Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 15:51
retraite-parkinson-copie-1.jpg
Social

France Alzheimer : inquiétudes quant à la possible suppression de l’APA pour 500.000 seniors malades

Certaines des propositions contenues dans le rapport d’information parlementaire sur la prise en charge financière des personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie*, présenté le 23 juin dernier par la députée UMP Valérie Rosso-Debord, inquiètent vivement l’Association France Alzheimer. Détails…



Proposition 15 : la suppression de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) pour les personnes en GIR4**

Les 498 000 personnes*** classées en GIR4 ont besoin d’un accompagnement quotidien pour se lever, faire leur toilette et s’habiller. L’APA, principale aide financière de ces personnes malades, s’élève en moyenne à 348 euros pour les « GIR4 » vivant à domicile, et à 338 euros pour ceux résidant en établissement****.

Pour Marie-Odile Desana, nouvellement élue présidente de l’association France Alzheimer, « cette proposition est injuste et représente une atteinte directe à l’autonomie des personnes ». Cette allocation est indispensable. Elle contribue à la rémunération des aides à domicile et à la prise en charge du forfait dépendance en établissement.

Proposition 11 : le recours sur succession

Concrètement, les personnes de plus de 60 ans souffrant d’une perte d’autonomie auraient le choix entre sacrifier une partie de leur patrimoine ou se voir diminuer leur APA de moitié, et renoncer ainsi à un accompagnement digne.

France Alzheimer défend la taxation équitable de tous les patrimoines, y compris ceux des bien-portants, vieux ou jeunes, principe même de la mutualisation des risques fondant la Sécurité sociale.

Proposition 12 : la souscription obligatoire d’une assurance dépendance dès l’âge de 50 ans

Souscrire une assurance individuelle obligatoire sonne le glas d’un système financé par la solidarité nationale, essentiel pour France Alzheimer.

Ces propositions serviraient de base à la réforme du financement de la perte d’autonomie, engagée avant la fin 2010 selon le gouvernement. Elles laissent craindre que la « politique de rigueur » ne frappe de plein fouet les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et leur famille. C’est, selon France Alzheimer, la voie ouverte à une prise en charge financière encore plus inégalitaire qu’aujourd’hui.

*. Rapport d’information n°2647 enregistré par l’Assemblée Nationale le 23 juin 2010 en conclusion des travaux de la mission sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes.
**. La grille AGGIR évalue la perte d’autonomie. Elle contient six niveaux : de GIR6, les moins dépendants, à GIR1, les plus dépendants. L’APA est actuellement distribuée à des personnes classées de GIR1 à GIR4.
***. Etudes et résultats DREES, n°710, L’allocation personnalisée d’autonomie et la prestation de compensation du handicap au 30 juin 2009, novembre 2009.
****. Etudes et résultats DREES, n°710, L’allocation personnalisée d’autonomie et la prestation de compensation du handicap au 30 juin 2009, novembre 2009.


Jeudi 8 Juillet 2010
Source : France Alzheimer
Lu 1440 fois
http://www.senioractu.com/France-Alzheimer-inquietudes-quant-a-la-possible-suppression-de-l-APA-pour-500-000-seniors-malades_a12620.html?preaction=nl&id=9083132&idnl=71467&
Partager cet article
Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 15:28
retraites-fonds-de-pension-j.jpg

 

Mort de l’AER (Allocation Équivalent Retraite) dans la discrétion :

L’AER, instituée par la loi de finances pour 2002, garantit un minimum de ressources (953€/mois à l’époque) aux chômeurs de moins de 60 ans qui ont cotisé suffisamment pour avoir droit à une retraite à taux plein, on compte de 60 à 70000 bénéficiaires actuellement.


Bercy avait dévoilé ses intentions dès le 26 septembre 2007, et l’AER a été supprimée à partir du 1er janvier 2009 par une loi votée le 24/12/ 2008. Devant la mobilisation, un décret de prolongation d’un an a été pris le 29 mai 2009 « en réponse à la crise ». L’AER a donc été supprimée définitivement le 1er janvier 2010 : il n’y a plus de « crise » ?


Le gouvernement procède ainsi à l’exclusion de plusieurs dizaines de milliers de bénéficiaires potentiels qui se contenteront d’«  un report total sur l’allocation de solidarité spécifique (ASS) dont le montant mensuel ne peut dépasser 435,30 €/mois » (dixit Frédéric Lefebvre et Alain Joyandet, rapporteurs de la loi au Sénat).

Suppression de la demi-part pour les veuves ayant élevé un enfant

Il s’agit là d’une « niche fiscale » de première importance : après leur veuvage, les femmes ayant élevé au moins un enfant avaient droit à ½ part de plus pour le calcul des impôts. Cela permettait à beaucoup de vivre un peu plus décemment, même si leur retraite et la pension de réversion étaient faibles.

C’est fini !


Elles passent ainsi de non imposables à imposables (avec toutes les conséquences en termes de services sociaux), ou bien voient leur impôt fortement augmenter.

Les personnes âgées dépendantes ne sont pas oubliées :

Pendant sa campagne présidentielle de 2007 Nicolas Sarkozy promettait : " Je créerai une cinquième branche de la protection sociale [...] Je veux que la France soit un modèle dans la prise en charge des personnes âgées et dépendantes. L’honneur d’une civilisation, c’est la manière dont elle s’occupe des plus fragiles d’entre nous[...] Le rôle de la solidarité, c’est la prise en charge matérielle des personnes dépendantes. Le rôle des familles, c’est leur prise en charge affective ... " [1]


La « Mission » Rosso-Debord (créée le 22/7/09) rend son rapport sur « la prise en charge des personnes âgées dépendantes » … et c’est pas triste !


En fait, cette député UMP a été missionnée pour privatiser l’APA et non pour mettre en place le « cinquième risque » de la Sécu (la dépendance) promis par le candidat Sarkozy.


Les propositions du rapport

Elles sont au nombre de 17 : la plupart sont anodines ou de bon sens : consultation médicale gratuite de prévention à partir de 60 ans (proposition 1), cahier des charges pour les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes (proposition2), prévention des accidents indésirables évitables (proposition 3), formation des intervenants (proposition 4), formation des médecins (proposition 5), étude sur les conditions d’hospitalisation (proposition 6), utiliser le grand emprunt pour la recherche technologique d’aide à l’autonomie (proposition 7), développer la télémédecine dans les résidences (proposition 8), réguler les frais en résidence (proposition 9), limiter l’obligation alimentaire 10), faire participer à la « contribution Pentecôte » ceux qui étaient exemptés (proposition 14), alléger le régime fiscal des rentes viagères en cas de perte d’autonomie (proposition 16), renforcer la Caisse Nationale de Solidarité (proposition17).

 

Les propositions inacceptables :


- Reprise sur les petites successions (au lieu de taxer comme il faut les grosses successions !)


Proposition n° 11 : « Instituer pour les demandeurs du bénéfice d’une allocation personnalisée d’autonomie possédant un patrimoine d’au moins 100 000 euros, un droit d’option entre une allocation réduite de moitié mais n’autorisant pas un futur recours sur la succession de son bénéficiaire et le service d’une allocation à taux plein, pouvant être récupérée sur la succession future du bénéficiaire pour un montant maximum de 20 000 euros. » [2]

Cela va placer les bénéficiaires dans une situation désagréable : avoir de quoi vivre plus décemment mais en amputant leur succession (les enfants ne seront peut-être pas tous d’accord là-dessus). L’insuccès de la PSD (Prestation Spécifique de Dépendance), récupérable sur la succession et qui existait avant l’APA, en est le prototype.


- Ouvrir aux assurances le « marché » de la dépendance


Proposition n° 12 : « Rendre obligatoire, dès l’âge de cinquante ans, la souscription d’une assurance perte d’autonomie liée à l’âge et assurer son universalité progressive par la mutualisation des cotisations et la création d’un fonds de garantie. »

En fait, c’est l’idéologie profonde de la droite qui resurgit ici : passer de la solidarité nationale au privé : aux assurances.

Je cite Slovar qui a écrit un excellent article sur son blog : [http://www.marianne2.fr/SlovarMari" name="nh3">3]

« Alors, comme il est hors de question d’augmenter les impôts, une idée lumineuse est venue à Valérie Rosso-Debord : Faire payer aux futurs hypothétiques dépendants environ 15€ par mois dès l’âge de 50 ans ! 15 euros par mois ! Mais sur quelles bases s’appuie t-elle ?

Elle s’appuie sur : " des estimations fournies par les sociétés d’assurance, le montant de la cotisation « dépendance » pourrait avoisiner les 15 euros par mois, pour une rente mensuelle d’environ 500 euros en cas de perte d’autonomie …" »…

« Ce que madame Rosso-Debord omet de nous dire, c’est que les assureurs sont fin prêts à intervenir, comme l’indique le très intéressant document http:// www.ffsa.fr/webffsa/risques...., réalisé par Manuel Plisson (Université Paris-Dauphine) et publié sur le site de la FFSA (Fédération française des sociétés d’Assurances) : "LE MARCHÉ DE L’ASSURANCE DÉPENDANCE" : " La dépendance est bien un risque et non une période de la vie (...). Cela confirme qu’il s’agit bien d’un risque ayant donc vocation à être couvert par l’assurance. " (…) « Et ce marché devrait être juteux comme l’explique le document de Manuel Plisson. Puisque : "... Plus d’une personne sur deux ne sera donc jamais dépendante (29 % parmi les hommes et 52 % parmi les femmes). La durée moyenne de dépendance lorsqu’elle survient est de 3,7 ans pour les hommes et 4,4 ans pour les femmes. Par ailleurs, les durées longues en dépendance sont rares. Seuls 6 % des hommes et 16 % des femmes atteignant l’âge de 60 ans vivent plus de 5 ans en dépendance (...)"

En termes clairs, voila donc un risque qui semble prometteur pour les assureurs, tout en exonérant le gouvernement et sa majorité d’une promesse ... embarrassante ! »

La « gazette santé social » publie un entretien avec Emmanuel Verny, directeur général de l’Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles (UNA).

« En proposant un système d’assurance dépendance obligatoire, le rapport « Rosso-Debord » abandonne l’idée de créer une cinquième branche de la sécurité sociale. 
Nous sommes totalement opposés à la conception ultra-libérale de la perte d’autonomie exprimée dans ce rapport. On y parle de l’avancée en âge comme du risque automobile ou habitation, c’est stupéfiant ! Pour nous, la prise en charge de la perte d’autonomie doit être assurée et organisée par la puissance publique comme les autres aléas de la vie. C’est un des fondements du modèle social français d’après 1945. » [http://www.gazette-sante-social.fr/actualite/a-" name="nh4">4]


- Augmenter la CSG des retraités


Proposition n° 13 : « Revoir les taux de la contribution sociale généralisée applicable aux pensions de retraite afin d’aménager une meilleure progressivité de ces derniers en fonction des montants de ces pensions et appliquer un taux de 7,5 % aux montants les plus élevés. » Ce sera donc aux personnes âgées elles-mêmes de payer pour la dépendance !


- Exclure de l’APA près de la moitié des bénéficiaires : les 498 000 qui sont en GIR 4.


Proposition n° 15 : « Réserver le bénéfice de l’allocation personnalisée d’autonomie aux personnes les plus dépendantes classées dans les groupes iso ressources 1 à 3 de la grille AGGIR. » Il s’agit là du centre du centre du projet de l’UMP.

APA ? (Allocation Personnalisée d’Autonomie) : créée par la loi du 20 juillet 2001, et mise en place par Mme Paulette Guinchard.


Le rapport lui-même le reconnaît :


« Créée par la loi n° 2001-647 du 20 juillet 2001, l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) s’adresse aux personnes âgées de soixante ans et plus, résidant à domicile ou en établissement. Son dispositif leur offre la prise en charge, qui n’est pas soumise à conditions de ressources, d’un plan d’aide comprenant les divers services et aides qui répondent aux besoins particuliers de chacune de leurs situations de perte d’autonomie. Gérée par les départements, l’allocation est calculée en fonction des revenus des bénéficiaires et de leur degré de dépendance mesuré à l’aide des six niveaux de perte d’autonomie de la grille nationale AGGIR (Autonomie gérontologie groupes iso-ressources) dits GIR 1 à 6, l’APA ne compensant que les GIR 1 à 4, c’est-à-dire les dépendances les plus lourdes. Dès sa création, l’APA a été plébiscitée par ses bénéficiaires et depuis lors sa montée en charge est progressive mais continue : 1 128 000 (au 30 septembre2009) » [5]

Dans la discussion du document le 23 juin 2010, les députés du groupe SRC (la gauche) ont relevé : « Depuis sa création, l’État s’est peu à peu désengagé de son financement : sa participation dans le financement de l’APA est passée de 43 % en 2002 à 28,5 % en 2010. Désormais, ce sont les départements qui supportent l’essentiel de l’effort nécessaire pour financer l’APA » [6]


Cette allocation permet l’aide à domicile (60% des bénéficiaires) ou en institution (40%) pour les personnes qui deviennent dépendantes physiquement ou mentalement. Elle est touchée par 6,7% des plus de 60 ans et sa durée moyenne est de 4 ans (2 ans et 11 mois pour les hommes, 4 ans et 5 mois pour les femmes). Elle est attribuée en fonction du niveau de dépendance des personnes âgées, depuis le GIR 1 : personnes confinées au lit dont les fonctions mentales sont gravement altérées, jusqu’au GIR 6 : personnes n’ayant pas perdu leur autonomie pour les actes essentiels de la vie courante.

L’APA est destinée actuellement aux personnes en GIR de 1 à 4. Elle a permis en particulier une aide significative pour le maintien à domicile et le bien-être des personnes en GIR 4, qui représentent près de la moitié des bénéficiaires : 498 000 [7] sur 1 150 000 (en 2010).

 

Le pivot est le GIR 4 : les « personnes âgées n’assumant pas seules leurs transferts mais qui, une fois levées, peuvent se déplacer à l’intérieur de leur logement. Elles doivent parfois être aidées pour la toilette et l’habillage. Ce groupe s’adresse également aux personnes âgées n’ayant pas de problèmes locomoteurs mais devant être aidées pour les activités corporelles et pour les repas » [8]. Les personnes classées en GIR4 « ont besoin d’un accompagnement quotidien pour se lever, faire leur toilette et s’habiller. L’APA, principale aide financière de ces personnes malades, s’élève en moyenne à 348 euros pour les « GIR4 » vivant à domicile, et à 338 euros pour ceux résidant en établissement. » [9]

Pour Marie-Odile Desana, nouvellement élue présidente de l’association France Alzheimer, « cette proposition est injuste et représente une atteinte directe à l’autonomie des personnes ». Cette allocation est indispensable. Elle contribue à la rémunération des aides à domicile et à la prise en charge du forfait dépendance en établissement.

Dans l’interview à la Gazette Santé-Sociaux : « Selon Valérie Rosso-Debord, l’état des finances publiques est si dégradé que notre pays n’a plus le choix...

Emmanuel Verny : On a toujours le choix. La question est plutôt de savoir à quoi on donne le plus d’importance : est-ce à la baisse de la TVA dans la restauration ou à la prise en charge des personnes âgées et handicapées ? Soutenir ce secteur aurait pourtant les mêmes effets sur le plan économique. C’est un choix de société. »

 

Exclure de l’APA ces centaines de milliers de personnes dépendantes, quoi de mieux pour inciter à souscrire une assurance ceux qui arrivent à 50 ans et ne veulent pas faire porter la charge de leur éventuelle dépendance à leurs enfants –s’ils en ont – ou tomber dans la misère ?

Mais dans leur grande sagesse les députés UMP veulent cuire le mouton à petit feu pour qu’il ne s’en rende pas compte, extrait du rapport :

« En attendant que l’assurance dépendance puisse se substituer au régime actuel de l’allocation personnalisée d’autonomie, le service de cette dernière ne saurait être interrompu. Toutefois, son dispositif, dont on a vu plus haut, qu’il avait atteint ses limites, nécessite diverses modifications, tant pour alléger la charge des départements que celle des familles. »

Les six groupes iso-ressources de la grille AGGIR classent les personnes âgées en fonction des aides à la personne ou des techniques commandées par leur état. Ainsi :
- le GIR 1 comprend les personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales sont gravement altérées et qui nécessitent une présence indispensable et continue d’intervenants ;
- le GIR 2 concerne les personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions intellectuelles ne sont pas totalement altérées et dont l’état exige une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante. Ce groupe s’adresse aussi aux personnes âgées dont les fonctions mentales sont altérées, mais qui ont conservé leurs capacités de se déplacer ;
- le GIR 3 réunit les personnes âgées ayant conservé leur autonomie mentale, partiellement leur autonomie locomotrice, mais qui ont besoin quotidiennement et plusieurs fois par jour d’être aidées pour leur autonomie corporelle ;
- le GIR 4 intègre les personnes âgées n’assumant pas seules leurs transferts mais qui, une fois levées, peuvent se déplacer à l’intérieur de leur logement. Elles doivent parfois être aidées pour la toilette et l’habillage. Ce groupe s’adresse également aux personnes âgées n’ayant pas de problèmes locomoteurs mais devant être aidées pour les activités corporelles et pour les repas ;
- le GIR 5 comporte des personnes âgées ayant seulement besoin d’une aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas et le ménage ;
- le GIR 6 réunit les personnes âgées n’ayant pas perdu leur autonomie pour les actes essentiels de la vie courante.

Notes

[1] Source : Mon Projet - Rencontre « Femmes et égalité des chances » (06/04/07).

[2] extrait du rapport Rosso-Debord : www.assemblee-nationale.fr

[3] Slovar : www.marianne2.fr/SlovarMarianne->http://www.marianne2.fr/SlovarMarianne/L-UMP-envisage-d-offrir-le-magot-de-la-dependance-aux-assureurs-_a18.html]

[4] www.gazette-sante-social.fr->http:// www.gazette-sante-social.fr/actualite/a-la-une-les-deputes-pronent-une-assurance-privee-obligatoire-18723.html

[5] extrait du rapport Rosso-Debord p.17-18

[6] Extrait du rapport Rosso-Debord

[7] Etudes et résultats DREES, n°710, L’allocation personnalisée d’autonomie et la prestation de compensation du handicap au 30 juin 2009, novembre 2009.

[8] idem

[9] Senior Actu


Auteur : Sybille Fasso - Source : Démocratie & Socialisme

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15556

Partager cet article
Repost0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 04:06

agriculture-copie-2.jpg

Qu'avons-nous fait de nos agriculteurs ?

 

"Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France"

Sully, ministre et ami du Roi Henri IV

 

C’est par cette phrase magnifique, éculée par quatre siècles de bons et loyaux services, que les petits écoliers français découvraient encore dans les années 1960 - 1970 leurs racines paysannes aujourd’hui reléguées aux oubliettes. Le double sens de cette expression donnait par là même du travail à tout un monde et donnait surtout à tout un pays l’assurance de sa subsistance.

 

A l’ère industrielle et même post-industrielle, que reste-t-il des bases agricoles sur lesquelles plusieurs pays se sont bâtis ? On Oublie facilement la contribution à la richesse collective de cette agriculture prospère, constamment innovante, tant par un travail de sélections des meilleures races, des semences les plus productives, ou dans l’utilisation de la génétique et des techniques de productions à la pointe. Les peuples se sont toujours essuyés dédaigneusement les pieds sur ceux qui les nourrissent.

 

De par le monde, les reproducteurs Charolais, Limousin ou Salers ont fait la preuve incontestable de leurs qualités de vitesse de croissance, rendement en viande et rusticité si bien définis dans ce critère des années soixante "leaner meat, faster gain". Les variétés de semences céréalières se sont améliorées là aussi au fil des siècles, fruit d’un travail d’observation et de besogneux qui pour ingrat qu’il était, ne fut jamais récompensé à sa juste valeur, alors que le "Club des cent quintaux à l’hectare" dépasse depuis longtemps ces rendements, et que le pain quotidien n’a de signification que pour les quelques survivants des turpitudes de l’époque 1940/45 où se sustenter était un "sport national" dont l’enjeu était les fameux tickets de rationnement. (..)

 

On a (..) passé sous silence le suicide de 850 agriculteurs, je dis bien plus de 850 exploitants agricoles, qui durant l’année 2009 se sont supprimés après avoir atteint le bout du rouleau, victimes de conditions hyper stressantes, d’un système qui ne profite qu’aux grandes surfaces qui vivent sur leur fond de roulement à flux tendu, et qui paient à 80, voire à 120 jours ces adorables "cul terreux", et livré à un système bancaire dont les pratiques dévoyées précipitent le monde à la rue. Et la même chose se répète dans les campagnes québécoises.

 

Les agriculteurs ne sont que des "vide seaux" qui font fausse note dans le décor, on veut bien les voir une fois par an, au Salon de l’Agriculture à Paris ou au Calgary Stampede pour le divertissement des rodéos et autres "chuck wagon races" pourvu qu’ils travaillent au minimum 80 heures par semaine. Le message qu’on leur adresse est " t"es rien qu’un plouc, tu pues la bouse, et fais de l’air" pour ne pas dire autre chose, tout en permettant qu’une bande d’ignares, des écolos "baba cool" viennent leur donner des leçons sur ce qu’est le respect de la nature. Pourtant, qui nourrit qui ? C’est la misère qui se fout de la charité !

 

En cette période troublée, émaillée par des scandales à répétitions et la corruption de nos élites dirigeantes, il serait temps, si l’on veut encore demain manger à notre faim, de se souvenir de la "sagesse paysanne", et que "Labourage et pâturage demeurent les deux mamelles de nos pays", il serait grand temps de prendre en considération les souffrances et la détresse d’un monde agricole qui comme les oiseaux, se cachent pour mourir dans un silence sidéral aux conséquences irréversibles et incalculables. Où se trouve donc la véritable loyauté de nos dirigeants, qu’il s’agisse tout aussi bien de John James CHAREST ou de Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOSCA ?


Christian SÉBENNE


http:// www.vigile.net/Labourage-et-Paturage-sont-les

 

 

agric-ancienne-copie-2.jpg

N'abandonnons pas nos agriculteurs !

Par eva R-sistons

 

L'agriculture se meurt, nos agriculteurs se suicident... Je reçois à l'instant ce cri de détresse.  Un cri que les médias ne relaient jamais !


Imaginons un instant ce que serait la France sans ses paysans... Elle perdrait son âme, sa sève !

 

L'heure est à la désertification: Nos villages sont privés d'école, de gare, de bureau de poste, de clinique... et puis les agriculteurs ne peuvent plus vivre de leur travail, sauf les plus forts, le Pouvoir pousse les citoyens à s'agglomérer dans les cités de béton inhumaines, pour mieux les contrôler. Alerte, c'est l'identité de la France qui est en jeu ! François Mitterrand, en son temps, a gagné les élections avec une affiche de génie: En arrière-plan, on voyait la France profonde, avec ses villages, son clocher, ses champs... Et nous allons les sacrifier au Nouvel Ordre Mondial carnassier impitoyable ? Jamais !

 

Non seulement nous avons le devoir de préserver  le paysage rural, mais aussi ceux qui nous nourrissent au prix d'un dévouement sans limite. Le défi est colossal, face à un pouvoir fermé aux réalités et aux traditions.

 

Chaque travailleur de la terre qui se donne la mort doit nous interroger; Chaque paysan qui disparaît, c'est un peu de nous-même qui s'en va. Amis Lecteurs, soutenons nos agriculteurs. En agissant ainsi, c'est le visage de la France que nous perpétuons. Et aussi, sans doute, l'avenir de nos enfants, et une certaine idée de l'homme.

 

Il est temps de réhumaniser le monde... et cela commence par notre terroir. Il n'appartient pas aux spéculateurs !


                  Wikipedia, villages

 

A peine ai-je posté cet article, que je trouve ceci:

 

Au PS, l'idée d'un "bouclier rural" avance

LA ROCHELLE, Charente-Maritime, 27 août - L'idée d'un "bouclier rural", ensemble de mesures pour revitaliser les campagnes en France, progresse au Parti socialiste, réuni à La Rochelle pour son université d'été.

 

A l'inverse du "bouclier fiscal" qu'ils dénoncent, des élus de la Nièvre, maires et conseillers généraux, veulent une action transversale pour les territoires, des services publics aux nouvelles technologies en passant par les banques.

"On a réalisé qu'on était capable de mettre nos écharpes tricolores pour protester chaque fois qu'un hôpital menaçait de fermer, au coup par coup, mais pas pour proposer des projets argumentés", explique Fabien Bazin, maire d'une petite ville de 1.500 habitants dans le Morvan.

Les concepteurs du "bouclier rural" - sur lequel le conseil général de la Nièvre a décidé à l'unanimité, élus de gauche comme de droite, de travailler - ont placé les services publics tout en haut de leur liste.

Face aux suppressions d'écoles, de guichets de poste de plein exercice ou de services hospitaliers, ils entendent instaurer un "temps maximum d'accès aux services publics" : trente minutes pour arriver aux urgences, 45 pour une maternité.

Leur réflexion a porté aussi sur les commerces pour trouver comment adapter leur fiscalité au caractère saisonnier de leur activité ou les aider dans leurs mises aux normes.

Sur le modèle de ce qui s'est fait aux Etats-Unis dans le sillage du mouvement des droits civiques, ils voudraient repenser les partenariats avec les banques pour qu'elles réinvestissent une partie de l'épargne perçue dans les territoires où elles sont installées.

Misant sur une accélération de l'exode urbain et, partant, sur une explosion du télétravail, ils proposent un grand plan d'équipement en fibre optique de leurs territoires.

ÉGALITE RÉPUBLICAINE

Le tout pourrait être au coeur d'une "grande loi sur la ruralité dont le projet serait déposé à l'Assemblée mais surtout, il faut intégrer ces idées dans le futur programme présidentiel socialiste", déclare Christian Paul, député de la Nièvre et président du Laboratoire des idées, la machine à projets du Parti socialiste.

Le "bouclier rural" est une exigence républicaine et sociale, souligne-t-il. "Quand on doit attendre dix mois pour un rendez-vous chez l'ophtalmo près de chez soi, on n'est plus dans l'égalité républicaine", insiste l'ancien ministre.

En quelques années, sous la houlette de la droite, "on a raboté, on a concentré, on a éloigné le centre de décision et le lieu des interventions : dans le domaine de l'aménagement du territoire, il y a eu abandon de poste total", déplore le député.

L'idée du "bouclier rural" commence à essaimer, dans le reste de la Bourgogne et le Massif central et séduit à droite, dont les élus locaux sont "très embêtés par le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux" décidé par le gouvernement Fillon, ajoute Fabien Bazin.

"Les services publics sont balayés par le Sarkozysme dans les territoires ruraux plus qu'en banlieue", avance-t-il pour expliquer ce front républicain du refus.

Laure Bretton, édité par Jean-Baptiste Vey

 

http:// fr.news.yahoo.com/4/20100828/tts-france-ps-ruralite-ca02f96.html

Partager cet article
Repost0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 04:15
La "rupture conventionnelle" sera-t-elle
le fossoyeur de l'indemnisation du chômage en France ?


Lancée au détour d'une outrance verbale de Laurence Parisot : " La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? " la rupture conventionnelle fait "un tabac" chez les employeurs. Certains l'utiliseraient même pour dissimuler des licenciements économiques !

" Un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) peut dorénavant être rompu d’un commun accord entre l’employeur et le salarié, y compris pour un salarié protégé. Cet accord amiable, appelé rupture conventionnelle, est distinct du licenciement et de la démission, et ne peut pas être imposé par l’une ou l’autre des parties ... / ... " écrivait le 26/06/2008 le site Service-public

Cette nouvelle forme de rupture du contrat de travail qui selon les termes de Laurence Parisot sur son blog s'inscrira : " ... / ... dans l’Histoire ... / ... l’accord sur la rupture conventionnelle qui modernise d’un coup et le marché du travail, et la relation employé-employeur... / ... "

Cette "modernisation" historique donne en effet des résultats en termes de "dégraissages" feutrés, puisque ces licenciements ont pour but d'éviter un passage au prud'hommes ou encore mieux, comme l'écrit le site Conseil entreprises : " Pour l’employeur, les avantages ne sont pas négligeables : ce type de rupture lui permet d’éviter les frais de dossiers et les contraintes liées à un licenciement économique : litiges divers, étude de reclassement, prise en charge de la Convention de Reclassement personnalisé (CRP)… "

(..)

Ce qui signifie, en clair : Attention à ce que l'engouement pour les "ruptures conventionnelles" ne devienne pas avec le temps le fossoyeur de l'indemnisation du chômage en France !

Crédit photo
Le blog de DamienG

Libellés : ,

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15156

Partager cet article
Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 02:11

 

Le Cri, de Munch

 

Une histoire vraie: Les aventures de Maryse au Pôle Emploi

"C’est ainsi quand on vit sous la dépendance des administrations"

Ce qui suit n’est pas de la fiction. N’hésitez pas à réagir en bas de page…

Maryse ouvrit la boîte à lettres comme chaque jour, avec la peur au ventre. Elle avait l’habitude des mauvaises surprises qui l’attendaient au courrier presque quotidiennement.

Pas de cartes postale de Tahiti, mais ce pouvaient être des factures plus lourdes que prévues, des lettres en recommandé qui n’étaient jamais de bonnes nouvelles, des mises en demeure ou encore des erreurs de la part de la CAF qui lui demandait un trop perçu ou des ASSEDIC qui lui annonçaient la fin de ses allocations de chômage…

C’est ainsi quand on vit sous la dépendance des administrations : il n’y a jamais de repos ni de répit. Jamais de tranquillité d’esprit où l’on peut se reposer et se dire : "Bon, là maintenant je suis en sécurité, j’ai de quoi vivre et nourrir ma famille, j’ai de quoi voir venir et assumer les erreurs administratives et les factures imprévues avec sérénité."

Si déjà elle pouvait se dire : "Bon, j’ai de quoi nourrir la famille jusqu’à la fin de la semaine et payer mes factures", ce serait déjà une forme de paradis. Mais les prélèvements bancaires, les dettes, les étalements de factures à payer tous les mois, la menace d’être fichée à la Banque de France, les huissiers…

Encore faut-il avoir des revenus réguliers ! Ce n’est pas le cas de Maryse. Parfois, elle a un peu de travail, parfois ses enfants sont malades ou bien elle déprime et n’arrive pas à se lever de bonne heure pour se rendre à son stage d’insertion ou à son poste en CAE (contrat aidé).

Car du travail, elle n’en a pas régulièrement et donc, ses revenus sont aléatoires et fluctuants. Parfois, elle perçoit des allocations d’ASSEDIC ou le RMI (maintenant RSA, bien plus compliqué qu’avant). La CAF lui demande de justifier ses revenus tous les mois, le Pôle Emploi la convoque pour lui demander de justifier ses recherches d’emploi… Elle doit se justifier sans arrêt comme si elle était coupable de quelque chose. Coupable de quoi ? D’être pauvre et de santé fragile, d’avoir du mal à s’en sortir ? D’avoir eu un accident de vie dans sa jeunesse ? De s’être retrouvée seule avec ses enfants ???

Elle se sent mal à l’aise devant sa boîte aux lettres comme devant l’employée qui l’a culpabilisée l’autre jour de n’avoir pas assez de pièces justifiant ses recherches d’emploi, de n’avoir pas assez écrit de lettres et de CV - mais à quoi ça sert un CV, s’il en arrive tous les jours des dizaines et que vous n’avez pas de facilités pour la rédaction des lettres ? En plus, on sait bien que ça ne marche plus d’écrire…

Elle fait ce qu’elle peut Maryse, elle se bat pour s’en sortir, mais c’est un parcours du combattant tous les jours et l’on n’a pas le droit de baisser les bras et de dire "Ouf ! Je suis fatiguée !" C’est chaque jour un nouveau combat.

Ca y est, elle le savait ! Encore une lettre du Pôle Emploi qui la menace de radiation. Pourtant, elle est allée hier leur expliquer pourquoi elle n’avait pas pu venir à la réunion. Son petit était malade et elle n’avait personne pour le garder. Ils font quoi les employés du Pôle Emploi, quand leur enfant est malade ? Ils prennent un congé ou se payent une nounou parce qu’ils ont un salaire et des droits… Quand on n’a pas de salaire, ni de travail, on n’a pas de droits ??? On n’a que le droit de se taire et d’obéir. On est en tort de toutes façons ! On peut venir à toutes les réunions, les convocations, parce qu’il paraît qu’on n’a que ça à faire !

Elle sent la colère monter. C’est injuste. Elle va lui dire à la femme du Pôle Emploi !… Mais elle se souvient tout à coup qu’elle ne peut pas téléphoner puisque la ligne vient d’être coupée pour non paiement… Quant au portable, elle n’a pas eu de quoi racheter une carte pour le recharger. Elle va devoir prendre le bus ou le train, car elle n’habite pas à côté !

Ca va lui prendre l’après midi. Il faut se dépêcher, ils ferment à 16h. Elle va devoir faire la queue longtemps (les chômeurs ça ne manque pas), debout devant le guichet où l’employée est assise, elle, et expliquer son cas. On lui donnera l’autorisation d’expliquer "son cas" une deuxième fois en utilisant le téléphone au milieu de la salle, là bas.

- "Non, Madame, un conseiller ne peut pas vous recevoir. Il faut demander un rendez-vous et vous serez "convoquée". On ne peut plus recevoir les gens comme ça", trop de travail…"

"Travail" : un mot à ne pas trop prononcer devant un chômeur, ça risque de le mettre en colère.

Alors, elle prendra le combiné, fera le 3949 et tout le monde entendra sa conversation… Le 39-quelque chose, ces fameux numéros où l’on tombe sur une boîte vocale qui vous demande de faire d’abord le numéro du département de résidence puis de vous munir de votre numéro d’identifiant… Puis vous devrez choisir quelle est la raison de votre appel et faire le 1 ou le 2 ou autre et attendre jusqu’au bout l’énumération des choix. Si vous ne trouvez pas tout de suite la bonne réponse, si vous trompez, vous revenez à la case départ et vous n’avez plus qu’à recommencer ce petit jeu de patience.
C’est un jeu que notre société vient d’inventer pour éviter d’être confrontée au public trop directement.

Il faut beaucoup de contrôle à Maryse pour ne pas s’énerver, pour garder son calme. Elle sait que tout ceci est fait pour décourager les gens et les pousser à renoncer à leur demande. Alors elle pense à ses enfants, s’arme de courage et reste impassible devant la voix qui lui dit : "Il y a une minute d’attente"… "Cette fois, c’est mon jour de chance, ils n’ont pas dit : "Tous nos conseillers sont occupés, rappelez ultérieurement !"", se dit-elle pour se réconforter. Ca, pour patienter, elle patiente, elle n’a pas le choix, sa vie et celle de sa famille en dépendent.
C’est comme ça qu’elle vide son forfait téléphonique à chaque fois !

Hier, il a fallu rappeler EDF pour qu’ils rebranchent l’électricité et France Télécom également. "Eh bien, ma carte de téléphone y est passée", explique-t-elle à sa voisine qui connaît bien les mêmes problèmes.

"C’est du harcèlement", dit-elle, exténuée à l’idée de tout ce qu’elle devra faire cet après-midi pour simplement qu’ils ne lui coupent pas ses allocations de chômage, car ce serait la fin ! Plus de chômage, plus de revenus et c’est à nouveau le cercle infernal. Il faudra encore courir voir l’assistante sociale, lui expliquer "son cas" et "quémander" un secours quelconque. Elle se sent envahie d’émotions, de peur, de colère, de tristesse…

Et comment faire autrement ? Elle en assez de demander de l’aide, elle aimerait bien que tout redevienne comme avant et pouvoir retrouver son équilibre et son indépendance. Ils ne roulaient pas sur l’or, mais avec deux salaires même ridiculement bas, ils s’en sortaient tout juste sans rien demander à personne.

"Mais on ne choisit pas, c’est comme ça", dit-elle à sa voisine en rentrant chez elle avec son courrier brûlant dans les mains… Elle pense tout à coup qu’elle va devoir demander à quelqu’un de prendre les enfants à l’école, elle ne sera pas à temps pour la sortie. Sinon, on va encore lui faire des remarques, parce qu’on aura dû les mettre à la garderie, elle n’était pas là à l’heure… Et ses enfants auront honte que l’on réprimande leur mère devant les copains… Encore et toujours se justifier !

Maryse se sent seule. Pourtant, elle ne l’est pas. Il y a des milliers de personnes qui souffrent de la même déshumanisation des services administratifs et de notre société en général. De leur côté, les employés ne sont pas tous inconscients et agressifs. Beaucoup font souvent ce qu’ils peuvent et disent qu’ils manquent de temps et de personnel. Si l’on rencontre directement les responsables de votre dossier, ils vous répondent souvent aimablement et vont tenter de trouver une solution. Rien ne vaut le face à face.

A condition d’avoir pu passer les barrières de la plate forme téléphonique, des employés d’accueil qui renvoient votre problème à plus tard ou vous demandent d’écrire (un courrier qui souvent n’est pas lu ou pas enregistré à temps, alors que les courriers automatiques de radiations sont déjà partis, par exemple). Mais on tombe parfois sur les revêches, les coincés et ceux qui pensent que vous profitez de la situation.

Les administrations seraient-elles devenues de grosses machines incontrôlables où plus personne n’est responsable de ce qui se passe et où l’on laisse sous entendre de façon pernicieuse que vous êtes forcément un profiteur, un paresseux, voire un escroc !?…

Les médiateurs de la République, ces personnes que l’on trouvent dans les mairies ou les préfectures sont chargées de régler les rapports bloqués et les conflits qui ne manquent pas de se produire entre le public et les administrations françaises.
Le médiateur principal a produit un dossier accablant sur les rapports déshumanisés, sur ces fameuses plates-formes téléphoniques où le public n’est jamais écouté ni les demandes prises en considération. Elles ne servent qu’à canaliser les rares individus agressifs dont les employés de la Sécu ou de Pôle emploi ont si peur.

Mais la plupart des personnes en difficulté gardent leur calme, même si elles se sentent mal considérées, mal accueillies : tant de maltraitance et de mépris vis-à-vis de ceux que l’on pourrait nommer les plus "fragiles" mais qu’il faut plutôt appeler les plus "forts" parce qu’il faut beaucoup de force, de courage et de résistance pour se faire entendre et pour survivre dans de telles conditions !!!

Françoise Daudeville, 25 juillet 2010


Auteur : Françoise Daudeville - Source : ATD Quart Monde

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15072

Partager cet article
Repost0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 23:13


 

 

Vous n’avez pas honte ...

Ce qui suit est un mail adressé à un responsable de recrutement dans un hôtel en plein coeur de Nice.

La saison est bonne et je ne me fais pas de souci particulier pour ceux qui détiennent ces établissements.

Je m’en fais simplement pour moi qui au milieu de ma vie et, malgré une expérience plutôt bonne, peine à obtenir une existence décente. Bien conscient qu’il y à pire

Mais à un moment il faut savoir dire NON.

 

 

 

 

Madame, Monsieur,

 

J’ai découvert votre annonce pour un poste de réception de nuit. Mais ce que vous proposez face à la difficulté de la tâche est abject.


8.92 € brut pour travailler de 20 h 00 à 07 h 00 et avec un repos de seulement deux jours. Comment pouvez-vous faire une telle offre de négriers.


Pour des gens comme moi qui aimons ce travail, il nous a fallu aller à l’université, puis apprendre une ou des langues et, obtenir de l’expérience, puis enfin se battre car, c’est tout sauf facile. Croyez-vous que nous n’ayons pas droit à plus de considération, ou de reconnaissance face aux efforts déployés ?


Savez seulement les douleurs physiques qu’engendrent ce type de fonction ? Savez également que l’espérance de vie des gens de nuit est moindre que pour les travailleurs diurnes ? Visiblement pas !

 

suite ici :

 

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/vous-n-avez-pas-honte-79643?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

 

 

 

Commentaire:

 

Autrefois ils auraient eu honte de publier une telle annonce, mais depuis que certains se sont mis à l’œuvre de "décomplexer" la société : voilà le résultat !

Exploiter ses semblables est devenu banal et ceux qui ne le font pas passent pour des cons en même temps que ceux qui n’ont pas réussi à avoir leur rolex avant cinquante piges...

 

 

Partager cet article
Repost0
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 15:23

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui, il s'agit bien de « sévices publics », et non plus de services publics.

Les exemples sont nombreux :


 

 

 

 

 

 

 

L'Education nationale comme la santé publique, sont réduits à devenir des secteurs marchands, dont l'objectif n'est plus d'instruire les citoyens, ou de préserver leur santé, mais d'être rentables, comme un vulgaire MacDo.


Cependant, les mesures prises par le capital à l'encontre des enseignants, du personnel soignant, la fermeture envisagée des hôpitaux d'une cinquantaine de petites villes, créent une émotion profonde, provoquent la colère des personnels intéressés.


Les citoyens se mobilisent.


Le pouvoir commence à en prendre la mesure.


Et de surseoir aux fermetures d'hôpitaux, prévues dès cet été.


Mais le capital

ne renonce pas pour autant

à la privatisation

de tous les secteurs publics,

pouvant générer du profit.


 

Pour éviter de trop grosses vagues, de nouvelles méthodes sont utilisées.

 

Par exemple, rendre impopulaires ces services publics en dénaturant leur fonctionnement, toujours au nom de la rentabilité.

 

Prenons des exemples.

 

La Poste, que le pouvoir veut démembrer. Toute une campagne est lancée contre « ces bureaux qui sont ouverts sans clientèle », le temps, trop long, écoulé entre la mise à la boite d'une lettre et sa réception, le bienfait d'une stimulation par la concurrence, les queues interminables aux guichets, conséquences directes de la pénurie de personnel, réduit pour cause de rentabilité.

 

Les médias aux ordres, sous couvert d'information, enfoncent le clou. Ainsi, peut-être, les usagers, n'y voyant pas malice, accepteront-ils demain, sans rechigner, la privatisation de ce service d'Etat, mis en place, il y a 700 ans...


La SNCF, qui vit le jour sous le front populaire, est aussi la cible. (Au détriment de la sécurité, comme en Angleterre, accidents de trains, note d'Eva)

 

Non seulement, elle est privatisée par secteur, non seulement, elle va être ouverte à la concurrence européenne, mais son fonctionnement régulier est, d'ores et déjà, mis en cause.

 

Alors qu'une population toujours plus nombreuse, tente de se loger de plus en plus loin de la capitale, contrainte d'utiliser le chemin de fer, la SNCF supprime, sans crier gare, nombre de trains ouvriers, le matin comme le soir. La maintenance négligée conduit à de nombreux incidents de matériel et de caténaires, causes de retards incessants.

 

Les « clients », puisque la SNCF n'a plus « d'usagers », auront-ils matière à défendre, le moment venu, un service dégradé, qui se moque d'eux ?

 

Aussi, la tâche première (..) est d'organiser la protestation populaire, de manifester dans chaque gare...


L'argument du pouvoir, pour justifier les privatisations, ce sont les « bienfaits de la concurrence » présentée comme bénéfique. Et d'annoncer un meilleur service et, surtout, la baisse des tarifs. Qui oserait s'y opposer ?


Mais l'actualité vient de mettre un bémol à cette publicité mensongère.


Le JT de France 2 de 13 heures, le mardi 27 juillet, en amène la preuve aux auditeurs.


« Notre électricité, celle fournit par EDF, est bien trop bon marché », assène le présentateur. Il donne ses sources : une « instance internationale de l'énergie » considère que la « concurrence » va contraindre EDF, bénéficiaire d'un monopole, à augmenter ses tarifs.


(..)

 

source : canempechepasnicolas - Jeudi 29 juillet 2010



 

Auteur : Jean Lévy - Source : Comité Valmy

 

 

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14688

 

link  (cliquer sur le lien)


Partager cet article
Repost0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 21:26

arton11013-e8439.jpg

Le programme social auxquels les Français sont attachés,

celui du Conseil National de la Résistance

élaboré sous l'égide du Gl de Gaulle,

est cassé pan par pan par le gouvernement Sarkozy.

Alerte ! Cet article est essentiel

pour comprendre ce qui se passe actuellement

contre les citoyens, notamment plus âgés, eva

 

Senior Information défend le Programme Social du CNR gaullien détricoté par l'UMP

 

 

Denis Kessler est ou a été : maoïste, n°2 du MEDEF, Directeur général d’Axa, banquier, président de la fédération française des sociétés d’assurances, président du groupe de réassurance Scor, membre du Conseil économique et social, du Conseil national des assurances, du Comité européen des assurances, de la Commission des comptes de la nation.


Dans un éditorial du journal « Challenge », le 4 octobre 2007, il écrit notamment :


« … Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. (…) Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme… A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

C’est à ce chantier que le pouvoir s’emploie avec constance, chaque ministre étant doté d’une masse à démolir déguisée en truelle pour bâtir l’avenir.


Rédigé pendant la guerre (fin 1943 début 1944) par un éventail représentatif de la Résistance, le Programme du Conseil National de la Résistance est un programme de rénovation pour construire une vraie « démocratie sociale », avec une économie planifiée et la maîtrise par la Nation de grands secteurs industriels et des principaux moyens de production et d’échanges.

Il allait permettre le redressement d’une France détruite et ruinée. Porteur d’espoir, d’enthousiasme, se référant comme jamais auparavant à la devise « Liberté, égalité, fraternité », il fut d’emblée une épine dans le pied d’un patronat apatride et égoïste.

Par le vice des terribles campagnes médiatiques que notre pays subit depuis des décennies, on s’étonne aujourd’hui, à le lire ou à le découvrir, que ce programme ait été adopté à l’unanimité par des gaullistes, communistes, socialistes, royalistes, chrétiens de droite (..)

le MEDEF entend anéantir cette oeuvre sous la bannière de Nicolas Sarkozy.




VERSION ABREGEE
(VOIR VERSION COMPLETE A LA FIN)
Programme du Conseil national de la Résistance

Née de la volonté ardente des Français de refuser la défaite, la Résistance n’a pas d’autre raison d’être que la lutte quotidienne intensifiée.

Cette mission de combat ne doit pas prendre fin à la Libération. Ce n’est, en effet, qu’en regroupant toutes ses forces autour des aspirations quasi-unanimes de la Nation, que la France retrouvera son équilibre moral et social et redonnera au monde l’image de sa grandeur et la preuve de son unité.

Ainsi, les représentants des organisations de Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupés au sein du Conseil National de la Résistance, délibérant en Assemblée plénière le 15 mars 1944, ont-ils décidé de s’unir sur le programme suivant, qui comporte à la fois un plan d’action immédiate contre l’oppresseur et les mesures destinées à instaurer, dès la libération du territoire, un ordre social plus juste.

I Plan d’action immédiate (…)
II Mesures à appliquer dès la libération du territoire

Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en œuvre pour atteindre ce but qui est la libération rapide du territoire, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R., proclament qu’ils sont décidés à rester unis après la Libération :

 

1) Afin d’établir le gouvernement provisoire de la République formé par le général de Gaulle pour défendre l’indépendance politique et économique de la Nation, rétablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle ;

2) Afin de veiller au châtiment des traîtres et à l’éviction dans le domaine de l’administration et de la vie professionnelle de tous ceux qui auront pactisé avec l’ennemi ou qui seront associés activement à la politique des gouvernements de collaboration ;

3) Afin d’exiger la confiscation des biens des traîtres et des trafiquants de marché noir, l’établissement d’un impôt progressif sur les bénéfices de guerre et plus généralement sur les gains réalisés au détriment du peuple et de la Nation pendant la période d’occupation, ainsi que la confiscation de tous les biens ennemis y compris les participations acquises depuis l’armistice par le gouvernement de l’Axe et par leurs ressortissants, dans les entreprises françaises et coloniales de tout ordre, avec constitution de ces participations en patrimoine national inaliénable ;

4) Afin d’assurer :

- le rétablissement de la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français par le rétablissement du suffrage universel ;

- la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression ;

- la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances de l’argent et des influences étrangères ;

- la liberté d’association, de réunion et de manifestation ;

- l’inviolabilité du domicile et le secret de la correspondance ;

- le respect de la personne humaine ;

- l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi.

5) Afin de promouvoir les réformes indispensables :

a) Sur le plan économique :

- l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ;

- une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l’image des Etats fascistes ;

- l’intensification de la production nationale selon les lignes d’un plan arrêté par l’Etat après consultation des représentants de tous les éléments de cette production ;

- le retour à la Nation des grands moyens de production monopolisés, fruit du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance et des grandes banques ;

- le développement et le soutien des coopératives de production, d’achats et de ventes, agricoles et artisanales ;

- le droit d’accès, dans le cadre de l’entreprise, aux fonctions de direction et d’administration, pour les ouvriers possédant les qualifications nécessaires, et la participation des travailleurs à la direction de l’économie.

b) Sur le plan social :

- le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l’aménagement du régime contractuel du travail ;

- un rajustement important des salaires et la garantie d’un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine ;

- la garantie du pouvoir d’achat national par une politique tendant à la stabilité de la monnaie ;

- la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;

- un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’Etat ;

- la sécurité de l’emploi, la réglementation des conditions d’embauchage et de licenciement, le rétablissement des délégués d’atelier ;

- l’élévation et la sécurité du niveau de vie des travailleurs de la terre par une politique de prix agricoles rémunérateurs, améliorant et généralisant l’expérience de l’Office du blé, par une législation sociale accordant aux salariés agricoles les mêmes droits qu’aux salariés de l’industrie, par un système d’assurance contre les calamités agricoles, par l’établissement d’un juste statut du fermage et du métayage, par des facilités d’accession à la propriété pour les jeunes familles paysannes et par la réalisation d’un plan quinquennal rural ;

- une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ;

- le dédommagement des sinistrés et allocations et pensions pour les victimes de la terreur fasciste.

c) Une extension des droits politiques, sociaux et économiques des populations indigènes et coloniales.

d) La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui en auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires.

Ainsi sera fondée une République nouvelle qui balaiera le régime de basse réaction instauré par Vichy et qui rendra aux institutions démocratiques et populaires l’efficacité que leur avaient fait perdre les entreprises de corruption et de trahison qui ont précédé la capitulation. Ainsi sera rendue possible une démocratie qui unisse au contrôle effectif exercé par les élus du peuple la continuité de l’action gouvernementale. L’union des représentants de la Résistance pour l’action dans le présent et dans l’avenir, dans l’intérêt supérieur de la patrie, doit être pour tous les Français un gage de confiance et un stimulant. Elle doit les inciter à éliminer tout esprit de particularisme, tout ferment de division qui pourrait freiner leur action et ne servir que l’ennemi.

 

En avant donc, dans l’union de tous les Français rassemblés autour du C.F.L.N. et de son président le général de Gaulle ! En avant pour le combat, en avant pour la victoire afin que VIVE LA FRANCE !

 

La version complète sur LeGrandSoir

 

http://changementclimatique.over-blog.com/article-programme-du-conseil-national-de-la-resistance-54323344.html

Partager cet article
Repost0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 21:21

 

Communiqué de la Coordination nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité

 

Comité Valmy

 

 

BACHELOT-SARKOZY viennent de repousser le décret - annoncé au début de l’été - concernant la fermeture de blocs opératoires.

C’est une bonne nouvelle assurément pour tous ces hôpitaux fragilisés qui vont sans doute pouvoir enfin travailler plus sereinement.

 


C’est une bonne nouvelle également parce que cela indique que le gouvernement est moins sûr de lui pour imposer ses réformes, des réformes, rappelons le, qui sont les mêmes depuis plus de 15 ans : suppressions de postes et de services et regroupements autocratiques dans des centres pivots au détriment des personnes et des territoires, comme les luttes en cours pour la chirurgie de Ruffec, Brioude et de Briançon, la cardiologie de Mantes la Ville, les maternités de Rethel, Decize, Vire, Paris Tenon-St Antoine, Aix les Bains et Valréas, les soins continus de Decazeville, la réanimation à Manosque, la radiothérapie à Guéret, les centres IVG sur Paris et ailleurs, la fermeture de St Vincent de Paul… pour ne prendre que quelques exemples, nous le rappellent.


Le gouvernement est moins sûr de lui pour différentes raisons :


- le rejet massif par l’opinion de la politique bling-bling et de la collusion entre pouvoir politique et forces d’argent ; les affaires Woerth-Bettencourt, les cigares et les jets privés, les dispenses immobilières… sont insupportables et rendraient toute restriction de services nécessaires en chirurgie ou maternité absolument irrecevable.


- la réforme pénitentiaire engagée par le même gouvernement avec là aussi suppressions programmées de prisons de proximité touche souvent les mêmes localités menacées dans leurs hôpitaux, leurs gares, leurs postes, leurs tribunaux, leurs écoles… le cumul des fermetures dans le domaine sanitaire et dans le domaine judiciaire aurait évidemment concentré et multiplié les oppositions et les aurait rendu plus dangereuses.


- la résistance massive des usagers et des élus dans les lieux menacés a pris de l’ampleur et de la radicalité ; les différents jugements condamnant Mme BACHELOT à Valréas ou le mouvement des maires de la Creuse autour de Guéret qui s’engagent contre l’État pour sauvegarder la radiothérapie… sont lourds de menace et risquent de faire tache d’huile.

Bref la période estivale est pour une fois néfaste à la politique de rigueur et de destruction du service public menée par l’actuel gouvernement.


Mais il ne faut pas se leurrer : le mal est déjà fait et se poursuit :


- la loi HPST est malheureusement passée, et va rapidement porter ses fruits en matière de réduction de l’offre de soins et en continuant à étrangler financièrement les établissements, en imposant les regroupements là ou les zélés agents du pouvoir n’auront pas agi avec assez de diligence.


- le dénigrement des hôpitaux montrés du doigt par les décrets successifs leur a de toute manière causé un tort immense : déstabilisation, démobilisation des personnels, et secteur devenu répulsif tant pour les patients que pour les personnels appelés à y exercer. On aura beau jeu par la suite de dire "vous voyez bien, on avait raison de vouloir les fermer, puisque les patients et les médecins ne viennent plus chez vous !"


- Nous avons affaire à un gouvernement sourd et aveugle : ce n’est pas le bien commun qu’il envisage, ni les besoins essentiels des personnes et des territoires - c’est sa volonté contre toute réalité et toute analyse de vouloir concentrer au maximum, et de faire des usines à bébés ou des hôpitaux gigantesques à taille inhumaine… De telles structures vont forcément craquer, car avec des moyens et des personnels réduits, ils ne pourront évidemment pas faire face à l’augmentation du nombre d’usagers provenant de structures fermées ou menacées. Pire, comme nous le savons tous, la désertification entraîne la désertification : un service fermé en affaiblit un autre qui va à son tour fermer ; la médecine libérale, ne disposant plus d’un secteur public solide, ne va plus s’installer dans ces secteurs déshérités… Bref les patients et leurs familles, soit vont connaître des transferts coûteux et dangereux et une perte de chance en matière de soin, soit faute de moyens et de connaissances, vont s’autocensurer en consultant moins ou plus du tout : 13% d’entre nous sont déjà concernés.


Triste bilan social et sanitaire d’une politique de santé qui fut pourtant une des premières du monde.


Où est le bon sens ? Si les réformes analogues suivies depuis des années avec un acharnement inquiétant avaient été efficaces, l’hôpital serait devenu plus sûr, le trou de la sécurité sociale serait réduit, les patients seraient mieux accueillis, et nous serions toujours dans les tous premiers rangs mondiaux en matière de santé… Mais malheureusement, c’est tout l’inverse dont il s’agit et pire, les seules réponses que le gouvernement apporte aux citoyens, c’est de faire appel une quatrième fois d’une décision du tribunal administratif lui donnant tort, comme vient de le vivre la population de Valréas dans le Nord Vaucluse.


La Coordination nationale :


- Demande le retrait de la loi HPST !

- Exige une réponse aux besoins réels de santé des personnes et des territoires !

- Exige une démocratie sanitaire qui émane des personnes concernées : les usagers, les personnels et les élus locaux, et non plus de l’autocratie des ARS et du gouvernement !

- S’oppose aux fermetures de services hospitaliers et demande des moyens pour améliorer leurs conditions d’existence, au profit de toutes et de tous, partout et à toute heure sur le territoire !

- Appelle l’ensemble de la population à rester vigilante et à se tenir prête à se mobiliser pour la défense de l’hôpital public et de notre système de santé solidaire.

Lure le 28/07/2010

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article774

 

 

_____________________________________________________________

 

 

 

Et on est aussi confronté aux attaques contre la Médecine du Travail !

Tout est attaqué !

Il ne restera bientôt plus rien

de ce à quoi les Français tiennent !

Honteux !!!

eva R-sistons

 

Non à la mort de la médecine du travail : Lettre pétition à Eric Woerth

 

 

La médecine du travail est en danger. Peu de français le savent. Il faut dire que le gouvernement préfère parler de sécurité que d'expliquer la mise en place de ce nouveau mauvais coup porté au salariat.

Nos amis de Démocratie & Socialisme nous ont demandé de rappeler à tous la présence d'une pétition : "Non à la mort de la médecine du travail " lancée le le 17 Juin 2010 et qui regroupe 1100 acteurs de santé au travail et des inspecteurs et contrôleurs du travail. Cette pétition a rassemblé déja 20 000 signatures

Extraits de la pétition

Monsieur le Ministre,

Vous êtes en charge du ministère du travail depuis quelques mois et vous n’êtes pas sans savoir qu’un projet de réforme de la santé au travail est en cours.

La santé au travail des salariés a été confiée aux médecins du travail par la loi de 1946. Le cœur du métier de la médecine du travail, construit autour de cette loi et de la déontologie , consiste en l’accompagnement des personnes en souffrance et la mission de veille et d’alerte concernant les atteintes à la santé dues au travail.

Une réforme a déjà eu lieu en 2004 sous prétexte de pénurie médicale. Cette dernière, parfaitement réversible, a en effet augmenté la charge des médecins et diminué de facto la périodicité des visites médicales. Pourtant, au lieu d’entériner la situation, on pourrait stimuler recrutement, promotion et formation de médecins du travail indispensables à la prévention des maladies au travail.

On nous dit que vos services vont poursuivre dans le sens d’un projet en contradiction avec les études et avec les chiffres alarmants récemment publiés sur les cas de souffrance au travail.

Nous ne pouvons croire que vous allez poursuivre dans la logique gestionnaire et dans le seul intérêt des employeurs, couvrir leur responsabilité en matière de gestion des risques, alors qu’il y a urgemment besoin de transformations qui soient favorables à la santé des salariés et que celle-ci n’a jamais été aussi dégradée depuis ces 15 dernières années.

Le projet que le Medef veut imposer depuis 2009, contre l’avis de 8 syndicats sur 8, et que M. Darcos, votre prédécesseur, envisageait de reprendre, prévoit, entre autres, l’intégration d’infirmières dans les Services de Santé au Travail. Nous sommes favorables à l’entrée des infirmières si elles viennent étoffer les équipes mais pas si cela rentre dans une logique comptable où elles viennent remplacer les médecins, ce qui serait une régression. Les médecins sont qualifiés et protégés, pour exercer leur mission avec une indépendance qui d’ailleurs devrait être confirmée davantage au plan juridique et pratique. Ce ne serait pas le cas des autres acteurs y compris des infirmières. Cela contribuerait à éloigner le médecin de la parole des salariés dans une pure logique gestionnaire que les services de santé au travail (SST) sont déjà en train d’exploiter avant que la loi ne soit promulguée.

Toute médecine de prévention réelle au travail exige qu’on garantisse une périodicité annuelle de la « visite » avec le médecin dont l’indépendance est la clef de l’efficacité. Or on est passé à une visite tous les 2 ans et le Medef propose un espacement à 4 ans, ou 3 ans. Aucune médecine de prévention n’a plus de sens dans ce cas. Des « secteurs » seraient considérés comme « à risques » et d’autres pas : or les risques cardiaques et vasculaires aggravés par l’intensité de la productivité, le stress, la souffrance au travail, les « risques psycho sociaux », concernent aujourd’hui TOUS les secteurs d’activité et ils tuent bien plus, désormais, que les coups de grisou et les machines dangereuses. France télécom est une entreprise à risques comme la sidérurgie et le bâtiment.

Alors que les médecins du travail dénoncent, depuis des années, les insuffisances en matière de prévention, et la perversion de la gestion des salariés « par l’aptitude », le projet du Medef qui semblait repris par M. Darcos, aggrave la situation en prévoyant une aptitude encore plus sélective et donc anti déontologique ... / ... " suite de la pétition

 

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14662&rech=25282#252

 

Auteur : Slovar - Source : Slovar les nouvelles

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Senor Informations
  • : Ce blog, administré par une journaliste-écrivain, Eva, s'adresse aux seniors. Les Médias mentent, ça suffit ! Voici ce qu'on vous cache. Actualité en France, actualité internationale, questions pratiques... Pour contrer la désinformation ! (Abonnement blog, gratuit: Pas plus d'un envoi par jour, regroupant les parutions nouvelles)
  • Contact

Profil

  • eva R-sistons
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.

Adresse eva R-sistons

Recherche

Autres blogs d'eva

Le site officiel d'eva:

 

 

http///chantaldupille.fr 

 

Parmi les autres blogs d'eva:

 

http://sos-crise.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/

http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

http://jeunes.actualité.over-blog.com

 

Livre conseillé 

europe israel david cronin alliance contre nature .

.


Patrick Le Hyaric

(Cliquer sur Patrick pour avoir le livre) 

 

Réedition enrichie et actualisé du livre « GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : Dracula contre les peuples » La première édition de cet ouvrage avait permis de révéler au grand public les négociations tenues secrètes sur le Grand Marché Transatlantique. Cette réédition actualisée et augmentée de plus de 65 pages donne des éléments nouveaux sur les débats en cours et comporte un chapitre supplémentaire sur la négociation secrète sur un projet de traité international pour la privatisation des services public. A mettre entre toutes les mains pour que le mouvement de résistance populaire contre le TAFTA mette en échec ces funestes projets. ..................................................................................................................... Je commande « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples » Au prix de 8€ + 2€ de frais de port par exemplaire (valable uniquement pour la France métropolitaine) Soit 10€ X……………. = …………….€ Nom………………………………………..Prénom…………………………………………… Adresse…………………………………………………………………………………………................................................................................................. Ville……………………………………………………………………................. CP…………………..................................................................................... Téléphone……………………….................................................................. Mail ………...........……………………………………………. ..................................................................................................................... Renvoyer ce bulletin sur papier libre accompagné de votre règlement (chèque à l’ordre de l’Humanité) à : L’Humanité, service de la diffusion militante, 5, rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis cedex

 

 

Archives

Les articles incontournables

 

2 livres à lire pour comprendre le monde actuel
Tout ce qu'on ne vous dit pas (cliquer sur l'image)
(NB Un chouette cadeau de Noël !)

CSC+EP
.
Le blog à lire pour découvrir ce que les médias cachent
.
La réinformation ici :
.
Mon compte twitter
https://twitter.com/rsistons 

 

 

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir absolument (10 mn) pour comprendre notre monde (terrorisme)

 

Le spécialiste de géopolitique, M. Chauprade, explique le monde (vidéo)

 

Le 11 septembre expliqué avec humour, vidéo 5 mn à voir absolument

 

Bilan de Sarkozy - Guerres de Hollande : celles de Sarkozy et de l'OTAN

 

Les Grandes Banques ont déclaré la guerre aux peuples, vidéo à voir par TOUS

 

Le Nouvel Ordre Mondial pour les "Nuls", voici ce qu'il nous prépare

 

La crise pour les Non-Initiés: Causes, mécanismes, conséquences


Clefs pour comprendre les changements en Libye, Côte d'Ivoire, Syrie.. (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir par tous, le message du magistrat Serge Portelli. Alerte !

 

Vidéo qui montre en quelques mn ce que la France devient. A voir par tous

 

L'horreur du capitalisme financier, vidéo extraordinaire, claire (TV belge)

 

Le terrorisme n'est pas islamiste mais fabriqué par le FBI - Super vidéo

 

La France de Sarkozy capitule devant l'Allemagne de Merckel - UE contre les peuples

 

 


phytomortier

L'argent Colloïdal, la médecine naturelle et ses multiples bienfaits

Se procurer ce  remède naturel bienfaisant, et aussi de l'huile

essentielle de Ravintsara et de tee-tree - et un kilo au moins de

tisane aubépine (seul remède efficace contre la peste)

 

 
.

servisphere.com

 
troc, échanges, partage, dons..

 

Le réseau d'entraide gratuit: Gardez bien cette adresse ! Trocs, dons..



SEL: Pensez au SEL, le Système d'Echange Local, pour faire des économies

 

 

 

 

.

A mes Lecteurs et à mes Lectrices Seniors. Lisez l'Info sur Internet !

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons) 

Danièle, retraitée, handicapée, fait une manif à elle seule ! Un modèle !
La délinquance, c'est quoi ? Et cela sert qui ? Remettre les pendules à l'heure
Le système actuel d'argent-dette, super vidéo pour tout comprendre
"Diaporama" pour comprendre les enjeux de la géopolitique. Super vidéo !
Géopolitique: La question russe, vidéo de 19 mn (Aymeric Chauprade)
Senior Information: Non au détricotage du programme gaullien du CNR
Austérité pour tous, mais scandaleux train de vie de Sarkozy à nos frais
Dépendance:Assurance privée obligatoire? Juteuse pour Guillaume Sarkozy?
Comment à l'étranger on voit Sarkozy (télé suisse), vidéo décapante !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qui se substitue aux Nations ?

L'atlantisme, source des problèmes du monde. C'est un totalitarisme (+ vidéo)

Haarp, "l'arme climatique". Russie victime ? 2 posts (Français, Espagnol

Tout savoir sur la puce RFID qu'on devrait nous implanter. Contrôle,fichage

A savoir: C'est la CIA qui finance la construction européenne (Historia)

Les traînées blanches dans le ciel, alerte ! "Chemtrails" toxiques pour tous

La politique de Sarkozy: Profits CAC40 accrus, au détriment des Français

Constitution européenne: Dispositions inquiétantes qu'on a cachées

L'Union Européenne: C'est le 4e Reich ! Dominé par l'Allemagnre

Opération 7 décembre : Initiative internationale contre les banksters

De la Shoah à la "Shoah" planétaire (guerre mondiale, de religion..) ?

Les réseaux de l'horreur: Pédophilie (Dutroux..), satanisme, scandales..

Les animaux malades du capitalisme, torturés - Elevage industriel

Alerte chemtrails ! Traînées blanches dans le ciel, une réalité dangereuse !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qu'on prépare ? Par eva R-sistons

Strauss-Kahn, une catastrophe pour la France et pour la Gauche (eva R-sistons)

Révolutions de couleurs (entre autres) fomentées par la CIA (vidéo)

Comment on vous manipule (via les Médias aux ordres du pouvoir)

Monnaie,finance,FED n'auront plus de secrets pour vous (vidéo dessin animé)

Manipulation des Médias, désinformation, propagande. Médias et CIA

Pour vos vacances, 5 ouvrages à lire, conseillés par eva R-sistons

Les Indignés: Carte de la mobilisation - Comment s'indigner ? (eva R-sistons)

Abus sexuels, notamment sur les enfants (Vidéo, film de Karl Zéro)

Tragédie... grecque. Faillite via les Banques. TB vidéo: La stratégie du choc

Que signifie la "mondialisation" imposée aux peuples ? Par eva R-sistons

Lettre (superbe) à ceux qui se résignent au pire

Ex Gouverneur J. Ventura: "Vous contrôlez notre monde.. pour le détruire"

Qu'est-ce que le Club Bilderberg qui conçoit le Nouvel Ordre Mondial ? (vidéos)

La vérité sur la "démocratie" (Pr Chouard, vidéo) - Tirage au sort ?

Libye: Ce n'est pas une guerre humanitaire pour protéger les civils (vidéo)

Attentat, crise, choc de civilisations en préparation: Monde fou ! (eva R-sistons)

Citations célèbres, notamment d'Einstein - La science devient criminelle

Non seulement ils bombardent l'état souverain Libyen, mais ils le volent !

Copé qui veut être Président de la République a de "jolies" relations !

Patrimoine : La France veut-elle privatiser ses forêts ?

Le « massacre » de Tienanmen était un mythe !

Alertes sous-traitance nucléaire - et gaz de schiste contre santé, air, eau..

Norvège et ailleurs: La lutte contre la Droite raciste haineuse doit être engagée

Libye, Côte d'Ivoire.. puis Algérie, Syrie.. La logique des évenements (eva)

Qui est à l'origine de la dette qui empoisonne nos vies ? Tout savoir

Les atteintes répétées du gouvernement aux droits des malades

Alerte ! La dictature européenne se met en marche ! Explication.

A l'origine de la dette, de la crise en France : Pompidou, Giscard !.

Fausses Révolutions pour la démocratie. "Droit" d'ingérence, guerres "humanitaires"

Les Observateurs de France24: Au service de l'Empire US et des guerres (eva)

(médias et situation internationale)

La dictature du Nouvel Ordre Mondial sur la Grèce et.. sur toute l'UE (eva)

Syrie: Tout ce qu'on ne vous dit pas dans les médias menteurs. Effrayant !

Les Islandais se sont débarrassés avec succès de la mondialisation financière

L'Histoire de France et les Empires, vidéo : 2 formidables heures avec F. Asselineau

Un Lecteur dit ce qu'il pense de Nicolas Sarkozy (eva R-sistons aussi)

On vous ment ! Le terrorisme islamique n'existe pas en France

Le vrai Kadhafi, à partir de documents anciens. Un grand dirigeant !

Diminuer votre consommation de carburant : Tous les conseils

Les expériences secrètes de la CIA : Vidéo passionnante !

Les clefs pour comprendre les évenements majeurs de l'Actualité (eva R-sistons)

Guerre contre la Syrie: Tous les mensonges (massacres, images, analyses..)

Comment l'Occident déstabilise les pays hostiles et sème le chaos

Propagande de guerre (les règles) et manipulation des masses

Gbagbo n'est pas un criminel mais un démocrate. Vrais criminels pas jugés à La Haye

26 vérités sur le groupe État islamique EI qu’Obama veut vous cacher


 

 

  http://molex.unblog.fr/2010/10/17/

(Conditionnement par les Médias)

desinformation.jpg