Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 03:08

 

 

Une journaliste américaine

parle de Gaza

et fustige les médias occidentaux



Abby Martin est une journaliste américaine qui travaille au sein de la chaine Russia TV. Elle est revenu dans une chronique sur le drame vécu par les habitants de Gaza. Victimes des bombardements de l’armée Israélienne et fustige l’indifférence des médias occidentaux qui ne montrent qu’un seul côté des faits. Plus de 120 personnes sont mortes à Gaza depuis le début des bombardements israéliens.

 

 

 

 

 

.

http://www.last-video.com/une-journaliste-americaine-parle-de-gaza-et-fustige-les-medias-occidentaux

 

 

 

.

 

Mon article :

 

Génocide. La réalité de l'Etat d'Israël,par une mère juive indignée, Nurit

 

 

 

 

Palestiniens-eau-contaminee.jpg

 

.

.

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 18:37

 

 

pouvoir.jpg

 

.
Tout ce qu'on ne vous a pas dit sur l'UE
(cliquer sur le lien ci-dessous)

Entretien avec François Asselineau : L'âme de la France
.

 

L’euro n’est pas en faillite,

bien au contraire il fait exactement

ce pourquoi il a été crée.


L’euro n’est pas en faillite, bien au contraire il fait exactement ce pourquoi il a été crée.

 

L’idée que l’euro a «échoué» est d’une naïveté dangereuse.

L’euro a réussi à faire exactement ce que son géniteur

– et les 1% de riches qui l’ont adopté –

avaient prévu qu’il fasse

et ce pour quoi ils l’avaient conçu.


http://www.wikibusterz.com/leuro-nest-pas-en-faillite-bien-au-contraire-il-fait-exactement-ce-pourquoi-il-a-ete-cree/

 

.

 

 

 

MeRdias de désinformation, de propagande.

Nobs-Russie.jpg

 

 

(mon article-mini dossier)

Mensonge ! La Russie ne veut pas la WW3, elle fait tout pour l'éviter au monde

wikipedia
 

 


Les Parlements nationaux ne seront pas consultés sur la ratification du Traité transatlantique
www.contrelacou
.

 

fascisme-a-eliminer.jpg

C'est terrible ! L'Occident est fasciste,
plus de consultation des peuples
et même pas des Parlements !
L'Occident a peur du verdict populaire !
Mon analyse ici (eva) :
.

Cette information n'est pas récente mais a été parfaitement occultée par les principaux médias européens et français lorsqu'il le fallait. Seul M. François Asselineau - Union Populaire Républicaine a fait un communiqué de presse le le 8 mar... Afficher la suite

Euromaidan : l’enquête qui jette le trouble
www.marianne.net
Une enquête menée par Monitor, une émission de télévision allemande, vient mettre à mal la version défendue par le pouvoir actuel de Kiev concernant la sanglante journée du 20 février dernier. Ce jour-là, une soixantaine de manifestants avaient perdu la vie lors...

 

 

Les bases de l'OTAN, déjà en 1950 !

OTAN-bases-US-par-PC-vers-1950.jpg

 

 

portugal-pas-revol-oeillets.jpg

 

 

 

  J'ai trouvé ça sur Twitter,

c'est intéresant !

 

 

27 avril 1848 Victor Schoelcher publie les décrets d'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises

 

 

esclavage-aboli-centre-3.jpg

 

 

L'Iran ne menace personne, mais l'Occident, les USA, oui ...

 

Iran_versus_USA_attaques_d_autres_pays-99b0d.jpg.

 


 

Les infos dont on parle peu n°61 (26 Avril 2014)

 

..

 

La Russie et la Chine annoncent le découplage commercial du Dollar - La fin pour les Etats-Unis...

La Russie et la Chine annoncent le découplage commerci

 

 

Grèce : Il y a eu plus de 20.000 manifestations depuis le début de la crise il y a 4 ans
.

Pourquoi la Russie de Poutine

est détestée des occidentaux ?

Vidéo

 

Beaucoup écoutent naïvement les mensonges colportés par l’Occident sur la Russie comme si nous n’en avions pas été les premières victimes.

Si l’Occident attaque aujourd’hui la Russie c’est pour empêcher, comme pour les pays musulmans ou la Chine, la possibilité à une civilisation de s’affirmer contre l’hégémonie américaine.

Le tout est qu’aujourd’hui les encerclés comprennent qu’il faut qu’ils se parlent. Se battre entre nous en Syrie, en Tchétchénie ou chez les Ouighours est le meilleur moyen de précipiter notre chute commune.

http://www.islametinfo.fr/2014/03/18/pourquoi-la-russie-de-poutine-est-detestee-des-occidentaux/

.

.
Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 21:47

,

Vers une société de techno-zombies contrôlés par les médias

 

L’école joue un grand rôle dans la programmation des peuples, mais les outils d’éducation les plus influents et les plus répandus sont les médias de masse. Ils sont conçus pour atteindre une large audience via la diffusion d’informations par des moyens directs (langage parlé ou écrit, affiches) ou technologiques (radio, télévision, cinéma, internet). Avec le temps, l’élite en est venue à contrôler tous les principaux médias de masse et à pouvoir dicter leur contenu.

L’affaire est facile. Tout ce que l’élite a à faire est de répéter les mêmes mensonges simplistes dans la totalité des médias et la population les croira sans aucune remise en question. Voici comment des mensonges acquièrent une irrésistible aura de crédibilité. Un spécialiste du lavage de cerveau des masses, L. Wolfe, l’explique plus en profondeur : « Comme les chercheurs du Tavistock l’ont démontré, il était important que les victimes de lavage de cerveau à grande échelle ne soient pas conscientes du contrôle de leur environnement ; il devait donc exister plusieurs sources d’information, dont les messages pouvaient légèrement varier, ce qui masque le sentiment d’un contrôle extérieur. »

Wolfe spécifiait que le contenu devait être divertissant et laisser l’impression que la personne avait toujours le choix entre divers messages et sources. C’est pourquoi la même information répétitive reste cachée derrière différentes apparences séductrices.

.

Tavistock


Autour des années 1920, l’Institut Tavistock est devenu un centre d’études sur le comportement humain, le contrôle de l’esprit et la manipulation. Créé à Londres, il s’étendit à l’étranger avec l’aide financière de la Fondation Rockefeller. Son influence a augmenté par l’ajout d’études sur l’anthropologie, l’économie, les organisations, la politique, la psychologie, la psychanalyse, la psychiatrie et la sociologie. Il a organisé par exemple des phénomènes sociaux comme la contre-culture hippie et la consommation de drogues psychotropes. Ses objectifs prioritaires étaient et sont toujours l’instauration de changements culturels en imposant le chaos et en manipulant de manière occulte des groupes particuliers. Avec un budget en 2012 estimé à 6 milliards de dollars, il est constitué aujourd’hui de 10 institutions, 400 sociétés secondaires et 3000 groupes d’étude. Tavistock guide secrètement de puissantes multinationales comme la Rand Corporation (médias, politique, commerce, santé, éducation, défense), la Mitre Corporation (défense, impôts, sécurité nationale), les instituts Stanford et Hudson, etc.

Au bout de 90 ans de recherches, la principale découverte du Tavistock concerne la sexualité des enfants.

Incluant sûrement la circoncision : trauma sexuel en bas âge = tendance à la victimisation le reste de ses jours…

Qui a une grande influence sur le développement de la personnalité. Une stimulation sexuelle précoce donne des adultes dont le développement émotionnel ressemble à celui d’un enfant névrosé. Leur deuxième découverte est en relation avec le stress. Les chercheurs du Tavistock ont découvert que les gens sous stress contrôlé devenaient plus infantiles et abandonnaient sous la pression du groupe des croyances solidement installées pour se conformer à l’opinion populaire.

Ce qui explique pourquoi les médias de masse insistent autant sur le sexe, la violence et les messages induisant la peur. Nous sommes transformés en enfants effrayés et soumis qui tentent de s’évader de leur stress quotidien par une masturbation émotionnelle – télévision, radio, CD, DVD, films et jeux vidéo.

.

Télévision


Les occidentaux passent quatre heures par jour, ce qui équivaut à deux mois de l’année ou neuf ans de leur vie, à s’hypnotiser devant l’écran de télévision, sans être conscients des effets de cette activité. Ils ont abandonné les échanges avec les amis, les voisins, la communauté et même la famille. Leur temps libre se passe sur l’écran en relations imaginaires avec des personnages de fiction.

En fait, ces heures de télévision donnent habituellement aux gens l’opportunité d’avoir des sujets de conversation communs sans avoir à se soucier de l’essentiel : leur être.

Quelques statistiques américaines vont nous démontrer l’étendue du phénomène : 99 % des foyers possèdent au moins un téléviseur ; il y a 2,24 téléviseurs par famille ; la télévision reste allumée 7 heures par jour ; 66 % mangent devant l’écran. L’addiction démarre juste après la naissance, car 30 % des enfants entre 0 et 1 an et 47 % des 5 à 8 ans ont une télévision dans leur chambre. Un enfant américain typique passe 3 minutes ½ par semaine dans un échange sensé avec un parent, mais 1680 minutes (28 heures) par semaine devant la TV. Est-ce pourquoi on appelle la télévision la « babysitter borgne » ? Arrivés à l’âge de 65 ans, la plupart des gens ont regardé 2 millions de publicité à la TV. Ce phénomène se mondialise.

La population terrestre est de plus en plus accro à la télévision.


Quelqu’un qui décide de se sevrer de TV vit des symptômes de manque aussi sévères que ceux relatifs à l’abus de drogue ou d’alcool. Il existe un lien direct entre obésité enfantine – très importante car elle touche 11 % des 6 à 17 ans américains – et publicités, les genres les plus populaires de pubs sont en rapport avec de la bouffe malsaine. Une étude a relevé plus de 200 pubs de bouffe pendant les quatre heures de dessins animés télévisés du samedi matin. Comparé à l’écoute de la radio, le bon côté de la télévision est qu’il y a des images. Plus il y en a pour accompagner un reportage spécial, plus il paraîtra concret et moins les gens remettront en question son exactitude. L’expert en médias Hal Becker a dit un jour :

Je connais un secret pour faire croire à l’américain moyen tout ce que je veux. Laissez-moi simplement contrôler la télévision… vous postez quelque chose à la télévision et il devient réalité. Si le monde en dehors du téléviseur contredit les images, les gens essaient de changer le monde pour le faire ressembler aux images du téléviseur.

Comment l’élite réussit-elle à prendre le contrôle total de la télévision ? Grâce au contrôle du gouvernement ! Les hommes politiques votent et imposent les lois qui favorisent les grandes chaînes de télévision au détriment des plus petites. Mieux encore, presque tous les pays possèdent leur station télévisée d’état personnelle, aseptisée et gratuite.

.

Hypnose et violence de masse


Le Tavistock s’est empressé d’étudier dès les années 40 les effets de la télévision sur le comportement humain. Ses chercheurs ont trouvé que 30 secondes après avoir démarré le visionnage de la TV, le cerveau commence automatiquement à produire des ondes alpha, un état de conscience modifié. Le spectateur entre en mode de type transe, une sorte d’hypnose occasionnée par la lumière. Toute son attention est maintenant concentrée sur l’écran, au détriment du reste de l’environnement. En état semi-conscient, il devient très sensible aux messages contenus dans les émissions, surtout ceux des publicités commerciales. Ces dernières sont créées spécialement dans ce but.

Comme le disait Patrick Le Lay, président directeur général de TF1  en 2004 :

à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit ». Avant de poursuivre son explication : « Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible.

La télévision a commencé à devenir populaire dans les années 50. L’élite a aujourd’hui à sa disposition plus de 60 ans d’expérience réparties sur trois générations de spectateurs. Les résultats sont ahurissants. Les gens n’ont plus de logique. Leurs opinions et idées viennent en direct de la télévision. Les images valident ce qu’ils entendent. Ce filtre des télé-opinions se surimpose automatiquement sur leur réalité quotidienne. Ils sont devenus les membres passifs d’une société câblée et ne peuvent plus penser, parler ou écrire logiquement. Les images sont pour eux synonymes de connaissance. Ils sont devenus des télé-idiots !

En Europe, la violence à la télévision est aussi dramatique qu’en Amérique. Des chaînes spécialisées commeBaby TV et Baby First diffusent des programmes pour bébés 24/7.Quand les bambins atteignent l’âge d’un an, ils regardent déjà une heure de télévision par jour. Des statistiques de 1988 ont montré que sur une semaine de TV, les spectateurs sont témoins de 670 meurtres, 15 viols, 848 combats, 419 fusillades ou explosions, 11 vols à main armé, 8 suicides, 32 prises d’otages, 27 scènes de torture, 9 défenestrations, 13 strangulations et 11 scènes de guerre.

Et cela empire ! Avez-vous déjà entendu parler du Silent Sound Spread Spectrum. C’est une technologie secrète du Pentagone qui est en opération depuis 1990. En 1991, il a servi dans la première guerre du golfe pour obliger les troupes irakiennes à se rendre massivement. Comme des enfants obéissants, 200.000 hommes sont sortis de leurs bunkers dans le désert et sont tombés à genoux avant l’approche des troupes américaines.

Le SSSS est maintenant disponible dans votre voisinage – gratuitement. Il est dirigé vers votre cerveau par le biais de plusieurs technologies dont les réémetteurs de portable et les téléviseurs numériques à haute définition. De cette manière, l’élite vise à un contrôle total de l’esprit pour s’assurer de l’acquiescement de ses moutons. Vous comprenez maintenant pourquoi le gouvernement était si enthousiaste à nous laisser acquérir des adaptateurs numériques bon marché. Après tout, ils veulent que nous accédions à des images de télévision de haute qualité. Ils sont si attentionnés !

Big Brother va encore plus loin grâce aux vidéos en streaming qui permet à tous ceux qui possèdent un ordinateur relié à internet d’accéder à des émissions populaires de télévision. Certaines sociétés les rendent disponibles gratuitement. Ainsi les écrans d’ordinateur et les écrans de TV en HD diffusent le SSSS et le combinent avec des images envoyées en subliminal pour provoquer des émotions spécifiques et des réponses physiques à tous les spectateurs ou à un type sélectionné d’ADN (les noirs, les orientaux, les femmes, etc.). Si l’élite détient un échantillon d’ADN d’une personne, elle peut même cibler des individus choisis. Une expérimentation a montré que c’est efficace – avec différents niveaux d’efficacité – sur environ 85 % de la population, les 15 % restants semblant immunisés à ce genre de tentative de contrôle de l’esprit.

.

Que devons-nous faire?


Que faire maintenant que nous sommes avertis ? Eh bien, la vérité ne sert à rien si nous ne changeons pas de comportement.

Premièrement : jetez la télévision par la fenêtre ! Même sans cette technologie de contrôle de l’esprit, la télévision a toujours été une « boite à mensonges ». Regarder la télé vous rend stupide. Toutes les statistiques sont là pour le prouver. Oubliez les « bonnes émissions éducatives » qui ne sont là que pour vous désinformer.

Deuxièmement : Limitez le temps passé devant l’ordinateur et internet. Et ne regardez jamais les émissions TV sur internet.

Troisièmement : ne vous servez pas de téléphones portables (qu’ils soient « intelligents » ou non). C’est comme mettre littéralement votre tête dans un four à micro-ondes et appuyer sur le bouton « ON ». Vivre sans téléviseur et sans téléphone portable est possible – vous gagnez tellement de temps pour lire, réfléchir (par vous-même), méditer, faire de l’exercice, cuisiner et rester en bonne compagnie.

L’élite a kidnappé nos cerveaux avec sa technologie, mais nous avons toujours notre libre-arbitre. Nous pouvons choisir de l’utiliser ou de ne pas l’utiliser. Quelle formule allez-vous choisir ?

 

http://www.wikibusterz.com/vers-une-societe-de-techno-zombies-controles-les-medias/

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 04:42

 

 

H---Le-Monde-diplomatique-janvier-2012.jpg

22%
D'accord avec l'article ?
 
78%

Le Monde Diplomatique en dépôt de bilan

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-monde-diplomatique-en-depot-de-144849

 

 

Prologue.

 Ligne de démarcation et Inversion accusatoire.


 Lecteur régulier du Monde Diplomatique avant le 11 Septembre 2001, je m’en suis détaché peu à peu depuis, ressentant une sorte de malaise à chaque fois que je parcourais ses articles. La description que les journalistes du mensuel faisaient de la réalité géopolitique de notre monde me semblait toujours plus éloignée de ma perception des choses. Cette différence je l’attribue en partie aux attentats du 11 Septembre qui ont crée une ligne de démarcation entre ceux qui défendent la version officielle et les autres. Les grands médias occidentaux ont tous été contraints de dire – au cours d’une sorte de procès de Moscou mondialisé – de quel côté de la ligne ils se situaient. À l’unanimité, ils ont choisi de défendre la version officielle, Le Monde Diplomatique ne faisant pas exception à ce conformisme général.

ADVERTISEMENT

Ce choix est révélateur des véritables lignes de fronts qui parcourent nos sociétés occidentales, car on ne peux pas être raisonnablement contre le système oligarchique qui nous gouverne si on accepte sans sourciller la version officielle des attentats du 11 Septembre (tant celle-ci est absurde). On ne peut pas s’opposer au « choc des civilisations  » et à ses conséquences géopolitiques si on n’explique pas les causes et les événements qui les justifient. Pour évaluer l’esprit critique d’un journaliste ou d’un intellectuel quelconque (professeur d’Université, historien, écrivain) on pourrait s’adresser à lui en ces termes : « Dis-moi ce que tu penses du 11 Septembre 2001 et je te dirais qui tu es.  »


À l’occasion d’une conférence sur le système démocratique à laquelle l’association des Amis du Monde Diplomatique de Montpellier m’avaient convié, j’ai pu observer de près à quel point les attentats du 11 Septembre étaient toujours une ligne de démarcation qui déclenchait des réactions hostiles au sein de la sphère du Monde Diplomatique à l’égard de celui qui se trouvait du mauvais côté de la ligne (j’y reviendrais). À la suite de cette conférence, je me suis intéressé également aux autres lignes de démarcation qui pouvaient exister et à propos desquelles Le Monde Diplomatique se situait résolument, comme pour le 11 Septembre, du côté de la version officielle.

Il n’est pas inutile de rechercher et de lire entre ces lignes (à la fois de démarcation, de front et de fracture) pour comprendre qui est vraiment Le Monde Diplomatique aujourd’hui, lui qui se range volontiers dans le camp de la dissidence et de l’opposition frontale au pouvoir oligarchique occidental et qui le fait avec une certaine véhémence verbale. Identifier les lignes qu’il s’interdit de franchir permet de lever le masque des apparences contestataires et alternatives pour révéler un journal plus accommodant avec les préjugés des élites politiques et médiatiques qu’il n’y paraît.

 Le Monde Diplomatique aime dénoncer les travers de l’univers médiatique, ses mille et une connivences avec les milieux politiques et d’affaires, le ridicule de ses acteurs pour qui l’information n’est jamais qu’une des nourritures de la communication et de la propagande libérale. Il livre à la vindicte de ses lecteurs, avec une sorte de jubilation, tous « les nouveaux chiens de garde » du système. Mais, ne les renvoie-t-il pas ronger leur mauvaise conscience sur des sujets mineurs, comme autant d’os décharnés, tout en les caressant dans le sens du poil sur des sujets majeurs ?

Les Nouveaux Chiens de Garde c’est le titre d’un livre de Serge Halimi, directeur du Monde Diplomatique, et d’un film dont il est le scénariste. Le livre et le film se veulent « une critique radicale et intransigeante des médias  »[1], pendant des critiques que Le Monde Diplomatique adresse au système capitaliste et à ses dérives.

Il est sans doute temps d’entreprendre une « critique radicale et intransigeante  » de ce média qui, de l’accusation tous azimuts, a fait son fonds de commerce, et d’observer quel portrait il peut en ressortir. Nous verrons que les principales accusations qu’il lance à ses confrères lui vont comme un gant et lui reviennent en plein visage.


Comme Le Monde Diplomatique et ses animateurs, nous ne nous embarrasserons pas trop de circonvolutions attendrissantes, reste d’un vieux fond de respect dû à ce qu’il a pu représenter dans le passé, pour le dépeindre tel qu’il est aujourd’hui et tel qu’il se refuse à se percevoir dans le miroir de ses propres accusations.

« Aujourd’hui, les chiens de garde, ce sont ces journalistes, éditorialistes et experts médiatiques devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, Les Nouveaux chiens de garde dressent l’état des lieux d’une presse volontiers oublieuse des valeurs de pluralisme, d’indépendance et d’objectivité qu’elle prétend incarner.  »[2] (Plaquette de présentation du film « Les Nouveaux chiens de garde »)


La contestation contrôlée


 Le mensuel Le Monde Diplomatique est au bourgeois contestataire ce que le quotidien Le Monde est au bourgeois cultivé : la référence et la nourriture intellectuelle de ses conversations mondaines et de ses espérances sociales.

Le bourgeois contestataire croit trouver dans Le Monde Diplomatique une vision alternative des grands événements contemporains qui se démarquerait de celle véhiculée par la grande presse et les grands médias. Un rapide tour d’horizon du traitement journalistique par Le Monde Diplomatique de quelques uns de ces grands événements (11 Septembre 2001, instrumentalisation du terrorisme islamique, guerre de l’OTAN contre la Libye, déstabilisation de la Syrie, etc.), nous permettra de comprendre la vraie nature de ce mensuel de référence pour la bourgeoisie sociale et contestataire française.

Nous verrons que la vocation du Monde Diplomatique est d’être, lui aussi, un chien de garde du système, tout en se positionnant hors du système pour attirer vers lui le flot des âmes en peine d’alternatives et pour donner des bornes raisonnables à la contestation. Son rôle, au sein du système oligarchique occidental français, est, avec d’autres, de contrôler le torrent de la contestation et de tirer à vue sur ceux qui dépassent les bornes qu’il a fixées. En échange de quoi il reçoit (i) l’estime de l’intelligentsia contestataire, prêtresse de l’inaction et grande agitée du bocal sans ambition politique concrète, (ii) l’appui financier du système (notamment à travers son actionnaire principal, Le Monde, qui détient 51% de son capital) et (iii) la garantie d’un quasi-monopole sur la pensée alternative et son marché captif (ce qui permet d’offrir aux animateurs de la contestation les privilèges d’une rente intellectuelle et financière sans risques physiques et économiques pour leur honorable personne).

Ce travail de contrôle, Le Monde Diplomatique n’est évidemment pas le seul à l’accomplir (on pense notamment à Politis, au Canard Enchaîné, à Charlie Hebdo), mais, en raison de son influence dans les cercles (bourgeois) alternatifs, il est intéressant de s’attarder un instant sur ses méthodes pour comprendre (i) comment fonctionne la contestation contrôlée dans nos régimes de démocratie représentative, (ii) comment ce vieux chien de garde refuse sciemment de livrer à ses lecteurs les clés de compréhension du système oligarchique occidentale pour que la contestation reste courtoise et marginale, abstraite et symbolique, vague et ambiguë, en somme inoffensive.

L’objet de la contestation contrôlée est simple : il s’agit de permettre de contester le système sans l’ébranler, de le critiquer sans lui faire peur, d’aboyer contre l’oligarchie qui le dirige et de faire rentrer les chiens trop enragés dans leur niche à la moindre sommation du maître. Ses principaux moyens sont les suivants : (i) user de la rhétorique de disqualification pour mettre médiatiquement hors jeux les mauvais esprits (sous les épithètes de « théoriciens du complot » ou « d’antisémites » notamment), (ii) refuser de livrer les principales clés de compréhension du système oligarchique contemporain pour entretenir une colère impuissante dont la traduction concrète se résume à l’acte d’achat du médias contestataire, (iii) se contenter de dénoncer les méfaits d’un système (capitaliste, consumériste, financier, etc.) de façon générale et (iv) ne jamais attribuer ces méfaits à des individus ou groupes d’individus bien identifiés qui assumeraient leurs desseins criminels et qui, s’ils se sentaient visés, pourraient venir troubler la tranquillité intellectuelle et marchande du médias en question.


L’Occident et l’instrumentalisation du terrorisme islamique


Dans ses nombreux articles sur le Moyen Orient et les « printemps arabes » Le Monde Diplomatique se garde bien de nous expliquer la manière dont les puissances occidentales ont instrumentalisé le terrorisme islamique à des fins géopolitiques. Il s’agit, pourtant, de l’une des principales clés de compréhension du monde contemporain, sans laquelle (i) les printemps arabes de Libye et de Syrie ressemblent à un conte de fées pour consommateurs de fables démocratiques, (ii) la chute de Kadhafi peut être naïvement perçue comme l’avènement de la Raison Démocratique dans une contrée auparavant livrée à la folie exterminatrice d’un dictateur panafricain fantasque et délirant et (iii) la déstabilisation de la Syrie ne peut être dépeinte que comme la lutte entre un tyran sanguinaire tueur d’enfants et un peuple héroïque prêt à se sacrifier pour obtenir la liberté, l’égalité et la fraternité que les bons Occidentaux ont tout fait pour lui octroyer, mais que les méchants Russes et les Chinois s’ingénient à leur refuser.

En choisissant de ne jamais évoquer ouvertement l’alliance Wasp-Wahhabite-Sioniste à l’origine du terrorisme islamique contemporain (à laquelle la France atlantisée participe avec toute la génuflexion nécessaire à ses maîtres du jour), alliance qui est un secret de polichinelle dans les milieux du renseignement, Le Monde Diplomatique empêche sciemment son lecteur de comprendre quoi que ce soit (i) à la montée en puissance du terrorisme islamique au niveau mondial (qui serait resté un épiphénomène sans l’aide de l’Occident), (ii) à la guerre civile en Tchétchénie (et à la diabolisation de la Russie), (iii) au 11 Septembre 2001 (et à la substitution de l’ennemi soviétique par l’ennemi musulman), (iv) à la guerre en Irak (et à son éclatement), (v) à la guerre en Libye (et à son démembrement programmé), (vi) au Soudan (et à sa partition), (vii) à la déstabilisation de la Syrie et à celle du Liban, et enfin (viii) à la guerre (en cours[3]) contre l’Iran.

Dans tous ces drames humains, dans tous ces « événements », Le Monde Diplomatique ne voit que les conséquences de politiques ineptes et non pas le résultat recherché par des volontés criminelles ; il ne veut pas voir les objectifs, les calculs, les desseins, les manipulations derrière les tas de cadavres et les pleurs des nations martyrisées par ou avec l’aide de l’Occident. Cela le dispense de devoir cibler ses accusations, de décrire dans le détail les crimes de nos élites et de paraître dénoncer les puissants et, partant, lui évite l’accusation infamante et disqualifiante de « complotisme » (nous y reviendrons) ou de « populisme ».


Le mal comme conséquence (involontaire) et non plus comme moyen (conscient) semble être le nouveau credo de la gente journalistique occidentale. Le mal est alors perçu comme une fatalité plutôt que comme une motivation. La responsabilité morale de celui par qui le malheur est arrivé s’en trouve grandement diminuée. En adoptant ce point de vue, Le Monde Diplomatique détourne toute incrimination de nos classes dirigeantes. Ni Sarkozy ni Hollande ne sont perçus ni présentés comme des criminels de guerre, ce qu’ils sont pourtant sans l’ombre d’un doute (le premier pour sa responsabilité dans les massacres de civils en Libye ; le second pour le soutien indéfectible qu’il apporte au Qatar et à l’Arabie saoudite dans la tentative de mise en coupe réglée de la Syrie). Le mensuel se préfère diplomatique et présente nos commis comme de simples incompétents prenant de mauvaises décisions. Cette métaphysique de la litote frise la relaxe ; car, sans intention de commettre un crime il n’y a plus que des erreurs, mais, on oserait à peine le faire remarquer, les victimes ne s’en portent pas mieux pour autant. On est là au cœur du crime médiatique qui cherche à disculper alors qu’un procès doit être instruit et qui transforme nos dirigeants en pieds nickelés.

Ainsi, pour ne prendre que des exemples récents, Le Monde Diplomatique a fermé les yeux, comme tous ses confrères, sur les raisons de la chute de Kadhafi en Libye et de la descente aux enfers de la Syrie. Le Monde Diplomatique s’est fait le relais de la version officielle dans ses moindres détails. Cet aveuglement volontaire est un crime médiatique qui est une composante à part entière du crime politique et militaire dont les civils libyens et syriens ont été les principales victimes pour que s’accomplissent les objectifs géopolitiques des États-Unis, d’Israël et de l’Arabie saoudite principalement (et, subsidiairement, de la France et de la Grande-Bretagne).

Chavez avait compris le jeu pervers de nos démocrates aux mains sales ici et ailleurs. Il fut tancé par Le Monde Diplomatique lorsqu’il prit courageusement et publiquement position en faveur de Kadhafi et de Bachar al Assad[4]. Conscient de la déstabilisation orchestrée par les grandes puissances occidentales en Libye et en Syrie à travers l’appui financier, militaire et diplomatique qu’elles ont apporté aux légions terroristes wahhabites pour que celles-ci puissent transformer des nations rebelles à l’Empire en des terrains vagues pour égorgeurs et violeurs en série filmant leurs jouissances pornographique sur leurs portables, conscient que leurs objectifs était la domination dans ce qu’elle a de plus brutale (« le capitalisme ou la mort  ») et non pas la libération des peuples d’un joug dont ils ne pouvaient se débarrasser eux-mêmes, le Président vénézuélien a osé mettre à nu les prétentions humanitaires de nos chefs de tribu occidentaux.


Le Monde Diplomatique, comme tout bon chien de garde du système oligarchique, maintient l’opinion publique dans l’ignorance des crimes majeurs commis par ses représentants et leurs donneurs d’ordre, lui ôtant ainsi une part de rage qui pourrait la conduire à chercher une solution politique radicale aux dépends des démocrates aux mains sales qui nous gouvernent. Il participe, à l’unisson des médias non alternatifs, à faciliter le profond travail de dissimulation de la réalité brute et brutale des faits en forgeant une vision unilatérale et lisse de l’histoire contemporaine dont les aspérités dérangeantes pour les élites occidentales sont effacées de la conscience collective afin que l’opinion publique consomme des fables et des mythes. Ainsi, l’unanimité des médias à laquelle Le Monde Diplomatique apporte sa contribution, sur des sujets comme les révoltes arabes en Libye et en Syrie, le 11 Septembre 2001 ou le massacre de Boston de 2013, permet de maintenir le vernis démocratique sans lequel nos dirigeants perdraient leur légitimité et le respect (même relatif) des foules.

« Il y a eu crime médiatique quand les médias ont inventé la fable du bombardement de Benghazi par Kadhafi pour envahir la Libye, quand ils ont laissé, sans broncher, les dirigeants occidentaux, avec la caution morale de quelques intellectuels atlantistes (dont J.B. Botul), donner le pouvoir à des milices wahhabites proches d’Al-Qaeda et créer une guerre civile afin d’accomplir des objectifs géostratégiques dont les peuples d’Occident et d’Orient ne verront jamais les bénéfices (moraux ou matériels).

Il y a crime médiatique quand les médias attribuent de manière opportune la paternité des massacres en Syrie (Houla) au clan au pouvoir pour faire tomber un régime qui ne répond plus à leurs objectifs dans la région ; il y a crime médiatique quand l’Occident peut, sans que les médias ne s’en émeuvent, armer des groupes terroristes, organiser des massacres de civils et apporter la guerre civile et religieuse dans un pays en paix. »[5]


11 Septembre 2001 : Le délitement causal et la disparition du mal


Avec Le Monde Diplomatique, il n’est presque plus question des crimes odieux de l’Occident, du moins depuis le 11 Septembre 2001 où l’accusation de complotisme semble avoir fait des ravages au sein des cervelles intellectuelles de ses éditocrates et journalistes. Car, accuser l’Occident d’avoir provoqué la déstabilisation de la Libye et de la Syrie, avec l’aide de légions wahhabites fiancées par l’Arabie saoudite et le Qatar, pour renverser des dirigeants qui ne répondaient pas à leurs diktats, serait faire preuve du complotisme paranoïaque le plus aigu. Accuser l’Occident de couvrir, voire de perpétrer, les crimes les plus odieux en Syrie, contre les femmes et les enfants pris comme victimes expiatoire de ses calculs géopolitiques pervers, pour ensuite les attribuer au régime en place, serait faire montre d’un déséquilibre psychologique anti-démocratique.

Avant le 11 Septembre, Le Monde Diplomatique voyait le mal occidental partout, maintenant, il ne le voit plus guère qu’en contre-jour, de manière circonstancielle, accidentelle, mais jamais comme le résultat d’une décision précise d’entités ou de personnes identifiées ou identifiables. Depuis le 11 Septembre nous sommes dans une sorte de « parenthèse enchantée  » pour reprendre la belle expression de Lalo Vespera, où il n’existe plus de volonté mortifère, de plans criminels et où nos dirigeants ne peuvent vouloir le mal de quiconque ni recourir à des crimes de masse pour faire avancer la marche triomphante du capitalisme dans les contrées qui s’y sont refusées. Finis les escadrons de la mort sponsorisés par l’Occident (comme en Amérique latine dans les années 60-70-80), fini le financement du terrorisme islamique (comme en Afghanistan dans les années 80), finie la realpolitik en somme ! Tout cela appartient au passé et nous pouvons dénoncer les bourreaux à la retraite de l’histoire à loisir sans risquer les foudres des anti-complotistes primaires.


Ne plus pouvoir prêter d’intentions criminelles à nos dirigeants tel est l’objectif de ces accusations de complotisme, objectif auquel Le Monde Diplomatique apporte sa caution intellectuelle et morale. Par un curieux contraste, Le Monde Diplomatique qui se prétend un pourfendeur de l’islamophobie ambiante, accepte, sans broncher et sans pièces à conviction, que les attentats attribués à des musulmans à barbes longues, comme ceux du 11 Septembre 2001 aux États-Unis, aient toutes les composantes des complots tels que l’industrie du film américain aime à nous les faire voir et revoir (avec les bons d’un côté et les méchants de l’autre, séparés par une frontière civilisationnelle clairement marquée).

On n’établit plus de liens causaux, on ne cherche pas les effets qui procèdent des causes, on évite les conclusions qui découlent des multiples faisceaux d’indices, on cherche juste à publier la liste des coupables fournie par les services de communication de la Maison Blanche. Raisonner, faire des liens, se poser des questions sont des activités coupables, suspectes, dangereuses même.

Ainsi, les mille et un faisceaux d’indices qui convergent pour désigner les néoconservateurs (WASP et Sionistes) comme les organisateurs des attentats du 11 Septembre, avec l’appui logistique du Mossad et des services secrets d’Arabie saoudite (et peut-être du Pakistan), sont balayés d’un revers de la main, ne sont ni analysés ni débattus ni soumis à un examen critique par Le Monde Diplomatique et ses confrères.

Se comporter en cartésien sur le 11 Septembre (mais aussi sur le conflit libyen, la tragédie syrienne, le massacre de Boston) fait de vous un être déséquilibré destiné à l’asile psychiatrique ou, au choix, un responsable d’Auschwitz, un ami de Goebbels ou un disciple de Mengele (voir ci-dessous). Le Monde Diplomatique a peur de devoir établir des liens logiques, de devoir conclure, de devoir raisonner. Il préfère le confort de l’anathème, de l’ignorance, de la censure. Pour lui, il n’est nul besoin de démontrer, il suffit d’injurier. Il est inutile de débattre, il convient de censurer. La version officielle du 11 Septembre est la camisole de force que l’oligarchie et ses serviteurs ont passée aux enfants de Descartes.


Dénoncer


Un exemple frappant de rhétorique (préventive) de disqualification où se mêlent, en quelques phrases, amalgames, ellipses logiques et procès d’intention, peut être trouvé dans le livre d’Alain Gresh (directeur adjoint du Monde Diplomatique) sur le conflit palestinien : « Les négationnistes ne sont pas les seuls groupes dont les théories résistent à la réalité. Des millions d’Américains pensent que leur gouvernement et le monde sont infiltrés par des extraterrestres. Depuis une dizaine d’années, certains, dont des scientifiques confirmés, prétendent que le virus HIV n’est pas à l’origine du sida. En France, on a vu se propager la théorie délirante selon laquelle aucun avion ne se serait écrasé sur le Pentagone le 11 septembre 2001. Mais les thèses de Robert Faurisson et de ses adeptes s’alimentent de l’antisémitisme traditionnel et, plus récemment, s’ancrent dans la critique radicale de l’État d’Israël  »[6].

Cette logorrhée, que l’on retrouve dans tous les papiers des moines copistes du journalisme contemporain, et qui ressemble à un aveu de faiblesse intellectuelle, ne mérite pas de plus ample commentaire. Face à ce manque de dignité intellectuelle il nous vient juste l’envie de confirmer notre hérésie et de revendiquer notre « complotisme  », l’autre nom de la paranoïa critique méthodologique (à la base du journalisme réel) qui refuse de se rendre à l’évidence officielle le front honteux et la tête basse !


Censurer, Punir, Contrôler


L’édition norvégienne du Monde diplomatique a publié dans son numéro de juillet 2006 un dossier sur le 11 Septembre contestant la version officielle comme peu de journaux avaient osé le faire auparavant. Le rédacteur en chef et propriétaire du Monde Diplomatique Norvège de l’époque[7], Truls Lie, raconte dans une interview[8] accordée au journaliste Olivier Taymans que Le Monde Diplomatique lui a tout simplement interdit de publier les articles de ce dossier spécial 11 Septembre en France. En guise de réponse au débat suscité par le dossier norvégien, Le Monde Diplomatique publiera en décembre 2006 un article du journaliste américain Alexander Cockburn[9], intitulé « Le complot du 11 Septembre n’aura pas lieu  » (avec un surtitre éloquent : « Scepticisme ou occultisme ?  ») dans lequel les « conspirationnistes » sont comparés à des adeptes de l’occultisme. L’une des personnes visées dans l’article, David Ray Griffin (un spécialiste de la question s’opposant à la version officielle), s’est vu refuser la publication d’un droit de réponse dans l’édition française du Monde Diplomatique (droit que la version norvégienne lui accorda cependant).

Voici, maintenant, un exemple de tentative de censure également révélateur de la position dogmatique – sur le 11 Septembre – d’une des principales structures qui gravite autour du mensuel : Les Amis Monde Diplomatique. Mais, avant de décrire cette tentative, essayons de comprendre qui sont ces Amis qui veulent du bien au Monde Diplomatique.


Les Amis du Monde Diplomatique sont présentés par Serge Halimi (directeur du mensuel) et par Dominique Franceschetti (président des Amis), dans un texte commun, comme « une structure composée de lecteurs militant pour l’indépendance économique du journal  » qui détient 25% du capital de la société éditrice du Monde Diplomatique. Première remarque : détenir 25% du capital du mensuel ne permet pas de faire grand-chose en termes d’indépendance économique quand le principal actionnaire, Le Monde, détient 51% de celui-ci. Deuxième remarque : l’analyse de la composition du Conseil d’administration révèle le rôle totalement négligeable des lecteurs anonymes et militants et celui, prépondérant, d’une cohorte de personnalités proches de la direction du mensuel. Ce Conseil d’administration est, en effet, composé d’administrateurs élus tous les cinq ans, pour deux tiers de ses membres par un collège des fondateurs et, pour le tiers restant, par les adhérents (les lecteurs anonymes). Il est intéressant de regarder qui sont les membres du collège des fondateurs  : il ne s’agit évidemment pas des milliers de lecteurs qui apprécient le journal, mais de journalistes collaborateurs du mensuel ou de personnalités proches de sa direction.

Ainsi, on peut dire que l’association Les Amis du Monde Diplomatique (i) n’est pas une structure réellement indépendante du Monde Diplomatique et (ii) qu’elle n’est pas animée par de généreux lecteurs militants soucieux de l’indépendance financière et éditoriale du mensuel. Les lecteurs du Monde Diplomatique sont comme les électeurs de notre république : sans aucun pouvoir.

Venons-en, maintenant, à la tentative de censure, ce petit crime entre amis.

En mars 2013, j’ai été invité, sans les avoir sollicités, par les Amis du Monde Diplomatique de Montpellier pour faire une conférence afin de présenter mon livre, La Démocratie ambiguë, et pour répondre à la question suivante : « Sommes-nous toujours en démocratie ?  ». Une semaine avant la conférence, les Amis du Monde Diplomatique de Montpellier ont reçu une lettre du Bureau des Amis du Monde Diplomatique demandant purement et simplement l’annulation de la conférence en raison des propos hétérodoxes que j’aurais tenus sur le 11 Septembre 2001 (ce que je revendique volontiers) !

Courageusement, et se pensant indépendants, les Amis du Monde Diplomatique de Montpellier décidèrent, à l’unanimité, de maintenir la conférence qui eut lieu, dura trois heures et se passa sans anicroche, pour se finir autour d’un bon repas en présence des organisateurs locaux. Seulement, le Bureau des Amis du Monde Diplomatique décidèrent, quelques semaines après la conférence, (i) de mettre fin aux fonctions du représentant local des Amis du Monde Diplomatique de Montpellier parce qu’il avait osé défier ses maîtres (événement dont l’intéressé me fit part par téléphone) et (ii) de retirer la vidéo de la conférence qui avait été mise en ligne sur Dailymotion (vidéo que je n’ai toujours pas réussi à récupérer). Le message est clair : les représentants locaux des Amis du Monde Diplomatique n’ont plus qu’à bien se tenir sur la question du 11 Septembre ou gare à eux !

Le plus intéressant dans cette tentative de censure (dont je n’ai pas vraiment à me chagriner à titre personnel puisque la conférence a eu lieu) c’est que Les Amis du Monde Diplomatique aient eu besoin d’empêcher un illustre inconnu (moi-même) de s’exprimer en public parce qu’il avait eu le tort de remettre en cause la version officielle des attentats du 11 Septembre (dans des articles publiés en France et à l’étranger entre 2003 et 2006 principalement). Le degré de contrôle de la pensée alternative semble disproportionné par rapport à l’enjeu somme toute dérisoire de cette conférence, mais il nous permet d’entrevoir à quel point la version officielle des attentats de 2001 est une clé de voute du temple oligarchique sans laquelle les États-Unis perdraient leur cohérence démocratique apparente (et tout l’Occident avec lui) pour ne plus montrer que leur cuirasse impériale, chaotique et oppressive.

« Des médias de plus en plus concentrés, des journalistes de plus en plus dociles, une information de plus en plus médiocre. Longtemps, le désir de transformation sociale continuera de buter sur cet obstacle. » Serge Halimi – Les nouveaux chiens de garde – 2005 – Page 143


L’unanimité comme symptôme


Ici encore, comme pour les manœuvres occidentales en Libye et en Syrie, nous avons à faire à l’unanimité médiatique qui abreuve à la fois les bourgeois cultivés et les bourgeois contestataires. Unanimité dans l’analyse et dans l’anathème qui devrait paraître suspecte à tout esprit indépendant et en quête permanente de vérité. Il nous semble que cette unanimité – médiatique, mais aussi politique – est le révélateur par excellence d’une vérité difficile à admettre pour notre ego occidental : à savoir, que nous ne vivons pas en démocratie. Conclusion qui nous forcerait à réagir si nous devions l’accepter, mais qu’il faut prévenir. Réflexion qui s’impose pourtant d’elle-même après une étude un peu approfondie du 11 Septembre, des Printemps arabes, du massacre de Boston ou encore, de la construction européenne (et de sa paix des capitalistes), de l’agriculture moderne intensive (et de ses chimères génétiques) ou du réchauffement climatique (et de ses promesses apocalyptiques). Mais, conclusion à laquelle la contestation contrôlée ne veut pas que vous aboutissiez.

Lorsqu’il existe une telle unanimité sur des sujets comme ceux que nous avons évoqués, et qu’une connaissance un peu critique de ces sujets révèle un abîme aussi profond entre ce que défendent ceux que l’on pourrait nommer les Unanimous (du New York Times au Monde, de Fox News à TF1 et de Noam Chomsky à Serge Halimi) et la réalité qui se cache derrière, il faut naturellement en conclure que seule une idéologie totalitaire (à laquelle n’échappe aucun domaine de la vie en société) propre à la « démocratie représentative occidentale » peut produire une représentation médiatico-politique univoque : cette idéologie c’est l’Atlantisme (voir L’Atlantisme est un totalitarisme).


L’Atlantisme n’existe pas


L’Atlantisme implique la disparition des souverainetés nationales européennes (et de la démocratie – même représentative – qui lui est attachée) au profit du suzerain américain au cours d’un processus continu de vassalisation qui a débuté au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Idéologie dominante des sociétés européennes, mais idéologie cachée parce que honteuse de son statut de subordination par rapport à l’impérialisme américain dont elle est la servante mal payée (pour ne pas dire la putain), l’Atlantisme est, pour Le Monde Diplomatique, une idéologie qui n’existe pas.

Ainsi, en lisant le mensuel, vous ne serez jamais éclairés sur les liens d’argent et d’influence entre vos dirigeants et l’oligarchie américaine et sioniste, vous n’apprendrez rien sur la French American Foundation et sa politique de recrutement des élites (politiques, économiques, sociales et culturelles) françaises pour les mettre au service de l’empire américain, rien sur les actions du National Endowment for Democracy qui finance intellectuels, syndicalistes et politiques « amis des américains », rien sur l’actualité de l’opération Mockingbird qui débuta au tout début des années 50 au sein de l’Office of Policy Coordination (rattaché à la CIA) et qui initia cette politique d’influence américaine au sein de l’intelligentsia américaine et européenne, rien sur la manipulation du mouvement révolutionnaire trotskiste et de l’antiracisme institutionnel par des mouvances proches des intérêts WASP et Sionistes. Rien, par conséquent, sur les fondamentaux de l’Atlantisme, dont l’instrumentalisation du terrorisme islamique et l’alliance WASP-Wahhabite-Sioniste sont des composantes, rien sur les véritables raisons de l’intervention de l’OTAN en Libye, rien sur l’origine de la déstabilisation de la Syrie, rien, en un mot, sur les sujets qui fâchent l’oligarchie occidentale.

Mais, rappelons-le, pour ne pas nous étonner outre mesure du travail de désinformation (par omission le plus souvent) entrepris par le mensuel préféré de la bourgeoisie contestataire, le quotidien Le Monde, l’un des principaux vecteurs de l’idéologie atlantiste en France, détient 51% de l’actionnariat du Monde Diplomatique. Les liens financiers sont, bien mieux que les discours publics, révélateurs des allégeances et des soubassements idéologiques réels.

« Sans la collaboration des médias, il ne serait possible à l’Atlantisme d’imposer ses fondamentaux dans l’esprit de l’opinion publique. Les médias font partie intégrante de la machine de guerre atlantiste. Pour créer le consentement et l’unanimisme dans une société ouverte il convient de maîtriser la production de l’information. Pour cela il est nécessaire de mettre à la tête des principaux médias des serviteurs zélés de l’Atlantisme »[10]


Le massacre de Boston, Le Monde Diplomatique et la CIA


Les deux jeunes américano-tchétchènes (Djokhar et Tamerlan Tsarnaïev) qui ont été accusés des attentats de Boston d’avril 2013 sont les neveux d’un certain Ruslan Tsarni. Ce dernier, a vécu deux ans dans la maison de Graham Fuller lorsqu’il était marié à sa fille. Graham Fuller est celui qui, au sein de la CIA, a mis en place la politique de recrutement des terroristes tchétchènes pour déstabiliser la Russie de Poutine. Il n’a fait, en cela, que poursuivre la politique d’alliance avec le terrorisme islamique wahhabite mise en place par lui-même et Brezinski dans les années 80 en Afghanistan pour chasser les Russes. C’est le témoignage à charge de l’oncle qui a servi de preuve médiatique de l’implication de ses neveux dans les attentats.

On est légitimement en droit de se poser des questions sur les véritables auteurs de l’attentat de Boston. Y voir un possible attentat sous faux drapeau (stratégie de la tension lors d’un marathon dédié à la mémoire des victimes de la tuerie de Sandy Hook[11]) ne paraît pas exagéré au vu des éléments exposés ci-dessus (et en considération des très nombreux autres éléments mis en lumière par des citoyens au sens civique aiguisé). Quel média un peu influent a-t-il osé mettre en cause la version officielle de cet attentat ? Aucun. Les médias du monde entier ont repris encore une fois la version officielle sans la défier, même sur un mode interrogatif.

Il est intriguant de noter que Le Monde Diplomatique ait ouvert ses colonnes à plusieurs reprises à Graham Fuller, notamment, dans son édition de septembre 1999 (« De puissantes forces modernisatrices  ») et dans Manières de Voir (Islam contre Islam) en juillet/août 2002 (publication du Monde Diplomatique qui reprend les articles jugés importants sur un thème particulier) pour un article sur l’islam alors que son rôle clé dans l’instrumentalisation du terrorisme islamique par les États-Unis était connu dans le cercle étroits des gens biens informés. Donner la parole, sans mise en garde aucune, à un agent influent d’une des agences les plus criminelles de l’histoire du siècle dernier, c’est un peu piétiner tous les cadavres de ses innocentes victimes. Une conclusion semble devoir s’imposer : l’opération Mockingbird est toujours en cours[12].


 Pour en finir avec la bourgeoisie contestataire


Le mandat de Nicolas Sarkozy s’est caractérisé par la mise au pas atlantiste des derniers bastions indépendantistes, souverainistes et gaullistes dans le domaine politique, militaire, diplomatique et culturel. Cette politique de « containment idéologique » s’est notamment traduite par la nomination en 2009 de Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdo, à la tête de Radio France et par la mise à l’écart des indésirables (comme Richard Labévière, auteur du livre Dollars de la Terreur : les États-Unis et les islamistes où le lien entre les élites américaines, sionistes et wahhabites était mis en évidence). L’arrivée de Serge Halimi à la direction du Monde Diplomatique en 2008 après une guerre de tranchées entre anciens (relativement indépendants) et modernes (Atlantistes) s’inscrit parfaitement dans cette chronologie de la soumission atlantiste conquérante.

*

 D’une certaine manière on peut dire que Le Monde Diplomatique fait de la géopolitique vue du ciel (comme d’autres font de l’écologie vue d’hélicoptère)… pour ne pas descendre dans le marécage humain où se jouent les manipulations et les complots de l’élite, manipulations et complots (noms auxquels on pourrait substituer le mot « ententes ») qui se sont dissous dans le confusionnisme atlantiste post-11 Septembre[13]. Ce confusionnisme rend l’Occident et ses dirigeants imperméables à l’idée du mal au sein du carcan démocratique. Nos dirigeants, parce qu’ils s’inscrivent dans une superstructure imaginaire qu’est la démocratie, ne pourraient vouloir le mal même si leurs actions y conduisent ; ils seraient, en quelque sorte, immunisés contre les mauvaises intentions de l’âme humaine et les mauvaises pulsions de leurs instincts trop humains[14]. Belle excuse qui ouvre la voie aux charniers démocratiques, de Nagasaki à Houla, d’Hiroshima à Falludja.

*

 Nous l’avons vu, sur les sujets contemporains importants (instrumentalisation du terrorisme islamique, alliance WASP-Wahhabite-Sioniste, 11 Septembre, Atlantisme, Printemps arabes, Massacre de Boston, etc.) Le Monde Diplomatique nous offre une alternative contrôlée, bornée, inoffensive pour le système ; une critique passive, gentille, courtoise, bourgeoise, mondaine qui est également une niche idéologique et pécuniaire qui fait vivre un petit cénacle de gardiens du temple de la contestation bienséante. Son travail peut se résumer ainsi : il s’agit d’offrir un contrepoint à la vision oligarchique du monde qui soit à la fois un ventre mou idéologique et une croyance vague en quelque chose de différent sans conséquences précises. Autrement dit, il s’agit (i) d’empêcher le fleuve de déborder et (ii) de penser la contestation dans des limites étroites sans jamais la mettre en ordre de bataille.

*

 Le Monde Diplomatique concentre ses attaques, souvent légitimes d’ailleurs, sur le capitalisme, les marchés financiers, les inégalités sociales, autant d’aspects de la globalisation à propos desquels il semble difficile, pour l’opinion publique, d’opposer autre chose que de simples ajustements. D’ailleurs, Le Monde Diplomatique n’offre en ce domaine rien d’autre que des propositions assez vagues de nature réformiste.

La colère contre les conséquences de la globalisation semble ne pas pouvoir sortir de l’abstraction compassionnelle où la machine médiatique la maintient dans la mesure où c’est un système qui, d’après une perception assez généralisée, porte la culpabilité du mal qu’il peut produire et non pas des hommes et des femmes bien identifiées qui pourraient changer les choses et qui ne le feraient pas pour préserver leur bonheur égoïste. La haine du Monde Diplomatique pour le « populisme  » est l’expression de cette perception, erronée sans doute.

Bien plus que la globalisation et l’ultra-libéralisme financier, les attentats du 11 Septembre (avec la prise de pouvoir frauduleuse des néoconservateurs en 2001 et leur coup d’État électronique de 2004) sont le talon d’Achille de la démocratie représentative américaine. Apprendre que vos dirigeants, illégitimement élus, tuent vos propres enfants pour accomplir quelques objectifs géopolitiques obscurs, c’est plus profondément troublant et enrageant que de savoir que le système capitaliste autorise le chef d’entreprise à se gaver de stock options pendant que vous touchez un salaire minimum… et ce d’autant plus qu’en votant pour les promoteurs et profiteurs de ce système vous en approuvez, même si ce n’est que tacitement, les aspects inégalitaires.

C’est pourquoi, l’oligarchie a besoin de maintenir les apparences démocratiques des sociétés occidentales  : le droit de vote et la liberté d’expression doivent être maintenues, même sous forme illusoire et impuissante, pour permettre à l’oligarchie de désarmer les colères et de freiner les prises de conscience du caractère orwellien du show démocratique occidental. C’est ici que Le Monde Diplomatique joue parfaitement son rôle de chien de garde des espérances démocratiques impuissantes.

*

Pour Serge Halimi « Le Monde diplomatique n’est pas la propriété d’un homme d’affaires ; il ne se plie pas au conformisme idéologique ambiant  » [15]. Il dit vrai, son mensuel n’est pas la propriété d’un homme d’affaires… mais de trois : Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse qui sont propriétaires du Monde, le quotidien possédant 51% du mensuel. Il dit sans doute encore vrai lorsqu’il affirme que Le Monde Diplomatique « ne se plie pas au conformisme idéologique ambiant »  : il n’y a pas de servilité dans son conformisme, mais une adhésion volontaire qui épouse les préjugés de nos élites sur les sujets sensibles pour l’oligarchie.

Ainsi, Le Monde Diplomatique n’est pas sensiblement différent des autres médias reconnus par l’élite oligarchique et bourgeoise. Il est, lui aussi, en dépôt de bilan moral depuis qu’il s’est rallié progressivement au dogme de son actionnaire principal – Le Monde – que ce dernier avait exprimé dans son éditorial du 13 septembre 2001 sous la plume de Jean-Marie Colombani, en ces termes : « Nous sommes tous américains  »… qu’il faut traduire par : « nous sommes tous aveugles  »… aveugles quant aux raisons et aux acteurs principaux des attentats du 11 Septembre, aveugles quant aux conséquences de ce ralliement, aveugles quant à la soumission volontaire de la classe médiatique et politique à l’Atlantisme et à ses compromissions.

Mais, pour en finir avec Le Monde Diplomatique et le mythe du média alternatif, laissons la conclusion à Serge Halimi, qui sait, mieux que quiconque, résumer la situation du journalisme français qui est aussi celle de son mensuel (extrait de son livre « Les Nouveaux Chiens de Garde  »[16]) : « Révérence face au pouvoir, prudence devant l’argent : cette double dépendance de la presse française crée déjà les conditions d’un pluralisme rabougri. Mais on ne peut s’en tenir là. Tout un appareillage idéologique conforte la puissance de ceux qui déjà détiennent autorité et richesse. La somme des sujets tenus à distance et des non-sujets matraqués en permanence étend le royaume de la pensée conforme. »

 

Guillaume de Rouville, 6 décembre 2013

Auteur de La Démocratie ambiguë



[1] Plaquette de présentation du film, page 2 : http://www.lesnouveauxchiensdegarde.com/IMG/pdf/LNCDG-journal.pdf

[2] Idem

[3] En dépit de l’accord de Genève de novembre 2013 sur le nucléaire iranien.

[4] Voir notamment : « Les pièges d’une guerre  », Serge Halimi, avril 2011, Le Monde Diplomatique.

[6] « Israël, Palestine : vérités sur un conflit  », Alain Gresh, Fayard, 2010, page 133.

[7] Il a quitté le Monde Diplomatique Norvège en 2007.

[8] À partir de la 55ième minute, dans le documentaire « Epouvantails, autruches et perroquets  » d’Olivier Taymans.

[9] Animateur du blog d’opinion Counterpunch.org.

[11] Tuerie sur laquelle il y aurait beaucoup à dire également en raison des nombreuses incohérences de la version officielle. Voir à ce sujet l’enquête de Sofia Smallstorm, novembre 2013 : « Unraveling Sandy Hook in 2, 3, 4 and 5 dimensions  », http://memoryholeblog.com/2013/11/07/unraveling-sandy-hook-in-2-3-4-and-5-dimensions/

[12] Si Le Monde Diplomatique a cependant pointé du doigt les crimes des USA en Irak : (i) c’est qu’ils étaient trop voyants et que tout le monde avait fini par les dénoncer, sans conséquence aucune d’ailleurs et (ii) c’est en omettant soigneusement de nous dire qui étaient les néoconservateurs et l’idéologie qui les sous-tendait (la frange wasp-sioniste de la triplette qui, avec l’Arabie saoudite, est à l’origine du terrorisme islamique contemporain mondialisé). S’il a largement critiqué George W. Bush, Le Monde Diplomatique n’a pas voulu voir sa responsabilité directe dans les attentats du 11 Septembre, ni admettre qu’il était arrivé au pouvoir par un coup d’État avalisé par le Cour Suprême et qu’il a pu réaliser un second mandant grâce à un coup d’État électronique. Cela aurait peut-être choqué sa niche lectorale composée principalement de bourgeois contestataires.

[13] Confusionnisme très bien illustré par l’article de Frédéric Lordon : « Conspirationnisme : la paille et la poutre », 24 août 2012, Blog du Monde Diplomatique. L’auteur admet que des complots puissent exister, mais il prend soin de ne pas évoquer les sujets qui fâchent.

[14] Voir « Le Dogme de l’infaillibilité démocratique  », L’Idiot du village, 6 août 2012.

[15] Voir le site des Amis du Monde Diplomatique  : http://www.amis.monde-diplomatique.fr/article1123

[16] Éditions Liber, 2005 – Page 73.


Sur le même thème

Un ‘‘Président normal’’ en VRP belliciste au Qatar!...
La Libye et la Syrie : terres d'expérimentation ?
Les Nouveaux Assassins
Les dessous de la crise : Le jeu trouble des États-Unis, de l’Europe et de la Russie dans les bombardements projetés contre la Syrie
Haute trahison ou crétinerie ? Le sabotage de la présence française en Iran

 

 

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 23:01

 

 

Faisons évoluer les médias ensemble!

Faisons évoluer les médias ensemble !

 

 

Aux amoureux de l’info


Notre nouvel appel : "Faisons évoluer les médias ensemble!" présente un état des lieux après deux années d’existence des Indignés du PAF sur notre champ d’intervention : la qualité de l’information, tous supports confondus. L’étendue des manquements au principe de base du journalisme part d'un constat : les faits ne sont plus sacrés. Il est temps de revenir aux fondamentaux du métier: vérification des faits, diversité des opinions et rectification si nécessaire. 


Curiosité, qualité, indépendance.


Nous sommes convaincus que la déontologie et le dialogue font partie des solutions pour restaurer la confiance entre les citoyens et les médias.Dans ce cadre, nous insistons, comme le SNJ, sur la nécessité de, rapidement:


- créer une instance de déontologie réunissant tous les intervenants du secteur;

- reconnaître une charte de déontologie unique adossée à la convention collective.


Bonne lecture et vive l'info!


Les Indignés du PAF


PS: le "moutin ninja de l'info" est signé Yas! Merci à lui

 

http://www.lesindignesdupaf.info/fr

 

 

 

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 00:18

 

L'exemple de l'UPR, Parti en pleine expansion, et pas une ligne dans ce journal atlantiste ! (eva)

L’UPR demande un droit de réponse au journal Le Monde


droit-reponse-le-monde-upr

 

 

Dans un article intitulé « Au pied de la lettre » et publié dans son édition (en ligne et sur papier) en date du 1er novembre 2013, le quotidien Le Monde a mentionné les « vidéos du souverainiste François Asselineau ».

C’est la toute première fois que le nom de François Asselineau est ainsi mentionné dans le journal Le Monde depuis plus de 5 ans. La fois précédente remonte en effet à un article de mars 2008 sur les élections municipales parisiennes, où il avait décidé de ne pas se représenter.

Outre que l’on peut s’étonner de voir ainsi le journal Le Monde faire état du « souverainiste François Asselineau » comme si, de toute évidence, chaque lecteur du quotidien avait été informé par le Monde de qui il s’agissait, cet article le présente, d’une façon détournée et péjorative, à l’occasion d’un article sur la lettre ouverte reçue de la part d’un lecteur, que le quotidien appelle un « Français moyen autoproclamé ».

Le passage en question est le suivant :

N’empêche. Sur le Web, ce « Français moyen » autoproclamé a fait des petits : outre les deux pages Facebook créées par lui-même « et [son] épouse », on relève des liens avec des sites bien connus de nos spécialistes ès extrémismes et complotismes, AC2N (Action des citoyens pour la nouvelle Nation), Contre la désinformation médiatique (site qui proclame « tous des menteurs » à propos de la presse…), ou des vidéos du souverainiste François Asselineau. Et l’impétrant prépare le lancement d’un site Internet consacré à cette « majorité silencieuse », comme on disait naguère, à cette France des « invisibles » dont il ne lui a pas échappé, en tant que lecteur du Monde, que Marine Le Pen a fait son fonds de commerce. Le médiateur l’avait souligné ici-même dans une chronique, au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, le 28 avril 2012.

Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/11/01/au-pied-de-la-lettre_3506978_3232.html

Comme tous nos lecteurs peuvent le constater, cet article tombe ainsi dans le travers de l’amalgame, en entremêlant les mots « extrémismes », « complotismes », « François Asselineau » et « Marine Le Pen ».

Et tout cela sans que le « quotidien français de référence » n’ait jamais fait mention de l’UPR depuis sa création, ni n’ait jamais eu le souci d’interroger François Asselineau, ou l’un des responsables de l’UPR, sur notre mouvement politique, nos analyses et nos propositions.

Après concertation, les différents membres du Bureau National de l’UPR ont décidé de ne pas laisser passer sans réagir cet article, qui nous semble être un grave manquement à la déontologie journalistique.

C’est la raison pour laquelle François-Xavier GRISON, Responsable national de l’UPR en charge des solidarités francophones et des relations avec les médias, a été mandaté par le Bureau National pour adresser une lettre de mise au point à Monsieur Galinier, Médiateur au journal Le Monde, avec demande que cette lettre soit publiée dans le journal au titre du droit de réponse.

Pour la bonne information des milliers d’internautes qui nous lisent, et dans l’attente de la réponse du quotidien Le Monde que nous publierons dès que nous l’aurons reçue, nous mettons en ligne ci-dessous le texte intégral du courrier que nous avons adressé au journal.


BUREAU NATIONAL DE L’UPR

 

 

.


François-Xavier GRISON
Responsable national de l’UPR
en charge des solidarités francophones
et des relations avec les médias
francois-xavier.grison@u-p-r.fr

À l’attention de Monsieur Galinier, Médiateur au journal Le Monde

Copie à :

-  Madame Nougayrède, Directrice du journal Le Monde
-  Monsieur Leparmentier, Rédacteur en chef au journal Le Monde

Paris, le 3 novembre 2013,

            Cher Monsieur,

            Responsable national de l’Union Populaire Républicaine (UPR) en charge des relations avec les médias, je vous contacte à propos d’un passage de votre article intitulé « Au pied de la lettre », en date du 1er novembre 2013.

            Même si la formulation en est ambiguë, vous associez au nom de François Asselineau, Président de l’UPR, les termes d’« extrémisme » et de « complotisme ».

            Je vous fais part de mon étonnement devant ces amalgames péjoratifs et erronés. Les exposés très pédagogiques de François Asselineau, aux antipodes de tout discours haineux, sont systématiquement assis sur l’analyse précise des faits de l’histoire et de l’actualité, mais aussi sur l’analyse du droit international et des traités européens – disciplines essentielles dont les autres partis politiques ne parlent jamais.

            L’UPR s’adresse toujours à l’intelligence des Français, et jamais à leurs bas instincts. La qualité, la précision et l’irréfutabilité des analyses de l’UPR expliquent d’ailleurs le développement exponentiel de notre mouvement depuis deux ans. Avec 3.492 adhérents le 2 novembre 2013, contre 2.158 fin 2012 et 707 fin 2011, l’UPR est le parti politique français en plus forte croissance. Il se situe largement au-dessus du NPA de Messieurs Besancenot et Poutou, ou du Parti Chrétien Démocrate de Madame Boutin, formations politiques dont il est régulièrement question dans les colonnes du journal Le Monde et que tous les Français connaissent.

            Le site Internet de l’UPR (www.upr.fr) connaît en outre un niveau de fréquentation en constante progression, désormais comparable à celui du site Internet de l’UMP ou du PS d’après le classement du site américain Alexa Ranking. Nous avons d’ailleurs eu le plaisir de constater, dans les statistiques fournies par notre hébergeur, que plusieurs dizaines de consultations provenaient du journal Le Monde au cours des 4 derniers mois écoulés. Nous notons également avec intérêt que notre compte Twitter est suivi par plusieurs journalistes du Monde.

            L’UPR est donc une réalité politique qu’un « quotidien de référence » comme le journal Le Monde ne peut raisonnablement continuer à passer sous silence. Sauf à vouloir cacher délibérément cette réalité – pour des motifs que nous aimerions connaître –, ce qui serait alors une violation manifeste de la déontologie journalistique fixée par la Charte de Munich du 24 novembre 1971. Permettez-moi aussi de vous signaler qu’au rythme où nous nous développons, continuer à faire comme si nous n’existions pas finirait immanquablement par nuire à votre crédibilité.


            Par ailleurs, vous qualifiez François Asselineau de « souverainiste ». C’est un terme tout à fait impropre car il évoque, dans l’esprit du public, un positionnement et un programme politiques très à droite.

Or rien n’est plus faux :

  • d’une part l’UPR compte des Français de toutes origines sociales, professionnelles, géographiques, politiques, ethniques et confessionnelles ;
  • d’autre part une majorité de nos adhérents sont de sensibilité de gauche, et parfois même communistes ou d’extrême gauche ;
  • enfin, le programme de l’UPR, présenté en décembre 2011, s’inspire si étroitement de celui du Conseil National de la Résistance de 1944 qu’il en reprend non seulement les idées fondamentales mais aussi certaines têtes de chapitre, et des expressions-clés.

 Je vous rappelle qu’il prévoit notamment, parmi beaucoup d’autres choses :

  • la sortie unilatérale de la France de l’Union européenne et de l’euro par application de l’article 50 du TUE. L’UPR est d’ailleurs le seul mouvement politique français à dénoncer le principe même de la construction européenne comme impérialiste et implicitement racialiste, porteur en germe de conflits mondiaux,
  • la sortie unilatérale de l’euro,
  • la sortie de l’OTAN (et pas seulement  de son « commandement militaire intégré ») et le rappel des troupes françaises engagées dans des guerres néo-coloniales,
  • la renationalisation ou l’interdiction de privatiser EDF, GDF, La Poste, la SNCF, la Sécurité sociale, tous les réseaux autoroutiers, les sociétés d’adduction d’eau, TF1, et toute banque bénéficiant d’une aide publique,
  • l’inscription dans notre Constitution des principes intangibles de la Sécurité sociale pour tous les Français, ainsi que des retraites par répartition,
  • la rétablissement des libertés publiques fondamentales, avec le réexamen du bien-fondé des caméras de surveillance, la suppression du mandat d’arrêt européen, le rétablissement du secret des correspondances, une initiative planétaire pour interdire le puçage des êtres humains, etc.
  • une profonde réforme de nos institutions, par une démocratisation et une professionnalisation du Conseil Constitutionnel, du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, et du statut des élus,
  • une ouverture culturelle généralisée sur l’ensemble du monde – et non pas sur les seules productions cinématographiques, télévisuelles et musicales américaines,
  • la volonté de redonner tout son pouvoir à l’ONU dans l’esprit de sa Charte fondatrice,
  • une politique planétaire pacifiste et réfléchie, veillant à donner à l’espace francophone mondial une véritable dimension politique et non-alignée,
  • etc.

            Quiconque a eu la curiosité minimale de consulter ce programme – de même que notre Charte fondatrice – ne peut en conscience le qualifier comme étant « de droite ». Ou bien, si vous estimiez qu’il l’était, que diriez-vous alors du programme de M. Hollande ?

 


            Telle est, d’ailleurs, la conclusion à laquelle parviennent un nombre croissant de Français de gauche qui nous rejoignent, et un nombre croissant d’observateurs étrangers. Je vous signale à cet égard que François Asselineau est le seul Français invité au colloque international sur la dette organisé à Athènes fin novembre par l’EPAM, un institut de réflexion politique grec classé nettement à gauche.

—–

            En conclusion, l’UPR souhaite être traitée par le journal Le Monde de façon équitable et avoir avec lui un rapport professionnel. Ni plus, ni moins.

            C’est la raison pour laquelle je vous demande – au nom de l’ensemble du bureau national de l’UPR – de bien vouloir publier la présente lettre dans votre journal, au titre du droit de réponse. Nous y avons droit puisque votre article porte des insinuations graves et sans fondement sur François Asselineau – ce qui viole le Devoir n°9 de tout journaliste, posé par la Charte de Munich précitée – et qu’il met ainsi sérieusement en cause à la fois son image et sa probité intellectuelle et morale, et celles du mouvement politique qu’il a créé.

            Je pense par ailleurs qu’il serait judicieux que vous-même, ou bien Monsieur Leparmentier, auquel j’ai souvent écrit, sans réponse de sa part, ou bien Madame Nougayrède, rencontriez François Asselineau afin qu’il vous éclaire sur l’UPR et ses propositions. Le président de l’UPR est bien sûr à votre entière disposition pour répondre à toutes les questions que vous voudriez bien lui poser.

            Les bientôt 3.500 adhérents de l’UPR, les milliers d’internautes qui nous suivent ainsi que nos dizaines de milliers de sympathisants liront, je pense, avec intérêt la réponse que vous ferez au présent message. Nous allons en tout cas les publier tous deux sur nos supports en ligne.

            Dans l’attente de votre réponse, je vous prie, Monsieur, de recevoir l’expression de ma considération distinguée.


François-Xavier GRISON

 

http://www.upr.fr/actualite/upr/lupr-demande-un-droit-de-reponse-au-journal-le-mond


Nous vous suggérons également

 

 

Les derniers articles

.

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 23:31

 

Il attaque Arte en justice pour lui avoir « trop ouvert les yeux » (MàJ: fausse info+explications)

 

Limite, on va finir par être interdits d’informer! Pfffff….. Ha ben si certains se trouvent à ce point traumatisé en apprenant certaines vérités sur notre réalité, qu’est ce que cela va être le jour où ils seront directement confrontés à cette même réalité?

C’est amaigri et le visage émacié que Laurent Gémeille s’est rendu ce mercredi au tribunal de grande instance de Lyon, pour la première audience du procès qui l’oppose à la chaîne franco-allemande Arte. Selon ses propres propos, cet électricien de 37 ans vivait « dans une confortable ignorance » jusqu’à ce qu’une série de reportages l’empêche « pour toujours de vivre dans l’insouciance » et le plonge dans une « culpabilité quotidienne insoutenable ». Rencontre.

L’homme que nous rencontrons a apporté des photos, de lui, avant. Elle font partie du dossier qu’il a transmis au juge. On y voit un jeune homme enjoué et épanoui, qui semble tirer le meilleur parti de toutes sortes de situations : Laurent au ski après une chute, recouvert de poudreuse mais hilare; Laurent au restaurant, bien portant et rieur; Laurent aux Maldives, exhibant avec une joyeuse fierté un poisson multicolore planté au bout d’un harpon.


Tribunal-d-instance-IMG_0379.JPG« [...] personne ne fera jamais rien, alors autant ne pas savoir »

 

Le Laurent que nous rencontrons n’est plus le Laurent des photographies : maigre, pâle et voûté, il semble porter sur ses épaules frêles une grosse partie de la misère du monde. Son regard navré trahit une apathie résignée, quasi communicative, que seul ce procès hors du commun pourrait peut-être apaiser.

« Avant j’adorais aller au resto, pour manger de la viande, surtout du bœuf. Mais depuis que j’ai vu ce putain de reportage sur les dégâts de l’élevage intensif bovin, une aberration économique qui détruit nos forêts, pollue nos sols et tue même des humains, je ne peux plus, c’est fini » murmurait un Laurent absent, dont les repas sont aujourd’hui exclusivement composés de légumes de saison locaux, dont le goût lui paraît aussi insipide que l’est sa vie aujourd’hui.

Source+article complet: lecourrierdesechos.fr
J’ai promis une mise à jour avec des explications quand à cet article qui bien entendu est totalement faux, une « petite quenelle » avant le week-end, pas vraiment pour détendre, mais plutôt pour soulever un problème auquel nous allons tous être confrontés à un moment ou à un autre.

Cette fausse info nous parle d’un quidam ayant très mal vécu son éveil et tentant de se retourner contre celui qui fournit l’info plutôt que contre ceux qui justement, ont provoqué cette information. Même si c’est satyrique, cela soulève quand même plusieurs questions…

NOUS nous informons, nous allons chaque jour à la pêche aux infos pour savoir, pour comprendre ce qu’il se passe et surtout ce à quoi nous allons être confrontés à l’avenir, nous cherchons quelque part de l’espoir ou de quoi être un peu rassurés, malheureusement l’actu n’avance pas vraiment dans ce sens, mais lorsque cela arrivera, nous saurons pourquoi, comment, et nous aurons pour la plupart d’entre nous auront eu le temps de nous préparer à affronter un tant soit peu certains des scénarios possibles, mais il s’agit de NOUS!

La grande majorité des masses est consciente que cela ne va pas, et que l’avenir ne s’annonce pas des plus radieux, pourtant, la plupart refusent de s’informer, se contentent du minimum télévisuel, ou ont simplement opté pour le déni. Mais lorsque le couperet va tomber, que le krach financier tant redouté arrivera, qu’un conflit majeur surviendra, quelle sera leur réaction? Et surtout, à quoi devrons-nous faire face à ce moment-là, la peur pouvant amener à tout…
Ces personnes qui découvriront l’ampleur de la situation, sans y être préparés, sans comprendre comment cela a pu arriver « aussi discrètement », ce sont nos voisins, nos proches, certains membres de nos familles, nos collègues de boulot…

Ils ouvriront les yeux, mais trop tard, et quelle sera alors leur réaction?
Je redoute le pire personnellement, car ils ne s’attaqueront pas qu’à eux-même (suicides)…

Pessimisme? Possible! Mais j’ai personnellement du monde à protéger, et n’ai pas l’intention de rester dans l’ignorance en attendant d’avoir les réponses!
Pour ceux ayant mal accueilli cet article, je m’en excuse, mais il a également été un bon tremplin pour vous accrocher et lancer une telle réflexion qui, allez savoir, risque d’être utile à plus d’un…

Au fait:

L’article en question est bien issu d’un site satyrique comme certains l’ont signalé dans les commentaires, comme le Garofi que personnellement je lis une fois de temps en temps pour dé-saturer (il est effectivement très drôle…), et sa publication m’a donné l’idée de ce relais ici avec les conséquences et implications que cela comporte.


29
://lesmoutonsenrages.fr/2013/10/18/il-attaque-arte-en-justice-pour-lui-avoir-trop-ouvert-les-yeux/


Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 02:29

 

medias-guerre-info.jpg

10 guerres, 10 médiamensonges
Michel Collon

11 juillet 2008

 

 

Chaque guerre est précédée d'un grand médiamensonge. Aujourd'hui, Bush menace le Venezuela et l'Equateur. Demain, l'Iran ? Et après, à qui le tour ?
Avec, dans le rôle de la marionnette, le président Uribe, narcotrafiquant et massacreur d'Indiens (quatre millions de déplacés). Lequel Uribe prétend avoir trouvé dans l'indestructible ordinateur de Raul Reyes (FARC) des preuves du soutien de Chavez au « terrorisme » et de militarisation de la région.
Des journaux comme Le Monde répercutent cette campagne de propagande pour la prochaine guerre de Bush. Rappelons simplement combien de fois les mêmes Etats-Unis et les mêmes médias nous ont déjà manipulés. Chaque grande guerre est « justifiée » par ce qui apparaîtra plus tard (trop tard) comme une désinformation. Inventaire rapide...

16 mai 2008

1. VIETNAM (1964-1975) :

- MEDIAMENSONGE : Les 2 et 3 août, le Nord-Vietnam aurait attaqué deux navires US dans la baie du Tonkin.

- CE QU'ON APPRENDRA PLUS TARD : L'attaque n'a jamais eu lieu. C'est une invention de la Maison-Blanche.

- VERITABLE OBJECTIF : Empêcher l'indépendance du Vietnam et maintenir la domination US sur la région.

- CONSEQUENCES : Millions de victimes, malformations génétiques (Agent Orange), énormes problèmes sociaux.


2. GRENADE (1983) :

- MEDIAMENSONGE : La petite île des Caraïbes est accusée de construire une base militaire soviétique et de mettre en danger la vie de médecins US.

- CE QU'ON APPRENDRA PLUS TARD : Entièrement faux. Le président US Reagan a fabriqué ces prétextes de toutes pièces.

- VERITABLE OBJECTIF : Empêcher les réformes sociales et démocratiques du premier ministre Bishop (qui sera assassiné).

- CONSEQUENCES : Répression brutale et rétablissement de la mainmise de Washington.


3. PANAMA (1989) :

- MEDIAMENSONGE : L'invasion vise à arrêter le président Noriega pour trafic de drogue.

- CE QU'ON APPRENDRA PLUS TARD : Créature de la CIA, Noriega réclamait la souveraineté à la fin du bail du canal. Intolérable pour les USA.

- VERITABLE OBJECTIF : Maintenir le contrôle US sur cette voie de communication stratégique.

- CONSEQUENCES : Les bombardements US ont tué 2.000 à 4.000 civils, ignorés des médias.


4. IRAK (1991) :

- MEDIAMENSONGE : Les Irakiens auraient volé les couveuses de la maternité de Koweït-City

- CE QU'ON APPRENDRA PLUS TARD : Invention totale par une agence publicitaire payée par l'émir du Koweït, Hill & Knowlton.

- VERITABLE OBJECTIF : Empêcher que le Moyen-Orient résiste à Israël et acquière son indépendance envers les USA.

- CONSEQUENCES : D'innombrables victimes par la guerre, puis un long embargo y compris sur les médicaments.


5. SOMALIE (1993) :

- MEDIAMENSONGE : Monsieur Kouchner se « met en scène » comme héros d'une intervention humanitaire.

- CE QU'ON APPRENDRA PLUS TARD : Quatre sociétés US avaient acheté un quart du sous-sol somalien riche en pétrole.

- VERITABLE OBJECTIF : Contrôler une région militairement stratégique

- CONSEQUENCES : Ne parvenant pas à la contrôler, les Etats-Unis maintiendront la région dans un chaos prolongé.


6. BOSNIE (1992 - 1995) :

- MEDIAMENSONGE : La firme US Ruder Finn et Bernard Kouchner mettent en scène de prétendus camps serbes d'extermination.

- CE QU'ON APPRENDRA PLUS TARD : Ruder Finn et Kouchner mentaient. C'étaient des camps de prisonniers en vue d'échanges. Le président musulman Izetbegovic l'a avoué.

- VERITABLE OBJECTIF : Briser la Yougoslavie trop à gauche, éliminer son système social, soumettre la zone aux multinationales, contrôler le Danube et les routes stratégiques des Balkans.

- CONSEQUENCES : Quatre années d'une guerre atroce pour toutes les nationalités (musulmans, serbes, croates). Provoquée par Berlin, prolongée par Washington.


7. YOUGOSLAVIE (1999) :

- MEDIAMENSONGE : Les Serbes commettent un génocide sur les Albanais du Kosovo

- CE QU'ON APPRENDRA PLUS TARD :
Invention pure et simple de l'Otan comme le reconnut Jamie Shea, son porte-parole officiel.

- VERITABLE OBJECTIF : Imposer la domination de l'Otan sur les Balkans, et sa transformation en gendarme du monde. Installer une base militaire US au Kosovo.

- CONSEQUENCES : Deux mille victimes des bombardements OTAN. Nettoyage ethnique du Kosovo par l'UCK, protégée de l'Otan.


8. AFGHANISTAN (2001) :

- MEDIAMENSONGE : Bush prétend venger le 11 septembre et capturer Ben Laden

- CE QU'ON APPRENDRA PLUS TARD : Aucune preuve que ce réseau existe. De toute façon, les talibans avaient proposé d'extrader Ben Laden.

- VERITABLE OBJECTIF : Contrôler militairement le centre stratégique de l'Asie, construire un pipeline permettant de contrôler l'approvisionnement énergétique de l'Asie du Sud.

- CONSEQUENCES : Occupation de très longue durée, et forte hausse de la production et du trafic d'opium.


9. IRAK (2003) :

- MEDIAMENSONGE : Saddam posséderait de dangereuses armes de destruction, affirme Colin Powell à l'ONU, éprouvette en main.

- CE QU'ON APPRENDRA PLUS TARD : La Maison-Blanche a ordonné à ses services de falsifier des rapports (affaire Libby) ou d'en fabriquer.

- VERITABLE OBJECTIF : Contrôler tout le pétrole et pouvoir faire chanter ses rivaux : Europe, Japon, Chine...

- CONSEQUENCES : L'Irak plongé dans la barbarie, les femmes ramenées à la soumission et l'obscurantisme.


10 VENEZUELA - EQUATEUR - (2008 ?) :

- MEDIAMENSONGE : Chavez soutiendrait le terrorisme, importerait des armes, serait un dictateur (le prétexte définitif ne semble pas encore choisi).

- CE QU'ON SAIT DEJA : Plusieurs médiamensonges précédents se sont déjà dégonflés : Chavez tirant sur son peuple, Chavez antisémite, Chavez militariste... Mais la diabolisation continue.

- VERITABLE OBJECTIF : Les multinationales US veulent garder le contrôle du pétrole et des autres richesses de toute l'Amérique latine, ils craignent la libération sociale et démocratique du continent.

- CONSEQUENCES : Washington mène une guerre globale contre le continent : coups d'Etat, sabotages économiques, chantages, développement de bases militaires près des richesses naturelles..


Bref, chaque guerre est précédée et 'justifiée' par un grand médiamensonge. Et notre inventaire est loin d'être complet !

Empêcher les guerres, c'est démasquer ces médiamensonges le plus tôt possible et le plus largement possible. Merci de diffuser ce texte, de le traduire si possible (la version espagnole arrive bientôt), et de nous communiquer ces traductions. Dans la guerre de l'info, la véritable force, c'est vous !

MICHEL COLLON

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Sur les médiamensonges :

Aujourd'hui, beaucoup de ces prétextes de guerre et médiamensonges ont été démasqués. Certains par contre ont la vie dure. Par exemple, sur la Bosnie et la Yougoslavie, nous avons fourni les preuves de la désinformation dans les livres Poker menteur et Monopoly :

Livres

Un résumé dans nos deux test-médias :

Test-médias

Egalement dans notre débat public avec Jamie Shea, porte-parole de l'Otan (en DVD) : nessa.kovic@skynet.be

Sur les médiamensonges en général, voir notre rubrique :
Attention, médias !

Sur les médiamensonges à propos du Venezuela et de la Colombie, voici quelques articles :
"Chavez narco-trafiquant" ? Washington orchestre la diabolisation. Avant d'attaquer ?
par Salim Lamrani
Narco-trafiquant ?

Le travail silencieux de la CIA en Bolivie et au Venezuela
par Eva Golinger
CIA

Les mensonges du Monde à propos du Venezuela
par Thierry Deronne
Mensonges du Monde

Portrait du président Uribe
par Hernando Calvez Ospina
Uribe

Bruit de bottes et rideau de fumée en Amérique latine
par Jean - Luc Melenchon
Melenchon

Misère du journalisme face au Venezuela
Interview de Maurice Lemoine
Lemoine

Chavez - Juan Carlos : les phrases censurées par Le Monde et autres médias européens
par Romain Migus
Chavez & Juan Carlos

 

 

 

 

A lire

Le Monde, grandeur et décadence d’un journal au-dessus de tout soupçon

.

 

.


Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 03:03

 

bahar-kimyongur

 

 

 

Entretien avec Bahar Kimyongür réalisé par Mounir Abi

« La Syrie aiguise l’appétit
de tous les ogres qui l’entourent »

Dans cet entretien accordé au Temps d’Algérie, Bahar Kimyongür évoque la « manipulation » dans l’affaire de l’utilisation d’armes chimiques, le parti pris d’une partie de la presse mondiale dans le conflit en Syrie et les soutiens à Al Qaïda dans ce pays. Il évoque également ses démêlées avec Erdogan, le Premier ministre turc, les tentatives d’extradition dont il a fait l’objet, et parle d’une troisième voie dans l’attaque chimique d’Al Ghouta.

5 octobre 2013

Le Temps d’Algérie : Présentez-vous à nos lecteurs.


Bahar Kimyongür : Je suis un Belgo-Turco-Syrien : Belge de naissance, Turc de papier et Syrien de cœur. Je suis, par ailleurs, un observateur indépendant du conflit syrien, un militant pour la paix et un anti-impérialiste convaincu. Bien que né en Belgique, j’ai grandi à la fois dans l’amour pour la Syrie souveraine, progressiste et multiconfessionnelle et dans la méfiance envers les moukhabarate (services secrets,ndlr) du régime de Damas.

Mes parents sont originaires d’Antioche, le chef-lieu du Liwa Iskandarone (Sandjak d’Alexandrette), une province historiquement syrienne offerte par la France coloniale à la Turquie kémaliste en 1938. Antioche est le fameux Hatay par où transitent les djihadistes qui se rendent en Syrie pour combattre le gouvernement syrien. Depuis la nuit des temps, Antioche est « la porte de la Syrie ». Aujourd’hui, les mercenaires takfiris l’appellent « la porte du djihad ».


Pourquoi, selon vous, certains gouvernements et une partie de la presse mondiale refusent la « présomption d’innocence » au gouvernement syrien dans l’attaque chimique d’El Ghouta ?


Parce que ces gouvernements n’ont pas le moindre sens de la justice. Ils campent à la fois sur le rôle de juge, de procureur, de partie civile et de bourreau dans le conflit syrien. La Syrie aiguise l’appétit de tous les ogres qui l’entourent : l’empire yankee et l’ex-puissance mandataire française décadents, le colosse néo-ottoman au pied d’airain, l’entité sioniste soucieuse d’élargir son « lebensraum », les royaumes wahhabites du Golfe obsédés par leur hostilité envers l’Iran et les chiites et les coupeurs de tête d’Al Qaïda.


La Russie a présenté des preuves, dont des images satellite montrant que des missiles ont été tirés à partir d’un quartier occupé par les rebelles, accusant « l’opposition » d’être l’auteur de cette attaque. D’autre part, la Turquie a arrêté des djihadistes en possession du gaz sarin. Pourquoi ces faits sont-ils ignorés par certains gouvernements et une partie de la presse mondiale ? Les images satellite de la Russie, censées prouver que les missiles chargés de gaz Sarin ont été tirés depuis le quartier insurgé de Douma, ont été transmises au Conseil de sécurité des Nations unies. Elles demeurent inaccessibles. De toute façon, même la preuve la plus concluante de l’emploi d’armes chimiques par les rebelles ne pourrait convaincre les médias aux ordres.

Leur but est de servir des intérêts stratégiques et non des principes moraux. Quant aux agents chimiques découverts par la police turque dans un appartement occupé par des militants du Front al Nosra à Adana, il s’agirait de produits entrant dans la composition d’armes chimiques mais pas du gaz Sarin.

Il y a néanmoins d’autres éléments incriminant les rebelles : l’enquête de terrain réalisée par un collègue de la journaliste américaine Dale Gavlak, le témoignage de deux otages belges qui ont entendu des chefs rebelles s’attribuer la paternité de l’attaque chimique, les aveux du commandant rebelle Nadim Baloush, certaines images vidéos non authentifiées de rebelles munis de masques à gaz et tirant vraisemblablement des armes chimiques, le précédent de l’attaque au gaz survenue en mars dernier contre une position loyaliste à Khan Al Assel près d’Alep, des vidéos de terroristes gazant des lapins à titre expérimental et menaçant ensuite d’exterminer les alaouites.

Il y a, par ailleurs, de sérieux doutes sur la fiabilité de certaines vidéos de l’attaque chimique diffusées par les rebelles. L’expert en armes chimiques de l’Institut de médecine légale de Cranfield Stephen Johnson fait partie des sceptiques. Les gouvernements occidentaux, leurs alliés wahhabites et leurs médias font mine d’ignorer ces indices pour la simple raison qu’ils ne sont pas rentables.


Que pensez-vous de l’hypothèse selon laquelle l’utilisation d’armes chimiques profiterait aux djihadistes sévissant en Syrie et qui, par cet acte criminel, cherchent à obtenir une intervention militaire étrangère pour les sauver de l’avancée sur le terrain de l’armée syrienne ?


C’est, semble-t-il, l’hypothèse la plus probable, la plus logique aussi. Des opposants connus, comme Haytham Manna de la Coordination nationale pour le changement démocratique, et le leader du parti kurde de l’Union démocratique (YPD) Saleh Muslim, doutent également d’une implication du gouvernement syrien dans l’attaque chimique d’Al Ghouta.


Vous avez évoqué, pour les armes chimiques, « l’hypothèse d’une troisième force ». Pourriez-vous nous l’expliquer ?


Accuser le régime d’avoir déversé des gaz mortels sous le balcon du palais présidentiel paraît aussi invraisemblable que d’affirmer que les rebelles sont capables de tuer leurs propres familles. Un responsable sécuritaire de Damas, que j’ai contacté, doute lui aussi que les rebelles d’El Ghouta aient planifié un suicide collectif pour susciter une intervention militaire internationale. Il penche pour l’hypothèse d’une troisième force experte dans les opérations « false flags » liée à un service étranger. Rappelons que la Syrie est devenue une passoire, un terrain propice pour toutes sortes d’opérations barbouzardes. Des agents étrangers peuvent facilement prendre la forme de l’un ou l’autre des belligérants et organiser une provocation.

Le chef du renseignement saoudien et parrain du terrorisme international Bandar Ben Sultan est un champion en la matière. Les agences israéliennes comme le Mossad ou Aman sont elles aussi coutumières de ce type d’opérations. L’attentat contre Rafiq Hariri, en 2005, est un exemple éclatant du savoir-faire israélien en matière de false flag. Plus, l’accusé désigné comme tel par le vrai coupable aura des difficultés à prouver son innocence, plus l’action sera réussie. L’attaque chimique d’El Ghouta ressemble à une provocation qui, en définitive, ne profite ni à l’un ni à l’autre camp.


Des organisations djihadistes, sévissant en Syrie, s’entretuent. Treize parmi ces organisations ont déclaré ne pas reconnaître le gouvernement provisoire mis en place par « l’opposition ». Certains croient que cette situation est due à une guerre des services de renseignements et une guerre d’influence d’autres pays. Qu’en pensez-vous ?


Le confit syrien ressemble de plus en plus à une guerre de tous contre tous. Il arrive que les diverses milices s’entretuent pour le partage du butin mais leurs divergences sont souvent de nature idéologique. Par exemple, au Nord, les autonomistes kurdes du YPG s’opposent aux groupes armés syriens pour trois raisons : en tant que laïcs, ils rejettent le projet politique des djihadistes syriens et en tant que nationalistes, ils accusent ces mêmes djihadistes à la fois de nier l’identité kurde au profit de la suprématie arabe et de collaborer avec le régime d’Ankara farouchement opposé à l’établissement d’un Kurdistan syrien à ses frontières. A Azaz et Raqqa, les groupes rebelles ont été attaqués et chassés par l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL), un gang ultraviolent lié à Al Qaïda.

L’EIIL accuse ses concurrents d’apostasie. Pourtant, les groupes visés par Al Qaïda sont généralement tout aussi anti-chiites et partisans d’un Etat sectaire appliquant la charia.L’autre fracture se situe entre, d’une part, les quelques brigades islamiques qui affirment encore leur loyauté envers le commandement de l’Armée syrienne libre et, d’autre part, les puissantes formations islamiques rivales.

Les seconds accusent les premiers de servir un agenda occidental. Pour autant, certaines formations djihadistes liées à des services de renseignement étrangers différents se coordonnent. Liwa al Tawhid, omniprésent à Alep, est lié aux services secrets turcs tandis que Liwa al Islam actif dans le gouvernorat de Damas est encadré par les moukhabarate saoudiennes. Pour le moment, il n’y a pas de rivalité apparente entre ces deux groupes. Mais, comme en Afghanistan, les alliances entre seigneurs de guerre se font et se défont selon les opportunités du moment. Amis un jour, ennemis pour toujours...


Vous avez annoncé qu’Erdogan vous persécute avec un dossier vide. Pouvez-vous nous en parler ?


Erdogan a fait de la chasse aux dissidents un sport national. Mes déboires judiciaires ont toutefois commencé avant l’arrivée de l’AKP au pouvoir. C’était, il y a 13 ans, suite à une manifestation pacifique au Parlement européen. J’ai chahuté un ministre turc venu chanter à Bruxelles les mérites de la démocratie turque devant un public acquis. Mon action n’a pas plu aux autorités turques.

Depuis, je suis accusé de terrorisme. A défaut de pouvoir me bâillonner, le régime d’Ankara a exercé des pressions considérables pour me faire condamner par la justice belge. Dans un premier temps, les autorités belges se sont comportées en janissaires du sultan Erdogan. Mais grâce à la résistance et à la solidarité de la société civile belge, le pouvoir a finalement abandonné les poursuites à mon encontre.


Il y aurait eu une tentative de votre extradition vers la Turquie ?


J’ai subi deux tentatives d’extradition, une fois en 2006 et une seconde fois cette année. Suite à mon action pacifique du 25 novembre 2000, le régime d’Ankara s’était empressé d’avertir Interpol pour me faire arrêter et extrader vers la Turquie. En tant que citoyen belge, j’étais à l’abri du mandat d’arrêt international car la Belgique n’extrade pas ses nationaux. Toutefois, en avril 2006, j’ai été arrêté aux Pays-Bas en vertu de ce mandat.

A l’époque, j’ignorais tout du signalement Interpol. Finalement, un tribunal néerlandais a jugé la demande turque irrecevable et m’a libéré après 68 jours de détention. J’ai pu rentrer chez moi, en Belgique, où m’attendait un tribunal d’inquisition qui a fini par m’acquitter en 2010, après quatre jugements et trois cassations, un record en Belgique. Malgré cette fin heureuse, je reste menacé par le même mandat d’arrêt international car une fois que l’on tombe dans le fichier d’Interpol, on n’en sort plus.

En juin dernier, j’ai été arrêté dans la cathédrale-mosquée de Cordoue en Espagne toujours selon le même motif : celui du chahut du ministre au Parlement européen, une action pacifique aujourd’hui vieille de treize ans. Comme il n’existe aucun tribunal permettant de se désinscrire du fichier d’Interpol, je reste à la merci de l’Inquisition néo-ottomane.

Entretien réalisé par Mounir Abi
4 octobre 2013


Bahar Kimyongür, né le 28 avril 1974 à Berchem-Sainte-Agathe, en Belgique, est un militant politique belge issu d’une famille arabe originaire de Turquie mais aux racines syriennes. Dans sa région d’origine en Turquie, proche de la Syrie, des affrontements ont également eu lieu entre des réfugiés syriens sunnites et des Turcs alaouites, dont certains ont pris partie pour Assad. Bahar Kimyongür, porte-parole du Comité contre l’ingérence en Syrie (CIS), qualifie les États-Unis de « pourvoyeur de terroristes et fauteur de guerre en Syrie ». Il est signataire d’un « appel à faire cesser l’agression contre la Syrie et à refuser la participation de la France à celle-ci ».

 

http://www.mondialisation.ca/la-syrie-aiguise-lappetit-de-tous-les-ogres-qui-lentourent/5353294

 

.

Les intellectuels au service de la guerre contre la Syrie
Angeles Diez

7 octobre 2013

Investig'Action - Les intellectuels au service de la guerre contre la Syrie L’affaire de la Syrie est l’une des plus exemplaires mettant clairement en évidence le rôle de légitimation de la guerre joué par des intellectuels réputés de gauche. Nombre de ceux-ci ont choisi de servir de chœur à la guerre médiatique contre la Syrie, investis d’une aura illustre et portant les principes moraux occidentaux. Du haut de leurs chaires dans les médias grand public mais aussi dans les médias alternatifs, ils élaborent des explications, des (...)


Le Monde, grandeur et décadence d’un journal au-dessus de tout soupçon
Ahmed Bensaada

6 octobre 2013

Investig'Action - Le Monde, grandeur et décadence d'un journal au-dessus de tout soupçon Les différents conflits sanglants qui ont éclos lors de cet interminable « printemps » arabe ont été accompagnés de propagande et de mensonges éhontés [1]. Comme pour toutes les guerres, bien sûr. Mais aussi étrange que cela puisse paraître, plus un pays se targue d’être démocratique, plus la propagande est flagrante et les ficelles un peu trop grosses. Il n’y a qu’à se remémorer les « dangereuses » fioles de Colin Powell ou les « chaudes » larmes de la (...)


« Al Qaida est financé par les USA » (un ex membre)
Investig’Action

2 octobre 2013

Investig'Action - « Al Qaida est financé par les USA » (un ex membre) L’ex-membre d’Al Qaida Sheikh Nabil Naiim a diffusé un témoignage étonnant en affirmant que le chef de Jabhat Al-Nusra, principale milice active en Syrie pour renverser Bachar, est en fait un agent de la CIA. Sheikh Nabil Naiim, considéré comme le leader historique du mouvement jihadiste islamique en Egypte, a dirigé le camp d’entraînement de Safwa Al-Qaeda où il rencontra Osama Bin Laden. Il est ensuite parti au Soudan avec le dirigeant d’Al-Qaeda (...)


Quand le patronat français collaborait avec les nazis
Annie Lacroix-Riz

2 octobre 2013

Investig'Action - Quand le patronat français collaborait avec les nazis « Aucune voiture américaine en Europe », demandait à Hitler le très obéissant Louis Renault. Fournissant complaisamment la masse de camions nécessaires à ses guerres. Les 200 tonnes d’or de la Belgique détournés vers l’Allemagne par la Banque de France. La spoliation des petits actionnaires des Mines de Bor. Quelques exemples parmi d’autres de la collaboration économique honteuse de l’élite française. « Industriels et banquiers français sous l’occupation (...)


Bahar Kimyongür : « Plus vite Hollande et Obama se tairont, plus vite la Syrie se relèvera »
Olivier Mukuna

1er octobre 2013

Investig'Action - Bahar Kimyongür : « Plus vite Hollande et Obama se tairont, plus vite la Syrie se relèvera » Analyste du conflit Syrien, l’activiste Bahar Kimyongür a produit de nombreux textes sur le sujet depuis plus de deux ans. Invité en marge du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Kimyongür est devenu le meilleur spécialiste belge de la Syrie à feu et à sang. Ses convictions anti-impérialistes et ses origines alaouites continuent d’en faire « un suspect » aux yeux des médias-aux-ordres ou va-t’en-guerre. Pour autant, cet historien de formation offre (...)


Le journaliste Seymour Hersh : Pourquoi les médias ne posent-ils jamais aucune question à Obama ?
Lisa O’Carroll

1er octobre 2013

Investig'Action - Le journaliste Seymour Hersh : Pourquoi les médias ne posent-ils jamais aucune question à Obama ? Seymour Hersh a des idées extrêmes pour régler les problèmes du journalisme – fermer les rédactions de NBC et ABS, virer 90% des directeurs de rédaction et revenir au travail de base du journalisme qui, selon lui, consiste à être un outsider. Il n’en faut pas beaucoup pour énerver Hersh, le journaliste d’investigation qui a été le cauchemar des présidents US depuis les années 60 et fut un jour décrit par le parti républicain comme « ce que le journaliste (...)

.

 

infos RussieBienvenue pour cette nouvelle édition du journal télévisé de La Voix de la Russie. Ce rendez-vous hebdomadaire en français vous présente les actualités russes, françaises et internationales sous l’angle de la réinformation. Contrairement à une vision tronquée et manichéenne de l’information délivrée par le mainstream médiatique français, nous nous efforcerons de vous faire percevoir que la vérité n’est jamais toute entière du même côté…

Au sommaire de cette édition du 7 octobre 2013 :

Vidéo en entier......


Publié par : prorussia.tv
Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 01:00

 

 

 

 

MADAME LA DIRECTRICE DU "MONDE", VOILÀ POURQUOI VOTRE EDITORIAL M'A SCANDALISE

 

PAR JEAN-FRANÇOIS KAHN


Les directeurs de journal ne devraient jamais prendre le risque de commettre des articles qui seraient refusés si un rédacteur de base les avait écrits. Ainsi l'éditorial en une signé, l’autre lundi, par la directrice du Monde, Natalie Nougayrède, s'aligne, certes, sur les positions de Bernard-Henri Lévy mais pas, hélas, sur son style. Que claironne cette excellente personne dans cet article interminable (un édito se devrait, pourtant, d’être court) ? Qu’il faut absolument intervenir militairement en Syrie, même sans aval des Nations unies, ce qui fut, rappelons-le, le cas quand la coalition bushiste envahit l’Irak.


A l'évidence, l'avis contraire ne lui inspire aucun respect (elle a d’ailleurs refusé tout débat, c’est plus simple) puisqu’elle l’assimile à une complicité « cynique » avec les assassins (pourquoi pas une « complicité objective », comme au bon vieux temps !). Ainsi le pape, qui condamne toute intervention, est complice. Ne rendons pas la pareille à Mme la Directrice. La prise en compte démocratique des arguments de l’autre nous l’interdit. Donc, on ne saurait a priori diaboliser la position interventionniste. Nous devons admettre qu’elle est bien intentionnée. Et peut-être même juste. A cette condition, cependant : Natalie Nougayrède assumera-t-elle les éventuelles conséquences de ses recommandations ?


Car, enfin, nous traînons derrière nous un sacré arriéré de folies passées ensuite par profits et. pertes. Ça a mal tourné ? On n’y est pour rien ! La catastrophe cataclysmique irakienne ? Aucun regret, aucune autocritique. Les retombées maléfiques de l’aventure libyenne ? BHL est prêt à remettre ça. L’évacuation lamentable de l’Afghanistan à feu et à sang, Al-Qaida confortée ? De l’histoire ancienne !


Par pitié, ne nous répétez pas, comme ce juge de l'affaire Dreyfus : « Ces questions ne seront pas posées. » Quelles questions ? Celles-là : si une intervention fait sauter le chaudron syrien ; si les jihadistes radicaux en profitent pour envahir l'espace ainsi dégagé et régler leurs comptes à leur façon ; si on assiste à un massacre généralisé des alaouites, des chrétiens, des laïcs et des Kurdes ; si Al-Qaida, comme elle l'a annoncé, se joint à l’offensive occidentale ; si cette horreur provoquait un sauve-qui-peut de millions de civils, comme aujourd'hui de ces Kurdes que les islamistes radicaux égorgent ; si un affrontement général entre sunnites et chiites embrasait la région et faisait voler le Liban en éclats... Dans ce cas, madame la Directrice, assumerez-vous ? Ou vous en laverez-vous les mains ?


Une chute de Bachar al-Assad, de l'affreux Bachar al-Assad, nous sommes prêts à en fêter l'annonce avec vous. Champagne ! Mais vous fêteriez-vous, tout autant le succès des Saoudiens et des Qataris, à qui on ne refuse plus rien quoique leur régime soit aussi totalitaire que le syrien et plus rétrograde : 1 éradication régionale de toute alternative démocratique et laïque ?


A l'inverse, si ce que vous recommandez permet de pacifier la région, apporte le bonheur aux Syriens et conforte les idées de démocratie et de laïcité, je vous jure que je vous rendrai hommage. Que je ne cesserai de vous rendre hommage. Une chance de vous convaincre ? Aucune. Voilà, en effet, ce que vous écrivez : « L'emploi d’armes chimiques à grande échelle par le régime syrien le 21 août ne fait aucun doute » et, plus loin, « Nul ne-doute [nul ?] que si, sur place, les inspecteurs de L’ONU ne trouvent pas de preuves, c’est que le régime syrien s'est employé à les détruire ».


Aucun doute ! Nul ne doute ! Dans le Monde ! Notre modèle, l’incitation permanente, et cartésienne, à conforter nos opinions par le doute. Que se passe-t-il ? Aucun doute ?


Bachar al-Assad est absolument capable d'un tel forfait. Quand ? Au moment, juste au moment, où les inspecteurs de l'ONU arrivent à Damas, et cela à 10 km de la capitale syrienne ? Aucun doute ? Admettons...


Quand des obus sont tombés sur l’université d’Alep, faisant 70 victimes parmi les étudiants, cela ne faisait aucun doute, y compris pour le Monde, qu’il s’agissait d’un crime de plus des séides de Bachar. Mais, en l’occurrence, c’était les rebelles. Peut-être non volontairement. Le journaliste français tué par un sniper ? Victime de la soldatesque du régime : aucun doute ! Mais c’était les rebelles. Par inadvertance.


Dans les années 50, l’Humanité - le journal - nous décrivait une guerre de Corée manichéenne, en noir et blanc, les anges face aux démons, et seuls les démons, ces salauds d’Américains, pouvaient utiliser des armes bactériologiques. Mais le Monde ? Notre boussole ?


Les armes de destruction massive de Saddam Hussein ? Aucun doute ! Timisoara ? Aucun doute ! Les horreurs qu’une officine mise sur pied par Tony Blair inventa pendant la guerre des Balkans (la presse anglaise, elle, s’en est excusée) : aucun doute !


D’ailleurs, rappelez-vous, madame Nougayrède... Que le président géorgien. Mikheil Saakachvili, fut un démocrate libéral exemplaire, cela non plus ne faisait « aucun doute ».


Eh bien, moi, je doute. Je doute beaucoup. Et je considère « l’enquête » comme une façon d’affronter et de transcender ce doute. D’ailleurs, si je ne doutais pas - je serais alors un militant -, je me serais abstenu de donner dans le journalisme.

 

 

http://mob.dz.over-blog.com/syrie-jean-fran%C3%87ois-kahn-a-la-directrice-du-monde

 

Le Monde, comme la France, est désormais décrédibilisé. (eva)

.

Un journaliste quitte Le Monde pour échapper à la censure du business
Hervé Kempf, Michel Collon

2 septembre 2013

Investig'Action - Un journaliste quitte Le Monde pour échapper à la censure du business MICHEL COLLON : Le journaliste Hervé Kempf couvrait pour le « prestigieux » quotidien français la construction scandaleuse d’un aéroport anti-écologique à Nantes. Ses enquêtes étant de plus en plus “découragées”, il vient de quitter Le Monde pour garder sa liberté de publier. Il a découvert que Le Monde avait des intérêts liés avec les constructeurs de l’aéroport. Ceci rejoint notre analyse sur ce journal dans Les 7 Péchés d’Hugo Chavez : nous avions montré (...)

 

Voir aussi =

 

J.P Chevenement attaqué par Le-monde suite à sa déclaration en faveur de la Syrie

 

  1. Qui peut encore porter crédit à ce torchon ????

 

.

Noel Mamère Père Noël

..

 

- Intervention en : Lettre ouverte à Noël quand il joue au Père Noël =

 

 

.

 

 

 

Repost 0
Published by eva R-sistons - dans Médias menteurs
commenter cet article

Présentation

  • : Senor Informations
  • Senor Informations
  • : Ce blog, administré par une journaliste-écrivain, Eva, s'adresse aux seniors. Les Médias mentent, ça suffit ! Voici ce qu'on vous cache. Actualité en France, actualité internationale, questions pratiques... Pour contrer la désinformation ! (Abonnement blog, gratuit: Pas plus d'un envoi par jour, regroupant les parutions nouvelles)
  • Contact

Profil

  • eva R-sistons
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.
  • Photo eva à 30 ans. Journaliste (carrière TV,Radio,Presse),écrivain (grandes maisons d'édition,Lauréate Académie Française),divorcée,3 enfants. Humaniste,croyante,citoyenne du monde,femme de paix engagée,gaullienne de gauche.Franco-Russe.

Adresse eva R-sistons

Recherche

Autres blogs d'eva

Le site officiel d'eva:

 

 

http///chantaldupille.fr 

 

Parmi les autres blogs d'eva:

 

http://sos-crise.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/

http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

http://jeunes.actualité.over-blog.com

 

Livre conseillé 

europe israel david cronin alliance contre nature .

.


Patrick Le Hyaric

(Cliquer sur Patrick pour avoir le livre) 

 

Réedition enrichie et actualisé du livre « GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE : Dracula contre les peuples » La première édition de cet ouvrage avait permis de révéler au grand public les négociations tenues secrètes sur le Grand Marché Transatlantique. Cette réédition actualisée et augmentée de plus de 65 pages donne des éléments nouveaux sur les débats en cours et comporte un chapitre supplémentaire sur la négociation secrète sur un projet de traité international pour la privatisation des services public. A mettre entre toutes les mains pour que le mouvement de résistance populaire contre le TAFTA mette en échec ces funestes projets. ..................................................................................................................... Je commande « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples » Au prix de 8€ + 2€ de frais de port par exemplaire (valable uniquement pour la France métropolitaine) Soit 10€ X……………. = …………….€ Nom………………………………………..Prénom…………………………………………… Adresse…………………………………………………………………………………………................................................................................................. Ville……………………………………………………………………................. CP…………………..................................................................................... Téléphone……………………….................................................................. Mail ………...........……………………………………………. ..................................................................................................................... Renvoyer ce bulletin sur papier libre accompagné de votre règlement (chèque à l’ordre de l’Humanité) à : L’Humanité, service de la diffusion militante, 5, rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93528 Saint-Denis cedex

 

 

Archives

Les articles incontournables

 

2 livres à lire pour comprendre le monde actuel
Tout ce qu'on ne vous dit pas (cliquer sur l'image)
(NB Un chouette cadeau de Noël !)

CSC+EP
.
Le blog à lire pour découvrir ce que les médias cachent
.
La réinformation ici :
.
Mon compte twitter
https://twitter.com/rsistons 

 

 

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir absolument (10 mn) pour comprendre notre monde (terrorisme)

 

Le spécialiste de géopolitique, M. Chauprade, explique le monde (vidéo)

 

Le 11 septembre expliqué avec humour, vidéo 5 mn à voir absolument

 

Bilan de Sarkozy - Guerres de Hollande : celles de Sarkozy et de l'OTAN

 

Les Grandes Banques ont déclaré la guerre aux peuples, vidéo à voir par TOUS

 

Le Nouvel Ordre Mondial pour les "Nuls", voici ce qu'il nous prépare

 

La crise pour les Non-Initiés: Causes, mécanismes, conséquences


Clefs pour comprendre les changements en Libye, Côte d'Ivoire, Syrie.. (eva R-sistons)

 

Vidéo à voir par tous, le message du magistrat Serge Portelli. Alerte !

 

Vidéo qui montre en quelques mn ce que la France devient. A voir par tous

 

L'horreur du capitalisme financier, vidéo extraordinaire, claire (TV belge)

 

Le terrorisme n'est pas islamiste mais fabriqué par le FBI - Super vidéo

 

La France de Sarkozy capitule devant l'Allemagne de Merckel - UE contre les peuples

 

 


phytomortier

L'argent Colloïdal, la médecine naturelle et ses multiples bienfaits

Se procurer ce  remède naturel bienfaisant, et aussi de l'huile

essentielle de Ravintsara et de tee-tree - et un kilo au moins de

tisane aubépine (seul remède efficace contre la peste)

 

 
.

servisphere.com

 
troc, échanges, partage, dons..

 

Le réseau d'entraide gratuit: Gardez bien cette adresse ! Trocs, dons..



SEL: Pensez au SEL, le Système d'Echange Local, pour faire des économies

 

 

 

 

.

A mes Lecteurs et à mes Lectrices Seniors. Lisez l'Info sur Internet !

Comment nous traitons les seniors - Quel avenir pour eux ? (eva R-sistons) 

Danièle, retraitée, handicapée, fait une manif à elle seule ! Un modèle !
La délinquance, c'est quoi ? Et cela sert qui ? Remettre les pendules à l'heure
Le système actuel d'argent-dette, super vidéo pour tout comprendre
"Diaporama" pour comprendre les enjeux de la géopolitique. Super vidéo !
Géopolitique: La question russe, vidéo de 19 mn (Aymeric Chauprade)
Senior Information: Non au détricotage du programme gaullien du CNR
Austérité pour tous, mais scandaleux train de vie de Sarkozy à nos frais
Dépendance:Assurance privée obligatoire? Juteuse pour Guillaume Sarkozy?
Comment à l'étranger on voit Sarkozy (télé suisse), vidéo décapante !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qui se substitue aux Nations ?

L'atlantisme, source des problèmes du monde. C'est un totalitarisme (+ vidéo)

Haarp, "l'arme climatique". Russie victime ? 2 posts (Français, Espagnol

Tout savoir sur la puce RFID qu'on devrait nous implanter. Contrôle,fichage

A savoir: C'est la CIA qui finance la construction européenne (Historia)

Les traînées blanches dans le ciel, alerte ! "Chemtrails" toxiques pour tous

La politique de Sarkozy: Profits CAC40 accrus, au détriment des Français

Constitution européenne: Dispositions inquiétantes qu'on a cachées

L'Union Européenne: C'est le 4e Reich ! Dominé par l'Allemagnre

Opération 7 décembre : Initiative internationale contre les banksters

De la Shoah à la "Shoah" planétaire (guerre mondiale, de religion..) ?

Les réseaux de l'horreur: Pédophilie (Dutroux..), satanisme, scandales..

Les animaux malades du capitalisme, torturés - Elevage industriel

Alerte chemtrails ! Traînées blanches dans le ciel, une réalité dangereuse !

Qu'est-ce que le Nouvel Ordre Mondial qu'on prépare ? Par eva R-sistons

Strauss-Kahn, une catastrophe pour la France et pour la Gauche (eva R-sistons)

Révolutions de couleurs (entre autres) fomentées par la CIA (vidéo)

Comment on vous manipule (via les Médias aux ordres du pouvoir)

Monnaie,finance,FED n'auront plus de secrets pour vous (vidéo dessin animé)

Manipulation des Médias, désinformation, propagande. Médias et CIA

Pour vos vacances, 5 ouvrages à lire, conseillés par eva R-sistons

Les Indignés: Carte de la mobilisation - Comment s'indigner ? (eva R-sistons)

Abus sexuels, notamment sur les enfants (Vidéo, film de Karl Zéro)

Tragédie... grecque. Faillite via les Banques. TB vidéo: La stratégie du choc

Que signifie la "mondialisation" imposée aux peuples ? Par eva R-sistons

Lettre (superbe) à ceux qui se résignent au pire

Ex Gouverneur J. Ventura: "Vous contrôlez notre monde.. pour le détruire"

Qu'est-ce que le Club Bilderberg qui conçoit le Nouvel Ordre Mondial ? (vidéos)

La vérité sur la "démocratie" (Pr Chouard, vidéo) - Tirage au sort ?

Libye: Ce n'est pas une guerre humanitaire pour protéger les civils (vidéo)

Attentat, crise, choc de civilisations en préparation: Monde fou ! (eva R-sistons)

Citations célèbres, notamment d'Einstein - La science devient criminelle

Non seulement ils bombardent l'état souverain Libyen, mais ils le volent !

Copé qui veut être Président de la République a de "jolies" relations !

Patrimoine : La France veut-elle privatiser ses forêts ?

Le « massacre » de Tienanmen était un mythe !

Alertes sous-traitance nucléaire - et gaz de schiste contre santé, air, eau..

Norvège et ailleurs: La lutte contre la Droite raciste haineuse doit être engagée

Libye, Côte d'Ivoire.. puis Algérie, Syrie.. La logique des évenements (eva)

Qui est à l'origine de la dette qui empoisonne nos vies ? Tout savoir

Les atteintes répétées du gouvernement aux droits des malades

Alerte ! La dictature européenne se met en marche ! Explication.

A l'origine de la dette, de la crise en France : Pompidou, Giscard !.

Fausses Révolutions pour la démocratie. "Droit" d'ingérence, guerres "humanitaires"

Les Observateurs de France24: Au service de l'Empire US et des guerres (eva)

(médias et situation internationale)

La dictature du Nouvel Ordre Mondial sur la Grèce et.. sur toute l'UE (eva)

Syrie: Tout ce qu'on ne vous dit pas dans les médias menteurs. Effrayant !

Les Islandais se sont débarrassés avec succès de la mondialisation financière

L'Histoire de France et les Empires, vidéo : 2 formidables heures avec F. Asselineau

Un Lecteur dit ce qu'il pense de Nicolas Sarkozy (eva R-sistons aussi)

On vous ment ! Le terrorisme islamique n'existe pas en France

Le vrai Kadhafi, à partir de documents anciens. Un grand dirigeant !

Diminuer votre consommation de carburant : Tous les conseils

Les expériences secrètes de la CIA : Vidéo passionnante !

Les clefs pour comprendre les évenements majeurs de l'Actualité (eva R-sistons)

Guerre contre la Syrie: Tous les mensonges (massacres, images, analyses..)

Comment l'Occident déstabilise les pays hostiles et sème le chaos

Propagande de guerre (les règles) et manipulation des masses

Gbagbo n'est pas un criminel mais un démocrate. Vrais criminels pas jugés à La Haye

26 vérités sur le groupe État islamique EI qu’Obama veut vous cacher


 

 

  http://molex.unblog.fr/2010/10/17/

(Conditionnement par les Médias)

desinformation.jpg