (eva)

Syrie: Tout ce qu'on ne vous dit pas dans les médias menteurs. Effrayant !

Les Islandais se sont débarrassés avec succès de la mondialisation financière

L'Histoire de France et les Empires, vidéo : 2 formidables heures avec F. Asselineau

Un Lecteur dit ce qu'il pense de Nicolas Sarkozy (eva R-sistons aussi)

On vous ment ! Le terrorisme islamique n'existe pas en France

Le vrai Kadhafi, à partir de documents anciens. Un grand dirigeant !

Diminuer votre consommation de carburant : Tous les conseils

Les expériences secrètes de la CIA : Vidéo passionnante !

Les clefs pour comprendre les évenements majeurs de l'Actualité (eva R-sistons)

Guerre contre la Syrie: Tous les mensonges (massacres, images, analyses..)

Comment l'Occident déstabilise les pays hostiles et sème le chaos

Propagande de guerre (les règles) et manipulation des masses

Gbagbo n'est pas un criminel mais un démocrate. Vrais criminels pas jugés à La Haye

26 vérités sur le groupe État islamique EI qu’Obama veut vous cacher


 

 

  http://molex.unblog.fr/2010/10/17/

(Conditionnement par les Médias)

desinformation.jpg